Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Crise ivoirienne / Bombardement de Bouaké: Des généraux français font de graves révélations

le Lundi 28 Octobre 2013 à 08:49 | Lu 2828 fois

Le bombardement du camp français de Bouaké pendant l'opération '' Dignité '' lancée en novembre 2004 par l'armée ivoirienne contre les positions de la rébellion, n'a pas fini de livrer ses secrets.



Crise ivoirienne / Bombardement de Bouaké: Des généraux français font de graves révélations
Neuf (9) ans plus tard, des langues, et non des moindres, se délient et font des révélations sur cet événement qui a durement secoué la vie politique nationale. Il s'agit de six (6) généraux français, dont le général Bentégeat, ancien chef d'état-major de l'armée française, et l'adjoint du général Poncet, patron de la force française Licorne au moment des faits. Ils ont été interrogés du 16 au 22 octobre dernier par la juge d'instruction, Kery en charge de l'affaire.

La magistrate française, qui prévoit d'entendre également l'ex-président Laurent Gbagbo comme témoin dans cette affaire, a eu droit à une série de révélations pendant l'audition des généraux français. Comment et pourquoi les blindés français se sont retrouvés à proximité de la résidence de Laurent Gbagbo ? Pourquoi la base militaire française de Bouaké a-t-elle été bombardée ? Qui a donné l'ordre ?

Des questions qui trouvent leurs réponses dans les révélations faites par ces généraux et à paraître aujourd'hui dans le journal panafricain Jeune Afrique (JA). Levant un coin du voile hier dimanche 27 octobre, sur les antennes de Rfi, François Soudan, le directeur de la Rédaction de JA, souligne que le général Bentégeat décline toute responsabilité dans les événements de novembre 2004. « Il affirme n'avoir pas participé au conseil restreint (de guerre) à l’Élysée. Normalement, il devait y être ». Pourquoi n'y a t-il pas été associé ? Le mystère demeure. Autre révélation, celle faite par le général Renaud de Malaussène, l'adjoint du général Poncet à la tête de la force Licorne.

Parlant du bombardement du camp français de Bouaké, cet officier général fera savoir, révèle JA, qu'il s'agissait « d'un projet politique qui visait à mettre Ouattara en place et dégommer Gbagbo ». Il ajoute que « Laurent Gbagbo n'a jamais voulu bombarder le camp de Bouaké, ni tuer un soldat français », contrairement à ce qui a été dit. « Quelqu'un dans son entourage a pris cette décision sans le lui dire.

La mouvance Gbagbo est tombée dans un piège », précise le général Malaussène. Des révélations sur les événements de novembre 2004 qui tendent à disculper l'ancien patron du pouvoir d'Abidjan, Laurent Gbagbo, pourtant accusé d'avoir tué des soldats français. L'on se souvient en effet que le 6 novembre 2004, alors que les bombardiers Sukhoï de l'aviation ivoirienne avaient réussi avec brio des frappes dites « chirurgicales » destinées à détruire les armes de la rébellion, et partaient pour les dernières frappes, une bombe va se retrouver dans le camp militaire français. L'explosion causera la mort de huit soldats français et un civil américain.

En représailles, Paris a ordonné la destruction systématique des aéronefs ivoiriens. L'armée de Côte d'Ivoire est neutralisée, la capitale Abidjan, cœur du pouvoir central, est sous contrôle des soldats français. Une colonne de blindés de la force Licorne se retrouve à quelques pas de la résidence présidentielle à Cocody.

On croit alors à la fin du régime de Laurent Gbagbo, quand un bouclier humain, constitué de jeunes patriotes conduits par Charles Blé Goudé, fait barrage à l'expédition française, sauvant ainsi le régime de la Réfondation. On dénombrera plusieurs morts et de nombreux blessés dans cette confrontation entre les jeunes patriotes et l'armée française. Neuf ans après cet épisode douloureux de la crise ivoirienne, la vérité commence à se savoir.



H. ZIAO
Source : L'Inter


Lundi 28 Octobre 2013
Vu (s) 2828 fois



1.Posté par Jean ETCHIEN le 28/10/2013 11:42 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La verite finit toujours par triompher du mensonge. Vraiment, le temps est le second nom de DIEU.

2.Posté par zouzou le 28/10/2013 12:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je suis surpris de voir que ce texte vient de ce journal. Sont-ils contents ou ont-ils des regrets? Que pensent -ils de ce qui se passe actuellement? Que vont ils nous dire dans quelques années?

3.Posté par E-man le 28/10/2013 14:00 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
cet épisode est connu depuis les premières heures de l''événement , à abidjan,sauf que...la france reste ce qu'elle est.

4.Posté par E-man le 28/10/2013 14:01 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
cet épisode est connu depuis les premières heures de l''''événement , à abidjan,sauf que...la france reste ce qu''elle est.

5.Posté par ADEDE le 28/10/2013 14:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'approuve le frère Zouzou du poste 2. Et je vais même plus loin pour dire qu'un bon journaliste ce n'est pas celui qui s'aligne mais ce qui a l'esprit critique et qui ne reprend pas tout ce qui est rapporté par les journaux de l'hexagone.
Aujourd'hui, les journalistes de cette presse sont muets comme des carpes face à la situation que vit mon pays; demain, ils seront les premiers à mettre cela la Une comme révélations dès quelqu'un va commencer à l'étaler sur la place publique.

6.Posté par LaRédemption le 28/10/2013 21:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Chers combattants de la RP, vous devez savoir que les impérialistes n'ont pas d'amis. Ils n'ont que des intérêts et en fonction de leur voracité et de leur avidité, ils ne se gênent pas outre mesure à lâcher leurs amis d'hier pour explorer de nouveaux stratagèmes quand il s'agit de préserver ces dits intérêts. Ils savent qu'avec le mossi qui n'est pas en sainteté de coeur avec les ivoiriens, confirmée d'ailleurs par un sondage secret de la cpi qui dévoile que 86% des ivoiriens approuvent la libération de notre Président adoré SEM Monsieur Laurent Gbagbo, ils n'ont plus d'autre choix que le lâchage du mossi drame des éburnéens et éburnéennes. Voilà donc la réalité. Comme ils n'ont pas envie d'être ridicules après la libération du véritable Président des ivoiriens, il est dans leurs intérêts de s'adonner à un lobbying éhonté en jouant leur dernière carte de sympathie pour essayer de rentrer dans la bonne grâce des éburnéens. La fin justifie donc les moyens. Laissez-les danser. Nous savions que le temps est un autre nom de Dieu et cela nous a été prédit par la Grand Séplou "himself". Le jour de notre jour est arrivé. L'entrée à Jéricho a sonné. Alléluia ! Alléluia. Rendons gloire à l'Eternel. Coucou à toute la RP et que Dieu nous garde.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements










Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !