Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Côte d'Ivoire : vers l'invalidation de l'élection de certains députés

le Mardi 3 Janvier 2012 à 18:36 | Lu 620 fois

Le Conseil constitutionnel ivoirien doit se prononcer dans les jours ou les semaines à venir sur les recours en annulation déposés par certains candidats malheureux aux élections législatives du 11 décembre. Une procédure qui a débuté dans la deuxième quinzaine de décembre et qui pourrait déboucher sur l’invalidation de l’élection de certains députés.



Au lendemain de la proclamation des résultats provisoires des législatives ivoiriennes par la Commission électorale indépendante (CEI), mi-décembre, une centaine de recours en annulation ont été introduits au Conseil constitutionnel par des candidats malheureux. L’institution présidée par Francis Wodié, réputé intègre, a très rapidement écarté certains recours jugés irrecevables dans la forme, puis a analysé les autres dossiers dans le fond. Le 22 décembre, le Conseil constitutionnel a invité une cinquantaine de députés déclarés élus par la CEI dans trente-huit circonscriptions électorales à se présenter devant ses « enquêteurs », pour faire la lumière sur certains faits qu’il jugeait obscurs.

Tous les partis concernés

À Bouaké par exemple où la liste du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, parti d’Henri Konan Bédié) et les deux autres listes indépendantes, déclarées perdantes, ont toutes déposé des recours et dénoncé de « nombreux cas de fraudes », une déléguée de la CEI agressée physiquement par des militants supposés du Rassemblement des républicains (RDR d’Alassane Ouattara, dont la liste a remporté le scrutin) a été appelée à témoigner par le Conseil constitutionnel.

Les réclamations visent tous les partis politiques et même des indépendants. Les élections d’au moins trois ministres sont contestées : le ministre de l’Industrie Dosso Moussa (cadre des Forces nouvelles, candidat RDR), celui des Ressources animales et halieutiques Kobenan Kouassi Adjoumani (PDCI), et celui des Eaux et Forêts, Clément Nabo Bouéka (RDR), respectivement élus à Mankono (nord), à Tanda (est) et à San Pedro (sud-ouest).

À Attécoubé (commune d’Abidjan), c’est l’élection d’un commandant des Froces républicaines de la Côte d'Ivoire (FRCI) non démobilisé selon ses détracteurs, qui est contestée. À Cocody, la liste conduite par la plus jeune élue, Rasmina Ouégnin (PDCI), est aussi contestée par la liste du RDR.

Selon nos sources Francis Wodié prend très au sérieux ces recours qui constituent pour lui un véritable test de crédibilité. Il ne veut surtout pas reproduire les erreurs commises par son prédécesseur, Yao N’Dré, surnommé Super N’Dré pour la manière expéditive et spectaculaire avec laquelle il a renversé les résultats de la présidentielle de novembre 2010 en faveur de Laurent Gbagbo.

Favoriser la réconciliation

Pour l’heure, selon l’entourage de Wodié, aucune pression politique n’est faite sur le Conseil constitutionnel. Le temps mis à étudier les recours arrange tout le monde. Le président Alassane Ouattara serait favorable à une reconduction de Guillaume Soro à la tête de la Primature, du moins jusqu’en avril prochain, date anniversaire de la chute de Laurent Gbagbo et date probable de la formation d’un nouveau gouvernement.

Guillaume Soro, 39 ans, vise le perchoir mais est freiné dans ses ambitions par la limite d’âge (40 ans) pour être président de l’assemblée nationale. Le 8 mai prochain, il aura 40 ans et pourra alors être candidat à la succession de Mamadou Koulibaly, du moins si les choses traînent en longueur. Pendant ce temps, le PDCI affûte ses armes. Son secrétaire général, Alphonse Djédjé Mady, ne cache pas ses intentions de se porter candidat. Bété comme Laurent Gbagbo, modéré, a le profil du poste, au moment où les autorités multiplient les actes symboliques pour favoriser à la réconciliation. Quant au président par intérim du RDR, Ahmadou Soumahoro, il observe et attend son heure.

Après les décisions du Conseil constitutionnel, de nouvelles élections se tiendraient dans les circonscriptions où les résultats auront été invalidés, dans un délai de deux semaines suivant la proclamation officielle des résultats. De même, l’élection dans la circonscription de Logoualé (ouest montagneux), où le scrutin a été reporté pour cause du décès d’un candidat au cours de la campagne électorale, sera organisée. Les résultats globaux et la composition définitive de l’Assemblée nationale ivoirienne seront connus après ces dernières élections. Les grandes manœuvres pour le contrôle du perchoir pourraient alors officiellement commencer. Et en termes d’élections, il restera les municipales, les régionales et le référendum constitutionnel.

Source : Jeune Afrique


Mardi 3 Janvier 2012
Vu (s) 620 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !