Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Côte d'Ivoire: le coup de défiance de Michel Gbagbo

le Jeudi 20 Février 2014 à 00:00 | Lu 1229 fois

Le fils de l'ancien président ivoirien tente d'ouvrir un nouveau front contre ADO.



Michel Gbagbo le fils de l’ancien président ivoirien, a été arrêté le vendredi 14 février à l’aéroport d’Abidjan alors qu’il était sur le point de prendre un vol pour Paris afin de répondre à une convocation de la justice française dans une procédure contre Guillaume Soro et d’anciens chefs rebelles pour «traitements dégradants et humiliants».

Avant de s’interroger sur ce qui a pu motiver ce geste du gouvernement, il convient de rappeler que le fils Gbagbo était en liberté provisoire et est toujours accusé de divers crimes qu’il aurait commis pendant la crise postélectorale. Il est donc dans une situation où il attend de s’expliquer devant la justice ivoirienne qui doit décider de son inculpation ou de sa relaxation.

L’on peut donc supposer que c’est ce statut juridique qui limite les mouvements d’aller et de venir de Michel Gbagbo, qui pourrait avoir dicté la décision du gouvernement de l’interpeller alors qu’il s’apprêtait à embarquer pour Paris. Au-delà de cet empêchement juridique, il faut dire que le gouvernement d’Alassane Ouattara peut avoir d’autres raisons qui pourraient expliquer son opposition au voyage hexagonal du fils de Laurent Gbagbo.

Substitut naturel de son père
Il y a d’abord le curriculum vitae de l’homme. En plus d’être le fils de son père, Michel Gbagbo traîne la sulfureuse réputation d’être un faucon du Front populaire ivoirien (FPI) et constitue de ce fait, avec Simone Gbagbo, Charles Blé Goudé et Pascal Affi N’Guessan pour ne citer que ceux-là, le groupe de ceux qui n’ont toujours pas décoléré de voir Alassane Ouattara assurer la fonction de président de la Côte d’Ivoire. Leur hostilité vis-à-vis du nouveau locataire du palais de Cocody repose, il faut le dire, sur des considérations qui les ont installés dans une logique de non-repentance et de défiance permanente.

L’autre élément qui pourrait justifier l’attitude du gouvernement de ne pas laisser partir Michel Gbagbo à Paris, pourrait être lié à sa double nationalité ivoirienne et française. Ce statut pourrait faire de lui une menace potentielle pour le pouvoir d’ADO. Il pourrait, depuis les bords de la Seine, profiter de sa nationalité française, pour fédérer autour de sa personne tout le lobby pro-Gbagbo déjà actif en France, pour aller à l’assaut de la citadelle Ouattara.

Ces fous de l’illustre locataire de la Cour de la Haye pourraient voir en Michel Gbagbo le substitut naturel et légitime de leur idole dans lequel ils pourront investir leur haine viscérale contre ADO qui, à leurs yeux, passe toujours pour être un imposteur au service de l’impérialisme français.

La dernière raison qui pourrait expliquer l’interdiction du voyage de Michel Gbagbo peut être liée au motif de son déplacement. En effet, ce dernier se rendait à Paris afin de répondre à une convocation de la Justice française dans une procédure contre le président de l’Assemblée nationale ivoirienne et d’anciens chefs rebelles pour «traitements dégradants et humiliants».

Pari risqué mais calculé
Le principal mis en cause est la deuxième personnalité de l’Etat ivoirien. Tout le monde sait le rôle que ce monsieur a pu jouer pour permettre à Alassane Ouattara de s’installer au palais de Cocody. Il est aisé d’imaginer, par conséquent, que le plus sûr moyen de déstabiliser ADO est de créer des ennuis judiciaires à Guillaume Soro, qui peuvent faire de lui un pestiféré dans certaines capitales européennes.

De ce point de vue, l’on peut estimer que Michel Gbagbo sait où frapper pour faire le plus mal à Alassane Ouattara. Dans un contexte déjà marqué par un cheminement laborieux et controversé vers la réconciliation, le coup de Michel Gbagbo pourrait apparaître comme un jeu du quitte ou double, un pari risqué mais calculé. Il essaie de voyager en catimini et il réussit son coup. De Paris, il ouvre un front contre ADO en posant des actes subversifs qui pourront avoir des échos en Côte d’Ivoire.

La deuxième hypothèse, il tente de voyager tout en sachant que son statut juridique ne lui permet pas de le faire. Il se fait naturellement arrêter par les services de sécurité pour étayer la thèse selon laquelle les militants du FPI et notamment ceux qui sont proches de Laurent Gbabgo, sont l’objet de harcèlements au quotidien en Côte d’Ivoire.

Au-delà donc de ce qui apparaît comme un acte de provocation et de défiance, Michel Gbagbo, comme d’ailleurs la plupart des bonzes du FPI, joue la carte de la victimisation. Cette posture, en effet, qui est en réalité une constante du FPI depuis la crise postélectorale, peut susciter la compassion et la sympathie de l’opinion nationale et internationale pour bien des militants du FPI qui sont toujours derrière les barreaux ou qui bénéficient actuellement de liberté provisoire. Parmi eux pourtant, Dieu seul sait s’il existe des gens qui ont contribué à ôter la vie à d’autres Ivoiriens, le plus souvent dans des conditions qui dépassent l’entendement humain.

Cela dit, le gouvernement d’Alassane Ouattara doit plus que jamais, créer les conditions objectives pour une accélération du traitement de tous les dossiers judiciaires.

Pousdem Pickou

Cet article a d’abord été publié dans Le Pays

Jeudi 20 Février 2014
Vu (s) 1229 fois



1.Posté par Miaou le 20/02/2014 01:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On dit de venir chercher votre compatriote dermane. Au lieu de t'emmerder dans de veines suppositions là!!! bouffon.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !