Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Côte d'Ivoire : mourir pour Bouaké. Qu'avait à y gagner le président Laurent Gbagbo ?...

le Dimanche 25 Août 2013 à 08:58 | Lu 1277 fois

Le 6 novembre 2004, deux Sukhoi ivoiriens bombardaient une base française dans le nord de la Côte d'Ivoire, faisant dix morts. Mais pourquoi ? Qu'avait à y gagner le président Laurent Gbagbo ? Enquête sur l'un des secrets les mieux gardés de la Françafrique.



Côte d'Ivoire : mourir pour Bouaké. Qu'avait à y gagner le président Laurent Gbagbo ?...
"J'ai entrepris toutes les démarches pour avoir des explications sur ce bombardement incompréhensible. Par qui ? Pourquoi ? Sur ordre de qui ? Mais aucune réponse n'est possible, car il faudrait lever le secret-défense." Ces mots sont ceux de Djamel Smaidi, et c'est à François Hollande qu'il les adresse. Neuf ans après le raid mené par l'armée ivoirienne sur un campement de la force Licorne à Bouaké, ce militaire rescapé, réformé pour invalidité en 2010, se bat toujours pour connaître la vérité sur un événement que l'on peut classer parmi les plus obscurs de la Françafrique.

La vie de Djamel, comme celle de ses compagnons en poste ce jour-là, a basculé le 6 novembre 2004 en début d'après-midi. Deux Sukhoi 25 ont décollé de l'aéroport de Yamoussoukro. Aux manettes, deux pilotes biélorusses (Barys Smahine et Youri Souchkine), secondés par deux copilotes ivoiriens (le lieutenant-colonel Ange Gnanduillet et le lieutenant Patrice Oueï). Vers 13 h 20, ils effectuent un premier passage de reconnaissance au-dessus du lycée Descartes, où se sont installés les Français. Puis l'un d'entre eux plonge en piqué et lâche ses roquettes sur l'objectif, un gymnase abritant le mess des officiers. Bilan : dix morts (neuf militaires français et un civil américain) et 39 blessés.

>> Lire aussi : "Eyadéma : "Frappez à l'heure de la sieste !""

Une enquête judiciaire est ouverte un an plus tard par le tribunal des armées de Paris. Elle est toujours en cours. "J'accuse le pouvoir politique de l'époque d'avoir saboté par tous les moyens cette enquête, s'emporte Jean Balan, l'avocat de 22 parties civiles. Les victimes ne sont rien d'autre que les dommages collatéraux d'un jeu très dangereux et mal maîtrisé de la présidence française pour régler ses comptes avec Laurent Gbagbo." Balan, chapeau de cow-boy vissé sur le crâne, noeud texan autour du cou et santiags aux pieds, est une figure bien connue du tribunal des armées.

Réputé tenace, ce pénaliste défend depuis trente ans les militaires dont les droits ont été bafoués. Après des années d'investigation, il s'est forgé des certitudes. Selon lui, les dirigeants français (le président Jacques Chirac, Michèle Alliot-Marie, sa ministre de la Défense, Dominique de Villepin, à l'Intérieur...) ont joué avec le feu.

Selon plusieurs témoignages de militaires et de diplomates versés au dossier d'instruction, Paris savait parfaitement que Laurent Gbagbo avait l'intention de reconquérir le nord du pays. Le 2 novembre, Gildas Le Lidec, l'ambassadeur de France, et le général Poncet, le patron de Licorne, tentaient encore de l'en dissuader. Le lendemain, c'était au tour de Jacques Chirac de décrocher son téléphone. Réponse du président ivoirien : "Je ne peux plus tenir mes militaires."

>> Lire aussi : Bombardement de Bouaké : la ministre française Michèle Alliot-Marie mise en cause

À Yamoussoukro, les Français suivent minute par minute le pilonnage des positions rebelles par les deux Sukhoi et les va-et-vient de l'Antonov qui les réapprovisionnent en munitions depuis Abidjan. Selon les pièces versées au dossier, Paris avait obtenu du colonel Mangou, chargé des opérations militaires à Yamoussoukro, qu'il l'informe à l'avance des cibles qui allaient être frappées pour permettre à ses soldats de se mettre à l'abri.

Le général Poncet pense à une "bavure manipulée", Michèle Alliot-Marie dément

Alors que s'est-il passé ? Un mercenaire français au service de l'armée ivoirienne, le pilote Jean-Jacques Fuentes, affirme que les pilotes des Sukhoi ont été induits en erreur par une source élyséenne qui leur aurait fait croire qu'une réunion de chefs rebelles se déroulait dans le mess des officiers. Mais ce témoignage est sujet à caution compte tenu de l'identité du témoin. Le général Poncet a, de son côté, formulé plusieurs hypothèses quant à l'origine du raid, dont celle de la "bavure manipulée". "Du pur délire", selon Michèle Alliot-Marie.

Peut-être. Mais pour Me Balan, la France devait penser qu'il n'y aurait pas de victimes, le mess étant exceptionnellement fermé ce jour-là. S'il y a eu des morts, c'est parce que des militaires s'étaient réfugiés sous les auvents du bâtiment à l'approche des Sukhoi - ce que Paris, toujours selon l'avocat, n'avait pas prévu. Mais, dans cette hypothèse, que cherchait la France ? À justifier un coup d'État en préparation contre Laurent Gbagbo, continue Jean Balan.

Huit Biélorusses dont l'un des pilotes arrêté au Togo


Le 7 novembre, dès le lendemain du bombardement, une colonne de blindés français encercle la résidence de Gbagbo, dans le quartier de Cocody, à Abidjan, avant de se replier. Les militaires affirment qu'ils se sont trompés de route, Alliot-Marie qu'il s'agissait de protéger l'ambassade de France située juste à côté. D'autres témoignages mentionnent la présence du chef d'état-major, Mathias Doué, dans l'un des véhicules blindés. Aurait-il eu l'intention de renverser Gbagbo avant de se raviser devant le nombre des pro-Gbagbo descendus dans les rues ? Ce qui est sûr, c'est que Doué a aussitôt été limogé, et qu'après un long exil à l'étranger il coule désormais des jours tranquilles à Abidjan.

Mais il y a plus troublant encore. De retour dans la capitale ivoirienne, les deux pilotes biélorusses se posent sans difficulté sur les pistes de l'aéroport, pourtant surveillé par les Français, et sont exfiltrés vers le palais de Yamoussoukro. Dans l'après-midi, les soldats français détruisent les avions à la hache (Paris les couvrira, mais Poncet sera vertement réprimandé par sa hiérarchie).

À Abidjan, tout s'accélère. Des éléments de Licorne prennent l'aéroport, et arrêtent 15 techniciens russes, biélorusses et ukrainiens chargés de l'entretien des Sukhoi. Ils les retiennent durant quatre jours, avant de les remettre au consul de Russie, le 11 novembre, en présence d'un délégué du Comité international de la Croix-Rouge - le tout sur instruction de l'état-major à Paris. "Je n'avais pas du tout envie de relâcher ces personnes, a témoigné le général Poncet. On m'a répondu : tu exécutes !"

Cinq jours plus tard, huit Biélorusses, dont l'un des deux pilotes, sont de nouveau arrêtés à la frontière du Togo alors qu'ils se présentent comme "mécaniciens agricoles". Le ministre togolais de l'Intérieur, François Boko, fait immédiatement le lien avec les événements de Bouaké et décide de les placer en garde à vue. Son audition ne manque pas de sel. Il assure avoir appelé le lieutenant-colonel Velseder, de la DGSE (les services de renseignements extérieurs de la France), qui était également conseiller de Gnassingbé Eyadéma, pour savoir s'il devait l'avertir.

Son interlocuteur lui aurait répondu que sa "direction parisienne ne l'avait pas autorisé à informer [le chef de l'État togolais]". "Nous avons sollicité aussi le SCTIP [Service de coopération technique internationale de police] et un autre canal au ministère de l'Intérieur pour demander à Paris la conduite à tenir, ajoute Boko. Les instructions étaient de ne rien faire. Devant l'attitude de la France, qui m'a beaucoup étonné, j'ai été amené à prendre des arrêtés d'expulsion."


Interrogé lui aussi, Dominique de Villepin, à l'époque chargé de l'Intérieur, a déclaré ne pas avoir été informé de cette affaire. Pour Alliot-Marie, il n'y avait pas de base légale, faute de mandat international, pour interroger les suspects. Faux, rétorque Me Balan. "L'autorité judiciaire était parfaitement en mesure d'établir en urgence une demande d'entraide pénale internationale aux fins de faire entendre les suspects par les autorités togolaises qui faisaient preuve d'une bonne volonté manifeste."

D'ailleurs, les mercenaires de l'Est avaient déjà été entendus, mais par les Forces spéciales françaises à Abidjan, si l'on en croit le général Thonier, adjoint de Poncet à Abidjan. Des demandes de déclassification liées à l'arrestation des mercenaires slaves ont été demandées. En partie acceptées, leurs noms, photos, métiers figurent au dossier mais, curieusement, il n'y a aucune trace de leurs interrogatoires, et 26 pages sont classées "secret défense".

Et le mystère continue. Aucune autopsie n'a été réalisée sur les corps alors que la loi en fait l'obligation en cas de crime. Réponse d'Alliot-Marie : "L'autopsie des militaires en opération ajoute inutilement du chagrin aux familles." En fait, les corps furent enterrés à la hâte, au point que ceux de deux soldats furent inversés.

Une erreur réparée en 2006. L'exhumation de ces corps, pour qu'ils retrouvent leur sépulture, a montré qu'ils avaient été jetés dans un sac mortuaire couverts de sang, les vêtements déchirés, sans avoir été ni lavés ni habillés. "Toute éventuelle preuve devait disparaître, en conclut Me Balan. Dans quel but ?"

Les rescapés et les familles prêts à médiatiser l'histoire

L'avocat n'a pas réussi à obtenir que Michèle Alliot-Marie soit poursuivie devant la cour de justice de la République. La commission des requêtes a estimé que les déclarations de "Mme Alliot-Marie ne constituaient pas une altération volontaire de la vérité". Une aberration, pour Balan, qui a du coup envoyé un dossier complet sur l'affaire à une soixantaine de députés et de sénateurs français en espérant la mise sur pied d'une commission d'enquête parlementaire. Payé par la caisse d'assurance des militaires, il n'est pas prêt à lâcher le dossier, soumet régulièrement ses découvertes à la juge Khéris (le quatrième chargé de l'affaire depuis le début de la procédure), et demandera prochainement l'audition de nouveaux témoins.

Parmi eux, les conseillers d'Alliot-Marie et de Villepin, Robert Montoya, un ex-gendarme élyséen installé au Togo, qui avait livré les deux Sukhoi à Gbagbo, puis participé à l'exfiltration des mercenaires biélorusses. Quant aux rescapés et aux familles des victimes, ils sont de plus en plus enclins à médiatiser leur histoire pour que la vérité éclate au grand jour. "Ignorer ce qui s'est passé à Bouaké, c'est faire mourir nos compagnons d'armes une deuxième fois", a prévenu l'un d'eux.

Le choix de Jacques Chirac

Comment sortir de l'impasse après les événements de novembre 2004 ? Dans une note datée du 3 décembre 2004, Michel de Bonnecorse, chef de la cellule africaine de l'Élysée, et le général Jean-Louis Georgelin, chef d'état-major particulier du président, proposent trois scénarios à Jacques Chirac : le retrait du dispositif militaire Licorne ; un deal avec Gbagbo pour lui laisser remporter les élections ; ou un renforcement de la présence onusienne pour imposer les accords de Linas-Marcoussis et d'Accra III.

C'est la troisième option qui sera retenue par Chirac. Après avoir obtenu le feu vert des États-Unis, la France demandera le renforcement de la mission de l'ONU pour alléger le dispositif français à Abidjan et éviter un face-à-face avec les forces ivoiriennes. Pourtant, la relation franco-ivoirienne restera tendue jusqu'à la fin du mandat du président français, en 2007.

"Depuis que Chirac n'est plus là, je dors mieux", confiera Gbagbo peu après l'élection de Nicolas Sarkozy. Lors de leur dernier entretien téléphonique, le 4 décembre 2010, Sarkozy suggéra pourtant à Gbagbo d'accepter le verdict des urnes afin de devenir "un héros de la démocratie". Il lui proposa aussi de lui trouver une haute fonction dans une organisation internationale... avant de tout mettre en oeuvre pour le faire partir.


Source : Jeune Afrique

Dimanche 25 Août 2013
Vu (s) 1277 fois



1.Posté par Angoua d''Abolikro le 26/08/2013 11:27 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous savions que la mort des soit disant soldats francais pendant l''operation dignité était un coup de la France qui voulait à tout prix mettre fin à la liberation des zones occupé par les rebels du MPCI. La vérité rattrape le mensonge...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !