Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Crise post-électorale: Qui doit payer pour les crimes imputés au Gal Dogbo Blé ?

le Jeudi 11 Octobre 2012 à 03:53 | Lu 928 fois

Le procès des militaires présumés auteurs de crimes pendant la crise post-électorale de 2011, a pris une tournure qui suscite beaucoup d’interrogations.



Crise post-électorale: Qui doit payer pour les crimes imputés au Gal Dogbo Blé ?
Chargé par le Parquet et harcelé de questions par le Magistrat hors hiérarchie Mathurin Kangah Penon, l’ex-commandant de la Garde républicaine (GR) vers qui tous les regards sont tournés pour pouvoir démêler l'énigme de la mort du colonel-major Adama Dosso, a affiché, lors de son audition le lundi 8 octobre dernier, une sérénité déconcertante qui donne à réfléchir sur sa culpabilité dans les affaires à lui imputées.

Avec beaucoup de sang-froid, l’officier supérieur des ex-forces de défense et de sécurité (FDS) a soutenu ne rien avoir à se reprocher, estimant avoir accompli son devoir de militaire, et surtout de gardien des Institutions en sa qualité de patron de la Garde républicaine. «Je suis fier de mes éléments pour avoir défendu le président de la République et les Institutions républicaines sans fléchir, conformément au décret qui définit les missions de la Garde républicaine et signé du premier président de notre pays, Félix Houphouët-Boigny. Je tiens à préciser qu’aucun chef d’Etat n’a changé une virgule dans ce décret.

C’est en accord avec cette mission noble qu’ils (ses éléments) sont tombés ? Je voudrais leur rendre hommage et dire que je suis fier d’eux. Qu’on le sache ici, je suis fier du travail qu’ils ont accompli et de leur sens du devoir. (…). J’ai fait mon travail (…). A partir du moment où je n’ai pas trahi, je suis en paix avec Dieu et ma conscience. J’en tire une fierté et je ne regrette rien. On ne dira jamais en Côte d’Ivoire, en Afrique et partout dans le monde que le Gal Dogbo Blé et ses hommes, qui étaient chargés de protéger les institutions de la République, ont trahi… ».



Les non-dits de la déclaration du Gal Dogbo Blé



On pouvait s’attendre plus ou moins à tout sauf à une telle déclaration avec assurance du prévenu le plus attendu actuellement à la barre du tribunal militaire. Qu’est-ce qui fonde cette assurance du Gal Dogbo Blé ? Pourquoi estime-t-il avoir accompli sa mission? Un retour sur les faits, qui se sont déroulés au lendemain du 2ème tour des élections présidentielles de 2010, permet de comprendre l’aisance du patron de la GR, surtout les non-dits de ses propos. Le Gal Dogbo Blé fonde son argumentaire sur les arsenaux juridiques qui justifient la position de ses hommes durant la crise post-électorale. Gardien des Institutions, à commencer par la présidence de la République et celui qui l’incarne, pour lui, dès-lors que le Conseil Constitutionnel avait déclaré comme vainqueur l’ex-président Laurent Gbagbo, la troupe sous sa responsabilité ne pouvait faire autrement que se mettre à la disposition de ce dernier.

Ce faisant, ils n’auront qu’accompli leur devoir conforme aux dispositions qui créent la Garde républicaine. A la question de savoir pourquoi il n’avait pas fait allégeance lorsque le président Ouattara a été déclaré élu suite à la certification des résultats du Conseil Constitutionnel par l’ONU, le patron de la GR a une réponse toute prête et qui donne aussi à réfléchir : « Je n'ai jamais fait allégeance. Qui était le chef militaire juste après le 11 avril ? Quand il y a une allégeance à faire, c'est l'Etat-major, le commandement qui la fait. Un individu ne peut à lui seul faire allégeance ». Là aussi, l’officier supérieur ne remet pas en cause son engagement, en montrant sa loyauté jusqu’au bout à l’ancien ordre, tant que ses supérieurs hiérarchiques ne lui auraient pas demandé de baisser les armes.



D’autres personnes vont-elles être épinglées ?

Dire du Gal Dogbo Blé qu’il s’est bien défendu devant les juges, c’est une lapalissade. Mais, peut-il pour autant être innocenté sur ses propos ? Peut-on lui imputer la mort du colonel Dosso dans laquelle il soutient mordicus ne pas être impliqué ? Le plus gros prévenu des procès ouverts par le tribunal militaire peut-il recouvrer sa liberté ? Si oui, qui va payer pour les crimes imputés à l’ex-patron de la Garde républicaine ? A suivre la logique de son raisonnement, en effet, l’officier supérieur oriente le procès vers d’autres présumés coupables en liberté Il s’agit du Pr. Paul Yao N’dré, président du Conseil Constitutionnel, dont la décision aura motivé l’option de la GR, mais également de l’ex-chef d’Etat major, le Général de Corps d’Armée Philippe Mangou, à qui il revenait la responsabilité de signer la reddition de ses troupes. Tant que ce n’était pas le cas, lui, le Gardien des Institutions, pouvait continuer à se battre comme il l’a fait avec ses hommes pour protéger celui qu’il considère comme l’élu, selon le Conseil Constitutionnel, le juge suprême des élections.

Alors, peut-on dire que Yao N’dré a trompé les militaires ? Oui et non ! Oui, parce que c’est sur son arrêt qu’est né le bras de fer autour du fauteuil présidentiel et l’option des ex-FDS de défendre le fauteuil du président sortant conformément à la loi. Non, parce que Yao N’dré croyait encore à la force de la loi, qui même mauvaise, s’impose à tous. Ne dit-on pas ‘’Dura lex, sed lex’’ (La loi est dure, mais c’est la loi) ? En la matière, le président du Conseil Constitutionnel d'alors ne peut être comptable, dans l’exercice de sa fonction, des arrangements politiques faits plus haut par le chef de l’Exécutif.

Lesquels arrangements donnaient d’autres prérogatives de dernier recours au Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU (Choi Young-Jin) sur le Conseil Constitutionnel supposé être le recours suprême. Cet arrangement était-il aussi connu de chef d’Etat -major et de tous les officiers à la tête des troupes ayant combattu pour Laurent Gbagbo ? Si c’était le cas, les vrais fautifs sont ceux-là, qui malgré la force de la loi, auront engagé leurs hommes dans des combats ayant fait des milliers de morts. Voilà que le procès du Gal Dogbo Blé désigne d’autres présumés coupables au sommet de la hiérarchie militaire de l’époque, mais au-delà au sommet de l’Etat, où une fois encore, le Patron de la GR met en difficulté l’ex-président de la République, le signataire de l’accord ayant permis à M. Choi, à l’époque, de se mêler des débats sur la certification des résultats des élections.

Détenu à la Haye, où il attend de passer devant les juges de la Cour Pénale internationale, c’est finalement à Laurent Gbagbo (qui a réclamé un recomptage des suffrages exprimés pour se convaincre du vrai vainqueur du scrutin) qu’il revient de s’expliquer sur toutes ces questions. Même si au fond, le Gal Dogbo Blé va avoir à justifier de son innocence dans l’assassinat du colonel Dosso, exécuté après avoir été fait prisonnier dans le blocus à la sortie de l’hôtel du Golf. A-t-il donné ou non l’ordre d’exécuter cet officier ? Là se trouve l’un des tournants du procès, dont la suite sera connue certainement ce matin.



F.D.BONY
L'Inter

Jeudi 11 Octobre 2012
Vu (s) 928 fois



1.Posté par la verité et non le mensonge cher journaleux! le 11/10/2012 06:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
à M. ou Mme F.D.BONY de l'inter je vous cite :" le président Ouattara a été déclaré élu suite à la certification des résultats du Conseil Constitutionnel par l’ONU" je dis vous avez faux, ms a quelle gymnastique intellectuelle vous amusez vous? bon sang! pourquoi tenter de travestir les faits recents et mentir les honnetes lecteurs et lectrices? pourquoi tenter de falsifier l'histoire electorale récente de la cote d'ivoire? où aviez vous vu que la fausse certification de choi donc de l'onu s'etait faite sur les resultats electoraux definitifs du conseil constitutionnel? pourquoi ne dites vous pas la vérité que cette fausse certification de l'onu s'etait putot faite sur des resultats frauduleux de la commission electorale dite independante de la cote d'ivoire . parce que ces resutats de LA FAMEUSE CEI, etaitent des faux plus que nuls et hors delais et surtout que provisoires en attendant selon la constitution ivoirienne que le consei constitutionnel juge supreme des elections presidentielles en cote d'ivoire proclame definitvement les vrais resultats debarrassés eux de toutes les fraudes et irrégularités verifiees et constatées comme ça été le cas pour la tricherie electorale de ouattara en 2010. voilà qui est clair pour l'opinion. maintenant comme en cote d'ivoire sous ouattara les journalistes ne sont plus libres ou simplement militants alors sachez simplement ne vous en déplaise que le monde entier sait que ouattara n'a gagné aucune election en decembre 2010 contre le president gbagbo en cote d'ivoire. mais c'etait plutôt nicolas sarkozy qui a fait un coup d'etat en cote d'ivoire contre le president elu gbagbo reconnu par le conseil constitutionnel ivoirien seul habilité à designer le vainqueur des elections et en imposant par la force plus précisement par l'armée francaise (la force licorne basée en cote d'ivoire sur place) sa femme alassane ouattara pour faire controler par la france toute l'economie et richesse ivoiriennes. ensuite vous dites je vous cite encore : "le Patron de la GR met en difficulté l’ex-président de la République, le signataire de l’accord ayant permis à M. Choi, à l’époque, de se mêler des débats sur la certification des résultats des élections". mais cher journaliste vous raconter n'importe quoi, êtes vous stagiaire dans votre metier? ne tenter pas d'induire en erreur les lecteurs et lectrices honnetes, le president de la republique laurent gbagbo qui a été déposé par l'armée francaise par sarkozy au profit du valet ouattara n'a jamais dit a l'onu en signant cette certfication des resultats electoraux (et c'est vérifiable partout par écrit) que son pays la cote d'ivoire renonçait a sa souveraineté c'est à dire à l'organisation electorale des presidentielles relevant de la stricte souveraineté de la CI par le conseil constitutionnel juge supreme des elections en cote d'ivoire sur le plan juridique. la certification de l'onu n'avait aucune emprise sur le processus electoral ivoirien et n'avait pas pour but de designer le vainqueur des elections en cote d'ivoire. car c'etait du ressort unique du conseil constutionnel ce qu'il a fait en designant gbagbo president en 2010 apres avoir exrtait les nombreuses fraudes de ouattara. d'ailleurs dans toutes les resolutions de l'onu de 2003 jusqu'a aujopurdhui l'onu n'a jamais denier publiquement et en theorie en tout cas sur les textes ecrits des resolutions onusiennes la souveraineté de la cote d'ivoire à commencer par exemple sur l'organisation des elections presidentielles où le pays a depensé sur fond propre 93 pour cent de son budget electoral avec un apport exterieur de 7 pour cent pour r que le pays reste maître de son processus electoral et non l'onu. meme la resolution qui explique elle meme ce que signifiait la certification en matiere electorale des presidentielles et legislativesen cote d'ivoire n'a jamais dit par ecrit qu'elle consistaitcette certification à prendre la place du conseil constitutionnel ivoirien ou le dessus sur le conseil constitionnel pour designer le vainqueur des elections en cote d'iovire. voilà qui est clai., verifier bien cette resolution sur internet et le site de l'onu, elle existe encore c'etait en 2007. de même,, ouattara le sorcier et gbagbo à la veille du sencond tour avaient signé tous deux un document sous l'égide su maffieuxet assassin de thomas sankara blaise compaoré ou il sà'ngageaient a respecter les resultats des urnes tels que sortis par la CEI pour les resultats provisoires mais surtout par le conseil constitutionnel juge supreme des elections pour les resultats definitifs. au 1er tour en octobre 2010, choi le voleur et truqueur des elections en cote d'ivoire a bien fait jouer le role de la certification en certifiant les resultats du 1er tour donnant gbagbo et ouattara au 2è tour apres la proclamation des resultats definitifs par le conseil constitionnel et l'ordre etait bien respecté juridiquement. personne n'avait trouvé a redire pas même le sorcier ouattara. donc le president gbagbo n'a aucune responsabiité, en quoi doit il etre tenu pour coupable pour l'assassinat du colonel alors que gbagbo a ete declaré elu par le conseil constitutionnel de son pays quoi qu'on peut en penser en bien ou en mal ou de vrai ou de faux sur ce conseil constitutionnel, il reste le conseil constitutionnel juge supreme des elections en cote d'ivoire et ces resultats qu'is plaisent ou non doivent être respectés et s'imposent à tous. apres tout c'est la loi. si ouattara comme il ne voulait pas les accpeter ces resultats du conseil constitutionnel d'abord il n'en avait aucun droit et fallait donc qu'il accepte le recomptage des voix s'il n'vait rien à se repricher. mais il ne l'a pas fait et a préféré a guerre civile via l'armée francaise contre les ivoiriens. drôle de reaction du fameux "gagnant des elections". et pourtant, ouattara l'avait bien accepté ce conseil constitutionnel en acceptant les regles du jeu lorsqu'il l'a declaré passé au second tour pour le discrediter par la suite alors qu'il le declare perdant face a gbagbo au second tour? biizarre! ne me dites surtout pas que ce debat sur qui a gagné les elections en cote d'ivoire en decembre 2010 est depassé; la preuve on continue a emprissoner inutilement peut etre des innocents parce que ouattara avait refusé de recompter de simples voix preferant massacrer les civils. ouattara ne peut changer les regles pour paraphraser quelqu'un en cour du jeu comme un mauvais eleve qui ne peut pas changer de professeur parce qu'il a eu une mauvaise note et donc qu'il est declaré perdant lors des election. drôle de democrate par les bombes ce ouattara. et aujourdhui tous ces jugements politiques de ouattara contre les hommes politiques ou militaires ayant defendu la souveraineté de leur institution touneront toujours sur la question de qui a gagné les elections en coted 'ivoire, donc quelle est la vraie et reelle autorité presidentielle a respecter et suivre a l'epoque d'avant ce maudit 11 avril ? c'etait bien laurent gbagbo parce qu'investi de façon incontestatble et pour 5 ans à venir par le conseil constitutionnel de son pays. ce qui fait que ouattara sera toujours un "president" illegtime et illégal devant les ivoiriens, les fraicains et le monde entier.

2.Posté par zouzou le 11/10/2012 12:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il y a trop de publication de ce journal sur ce site. Et nous posons vraiment des questions, surtout que le bouillant HM, est là, aussi? Qui fait quoi, et ce site est vraiment ce que nous pensons? Si on se trompe , j'espère que les choses, seront autrement pour que "les dignes fils" ne soient pas dans l’erreur. Le net fait vraiment peur. Le journal inter , apparait trop ici, et leur analyse laisse vraiment perplexe.

3.Posté par Jason pappoué le 11/10/2012 13:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ton raisonnement est tout de même triste. Vouloir impliquer tout le monde pour quelqu'un dont on ignorait l’existence. D'ailleurs les FDS combattaient contre qui pendant cette crise? Les rebelles avaient-ils le droit de se retrouver dans les rues d'Abidjan avec des armes? Pourquoi Choi a-t-il certifié les élections et ne pas encourager le ré-comptage des voies afin d’apporter plus de valeurs à ce qu'il a dit? La femme du défunt n'a pas -elle avouer que son mari avait été convoqué au golf par ADO, qu'il a pu rejoindre l'endroit par l’hélico de l'ONUCI contre tenu du blocus? L'engin était -il tombé en panne pendant son retour? A t-on interrogé ADO pour savoir les raisons de sa convocation et son retour à pied?

4.Posté par Sayouba le 11/10/2012 18:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
F.D Bony votre article est tendancieuse et dépourvu de toute neutralité. tout ce que vous écrivez n'accable que les pro-GBAGBO tout en omettant que c'est watara qui a pris sur lui de faire appel aux rebelles et forces étrangères de lancer l'assaut pour dégager PR GBAGBO. ce dernier n'a fait que, en être humain normal doté d'un instinct de conservation, de défendre les institutions de la république face à des bandits de tout bord (frci-licorne-onuci).
Revoyez votre article en équilibrant l'information!

5.Posté par madness le 11/10/2012 22:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A lire certain journaux on se croirait dans un autre pays Tout ivoirien aimant son pays devrait etre desole de se qui se passe dans notre pays par la faute de certaine qui croyaient pouvoir climatiser la cote ivoire.Et de toujour vouloir justifier l injustifiable .Je leur dis temps que tu n es pas atteins tu trouve toujour de quoi dire mais la roue tourne car celui qui est au pouvoir devien un jour opposant rien n est eternel

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !