Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Crise post-électorale en Côte d’Ivoire: Alain Juppé dévoile le nouveau mandat de l’Onuci

L'Afrique en mouvement - Afrik53 - Presse Africaine & Internationale le Lundi 21 Mars 2011 à 11:31 | Lu 787 fois



Invité samedi dernier au journal de 20h de France 2, la première chaîne de la télévision publique française, le ministre des Affaires étrangères de la France, Alain Juppé, a dévoilé, sciemment ou non, le nouveau mandat de l’ONUCI en ces termes : «Les mesures que nous avons prises vont presser Laurent Gbagbo et l’obliger à partir du pouvoir. Il y a aussi là-bas (en Côte d’Ivoire, ndlr), les forces des Nations unies qui ont le mandat d’agir dans ce sens. Laurent Gbagbo doit partir pour céder le pouvoir au seul président légitime de Côte d’Ivoire qui est M. Alassane Ouattara».

Ces propos d’Alain Juppé comportent trois éléments majeurs qui méritent éclairage et analyse. Il s’agit des mesures prises contre le président Gbagbo et les Ivoiriens, du nouveau mandat de l’ONUCI et de la prétendue légitimité que Paris attribue à Alassane Dramane Ouattara. Premièrement, le nouveau mandat de l’ONUCI. Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères de Nicolas Sarkozy, chef de l’Etat français et grand artisan de la crise que vit la Côte d’Ivoire depuis le 2 décembre 2010, soutient clairement que l’ONUCI a dorénavant pour mandat de perpétrer un coup d’Etat contre le président réélu, Laurent Gbagbo, reconnu par la Constitution ivoirienne et investi par le Conseil constitutionnel de Côte d’Ivoire.

Afin d’installer Alassane Dramane Ouattara, pion de la France, que l’Elysée (présidence française) s’active depuis 1993 à mettre à la tête de la Côte d’Ivoire pour contrôler entièrement et en monopole les ressources de ce pays. D’autant que Ouattara s’est montré bon «sujet» des intérêts français lorsqu’il était Premier ministre d’Houphouet de 1990 à 1993. Alors que l’on croyait que le mandat de l’ONUCI était celui d’aider à la survenue de la paix en Côte d’Ivoire et de désarmer les rebelles qui attaquent le pays depuis 2002, Alain Juppé nous dit, en d’autres termes, que la mission de l’ONUCI est de réussir là où les rebelles ont échoué.

C’est donc pour cela que les Casques bleus de l’ONUCI, les soldats français de l’opération Licorne et les rebelles font corps pour affronter l’armée régulière ivoirienne. Que l’ONUCI transporte les rebelles et leur fournit des armes. Deuxièmement, les mesures prises contre Laurent Gbagbo dont parle Alain Juppé sont l’asphyxie économique et l’étrangement humanitaire auxquels sont soumis le régime Gbagbo et la Côte d’Ivoire depuis plus de deux mois. Alain Juppé se bombe la poitrine et savoure visiblement sa joie que les malades ivoiriens soient privés de médicaments, que les banques soient fermées et le système économique ivoirien quasiment déglingué. Que le désastre humanitaire gagne du terrain en Côte d’Ivoire, parce que la France, l’Union européenne et les Etats-Unis contraignent les populations ivoiriennes au dénuement total.

Le seul tort des Ivoiriens est de n’avoir pas accepté le candidat de la France, Alassane Ouattara. De ne l’avoir pas élu et d’avoir préféré Laurent Gbagbo, cet «empêcheur à piller en rond», selon la vision de la Françafrique et de ses alliés. En ne suivant pas les multiples appels à la «ville morte» et au «pays mort» lancés Ouattara, Paris a compris que son pion ne jouit d’aucune légitimité auprès de la large majorité des Ivoiriens. C’est donc faux, troisièmement, et cela relève de l’intox, comme l’a fait Alain Juppé sur le plateau de la télévision française face à l’opinion publique française, d’affirmer que «Alassane Ouattara est le président légitime de Côte d’Ivoire».

Quel est ce président légitime qui lance un appel à la désobéissance civile et que les populations ne suivent pas cela ? Quel est ce président légitime qui utilise des rebelles, la violence et le terrorisme pour tenter, en vain, de contraindre les populations à le reconnaître ? Quel est ce président légitime qui a peur du recomptage des voix ?

Quel est donc ce président légitime qui a peur de la reprise d’un scrutin électoral dont les populations savent toutes qu’il a été entaché de fraude et de graves irrégularités dans les zones CNO? Autant de questions qui prouvent que le seul président légitime de Côte d’Ivoire n’est pas la personne qu’a citée Alain Juppé, mais bien celle à cause de qui la France, l’UE et les Etats-Unis asphyxient les populations ivoiriennes. La personne qui bénéficie du soutien indéfectible des Ivoiriens, c’est bien de Laurent Gbagbon Didier Depry


Afrik53 - Presse Africaine & Internationale
Lundi 21 Mars 2011
Vu (s) 787 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !