Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Côte d’Ivoire : la presse n’a pas besoin de liberté, mais d’audace !

le Dimanche 27 Novembre 2011 à 06:00 | Lu 546 fois



Il a fait arrêter César et deux autres. Pour avoir dit la vérité. Du coup, c’est l’émoi. Le camarade Bohui sort de pris. Hermann s’y trouve encore. Et plusieurs autres suivront pour y rejoindre Hermann. Combien seront-ils les journalistes qu’il aura tués ou jetés en prison ? 10, 100, 200 ? Le chiffre importe peu. Toujours est-il que la "ouattaradie" est en marche. Massacre de civils. Ruine de la Côte d’Ivoire. Ruine de l’âme des jeunes cadres contraints d’être des francs-maçons. Méprise du droit, des droits universellement reconnus à l’Homme. Et le comble, violation inhumaine de la Liberté de la Presse.

Soyez conséquents, vous n’avez pas besoin de liberté !

La liberté de la presse est une liberté de principe et de promotion des différences. Elle est assise sur la liberté d’opinion qui elle-même tire son essence des libertés dites fondamentales. Or la Constitution ivoirienne est le garant desdites libertés.
Oui, j’ai dit la Constitution de la République de Côte d’Ivoire, la Constitution du « et » et du « ou ». Vous en souvenez-vous ? C’était hier, en l’an 2000.
Cette Constitution n’existe plus depuis le 28 novembre 2010. Ne le saviez-vous pas ? Si la Côte d’Ivoire s’est retrouvée sous le feu et l’odeur du souffre, c’est parce que cette Constitution a été purement et simplement ignorée par la France et ses alliés. Et depuis le 11 avril 2011, outre la Constitution, c’est la République qui a elle-même été démantelée.

Alors très chers confrères, hors République et hors Constitution, de quelle liberté voulez-vous parler ? A quelle liberté vous attendez-vous ?

Il vous faut de l’audace !

Rien de plus. Votre liberté d’expression est vue comme une liberté d’apporter la contradiction à un programme de propagande. Elle n’est pas une liberté simple ou simplement accordée à la Presse. Elle est une liberté qui dérange, qui dénonce, qui contredit, qui apporte la vérité, et la vérité libère car elle ouvre les yeux. Donc votre liberté est un danger contre la propagande, contre le mensonge, contre le faux, contre l’imposture. Et en territoire conquis, fût-il momentanément par l’ennemi, une telle liberté, ne saurait être tolérée.

Donc le régime de l’imposture ne vous fera aucun cadeau. Votre liberté de la Presse, c’est avec Laurent GBAGBO qu’elle existe. Non avec le boucher d’Abidjan.

C’est pourquoi il vous faut de l’audace. Car vous n’êtes plus de simples journalistes qui encadrent l’actualité pour façonner l’opinion, mais vous êtes des ennemis de guerre. Et les ennemis de guerre n’ont pas de liberté. Ils ont le devoir de combattre pour conquérir quelque liberté ! Parce qu’en Etat de guerre, la liberté ne se distribue pas. Elle ne se donne pas. Elle s’arrache au prix de votre sang !

Alors réveillez-vous !

Nous sommes en guerre et vous êtes soit des journalistes alliés soit des journalistes ennemis. Dans le camp des alliés, les journalistes alliés ont le devoir de distiller la propagande qui sous-tend l’effort de guerre. Pris sur un terrain ennemi, le journaliste ennemi est une cible à neutraliser. Un point, un trait.

Or pour l’heure, l’ennemi occupe nos espaces de liberté, notre Nation, votre Nation, terre d’expression de vos libertés fondamentales.

Tant que vous ne donneriez pas une orientation nouvelle à votre approche du métier de journaliste en situation de guerre, tant que votre plume, notre plume ne sera pas une arme pour combattre l’ennemi et tant que votre cœur, notre ne sera pas rempli par le sens du sacrifice et que nous n’accepterions pas le sacrifice des privations injustes, votre moral, notre moral ne sera jamais prêt pour traverser les temps hautement difficiles qui arrivent.

Je dirai, vous ne serez pas à la hauteur des attentes des Ivoiriens, des attentes des Patriotes d’Afrique qui rêvent la libération de la Cote d’Ivoire et de l’Afrique.

Alors pour la dernière fois : arrêtez de nous parler de liberté et donnez-vous de l’audace ! Car vous n’avez pas besoin de liberté mais d’audace pour aller à la guerre !


A Très bientôt.

Hassane Magued

Dimanche 27 Novembre 2011
Vu (s) 546 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !