Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Crise ivoirienne par Albert Bourgi : ‘’C’est une forme d’intervention qui renvoie à un coup de force électoral’’

L'Afrique en mouvement - Afrik53 - News le Lundi 10 Janvier 2011 à 11:12 | Lu 798 fois

Le professeur de droit public, Albert Bourgi condamne l’interventionnisme de la France dans la crise post-électorale adoubé par les Nations Unies.



Crise ivoirienne par Albert Bourgi : ‘’C’est une forme d’intervention qui renvoie à un coup de force électoral’’

Selon lui, sous le manteau de la communauté internationale, la France tente d’installer en Côte d’Ivoire un président qui protégerait leurs intérêts.

L’expert en politique africaine, par ailleurs professeur de droit public à l’université de Reins, Albert Bourgi, dit ne pas être d’accord avec ce qu’il appelle l’ingérence de la France dans la crise ivoirienne. « Selon des méthodes différentes, l’objectif est le même, évincer coûte que coûte Laurent Gbagbo du pouvoir et préserver la cohésion du pré-carré français en Afrique », a-t-il affirmé. Il en a profité pour décrire ce qu’il qualifie d’interventionnisme.

« La crise post-électorale illustre à l’évidence la perpétuation de la politique d’ingérence de la France en Afrique, qui tout en ne prenant plus des formes caricaturales d’actions militaires directes destinées à maintenir l’ordre intérieur au profit de « présidents amis », a déclaré le juriste. Et d’ajouter que « le pouvoir politique français s’adosse désormais à la notion ambiguë de communauté internationale pour instrumentaliser les dispositifs internationaux de règlement des conflits que ce soit à l’Onu, à l’Union Européenne, à l’Union Africaine ou à la Cedeoa. Ce pour faire passer ses solutions politiques».

Aussi a-t-il indiqué que « cette nouvelle forme d’intervention sous le couvert de la légalité internationale renvoie à ce qu’il faut bien appeler un coup de force électoral de décembre 2010 ». À l’en croire, cette méthode est orchestrée par le représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU. « Le passage en force de ce dernier, entouré pour l’occasion des ambassadeurs français et américains en poste à Abidjan pour entériner définitivement les résultats provisoires proclamés par le président de la commission électorale indépendante, au siège du candidat déclaré élu et cela au titre d’un pouvoir de certification dont il disposerait renvoie à une pratique totalement inédite dans l’histoire des Nations Unies » a-t' il condamné. Albert Bourgi fait remarquer en outre que l’ONU aurait outrepassé son mandat. «Qu’en faisant fi des institutions d’un pays souverain, membre des Nations Unies depuis cinquante ans, Monsieur Choi a incontestablement cédé aux pressions de certains pays» fait-il remarquer.

J.M Tokré

Afrik53 - News
Lundi 10 Janvier 2011
Vu (s) 798 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !