Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Crise post-électorale en Côte d’Ivoire : L’UA envoie 5 chefs d’Etat pour enquêter

L'Afrique en mouvement - Afrik53 - News le Samedi 29 Janvier 2011 à 16:32 | Lu 743 fois



L’option de résolution de la crise postélectorale ivoirienne par la paix et dans la vérité est en train de l’emporter sur l’option de la guerre ouest-africaine à la sauce ECOMOG en Côte d’Ivoire. Au sein des Chefs d’Etat membres de l’Union africaine, la proposition de rechercher la vérité sur le 2nd tour de l’élection présidentielle du 28 novembre 2010 vient d’être adoptée. Hier vendredi 28 janvier, selon une dépêche de l’Agence France Presse (AFP), « l`Union africaine (UA) a décidé de la mise en place d`un "panel" de chefs d`Etat sur la crise ivoirienne, dont les décisions seront rendues d`ici à un mois et seront "contraignantes" pour toutes les parties ivoiriennes ».

L’information a été portée sur la place publique, selon l’agence française d’information, par l’un des chefs d’Etat participant à la réunion du Conseil de Paix et de Sécurité de l’UA réunis justement pour préparer la Conférence des chefs d’Etat de l’organisation panafricaine sur la question ivoirienne.

"Nous avons décidé de mettre en place, sous l`autorité de l`UA, un panel de règlement de la crise ivoirienne’’, a annoncé à la presse, selon l’AFP, le président mauritanien, Mohamed Ould Abdelaziz, à l`issue d`une réunion du Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) de l`UA.

Et à l’AFP de préciser que, outre M. Abdelaziz, qui préside actuellement le CPS, étaient présents à cette réunion quatre chefs d`Etat, à savoir le Sud-Africain Jacob Zuma, le Nigérian Jonathan Goodluck, le Zimbabwéen Robert Mugabe et le Namibien Hifikepunye Pohamba. Selon le président mauritanien cité par l’AFP, "Ce panel rendra ses conclusions dans un délai qui ne dépassera pas un mois, et ses décisions seront contraignantes pour toutes les parties ivoiriennes. La composition de ce panel sera arrêtée ultérieurement, d`ici 48 heures’’.

Par ailleurs, selon le président du CPS de l’UA, "le panel aura la charge de trouver une solution qui respecte la démocratie et préserve la paix sociale. Il s`agit essentiellement d`élargir le cadre des négociations pour donner plus de chances à une solution pacifique". Enfin, selon l’AFP, sur le même sujet, le Porte-parole de la Commission de l’UA, Noureddine Mezni, a précisé que « le panel sera composé de cinq chefs d`Etat issus de chacune des cinq régions d`Afrique, et sera dirigé par le président mauritanien ».

Et au président mauritanien ainsi promu, Abdelaziz, de conclure : "Nous sommes face à un problème africain auquel nous tentons de trouver une solution africaine’’.
Ces décisions du CPS, faut-il le préciser, sont encore au stade de proposition. Elles seront portées à la ratification de la Conférence des Chefs d’Etat de l’Union africaine qui se réunit demain dimanche dans la capitale éthiopienne. Quoiqu’il en soit, il est claire que cette décision tranche d’avec les appels à l’ECOMOG pour venir faire le feu en Côte d’Ivoire afin d’installer Alassane Ouattara au pouvoir.

Depuis le 2nd tour de la présidentielle du 28 novembre, le candidat déclaré battu par le Conseil constitutionnel, Alassane Ouattara, s’est retranché au Golf Hôtel avec ses partisans et ses rebelles armés. Il réclame une victoire proclamé hors cadre et délai légal par le président de la Commission électorale indépendante, pris en otage et conduit au QG du candidat malheureux par les ambassadeurs de France et des USA en Côte d’Ivoire, pour faire cette déclaration face aux caméras de la télévision française France 24.

Cette proclamation illégale et anti-constitutionnelle a été endossée et « certifiée » par Young Jin Choi, représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU en Côte d4ivoire. Et depuis, sous la houlette du président français, Nicolas Sarkozy, la Communauté internationale et trois chefs d’Etat de la CEDEAO, Blaise Compaoré (Burkina Faso), Abdoulaye Wade (Sénégal) et Jonathan Goodluck (Nigéria), appellent à la guerre en Côte d’Ivoire pour « déloger » le président Laurent Gbagbo et installer Alassane Ouattara au pouvoir. Une option qui semble être pour l’instant écartée pour la voie du « Comité d’évaluation » réclamé, depuis le début de la crise postélectorale, par le président réélu, Laurent Gbagbo, aux fins de faire éclater la vérité des urnes.

César Etou (cesaretou2002@yahoo.fr)

Afrik53 - News
Samedi 29 Janvier 2011
Vu (s) 743 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !