Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Côte d’Ivoire : la mort est-elle la Solution ?

le Mercredi 7 Mars 2012 à 00:15 | Lu 846 fois



Laurent GBAGBO, le "tyran sanguinaire" qui "décimait" son peuple, a été capturé et jeté en prison loin de son théâtre d’opération. Tous ses partisans et co-auteurs indirects des crimes contre l’humanité et crimes économiques sont en exil avec un mandat d’arrêt international sur leur tête. Même morts et enterrés, Interpol émet un mandat d’arrêt contre eux.

Les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) qui ont "voté" massivement Ouattara à 80% selon Choi, certificateur des vraie fausses élections ivoiriennes de 2010, sont désarmées et mises sur le banc de touche.

Les rebelles, rebrandés FRCI, au goût des faiseurs de démocratie, sont désormais l’armée régulière. Officiellement, ils sont les sauveurs du peuple de Côte d’Ivoire "menacé d’extermination" par Laurent GBAGBO.

Alors, tout baigne. "Un vent nouveau de démocratie souffle", selon François Fillon, Premier Ministre de Sarkozy, le "Français Fort" qui a ordonné le bombardement de GBAGBO et des civils ivoiriens aux mains nues. L’entêtement de Laurent GBAGBO à ne pas reconnaître sa "défaite" a poussé le peuple ivoirien à l’oublier et à le "bannir" de son quotidien. Dixit Choi. Il a même été excommunié par des Eglises. Donc la paix est revenue. L’espoir est né. Le développement peut s’amorcer. La Solution promise peut se mettre en place avec une longévité assurée.

Mars 2011 – Mars 2012, cela fait 12 mois que le régime du Président GBAGBO a été attaqué en entrée de jeu par le Commando invisible installé à Abobo et à Koumassi par l’ONUCI de Choi. Bientôt, ce sera le 11 avril, date anniversaire de la capture de Laurent GBAGBO par la France suivie de l’installation d’ADO Solution, l’homme qu’il fallait à tous les prix aux Ivoiriens.

Mais en 11 mois de Solutions, le peuple peut comptabiliser ce qui suit :

- selon un dernier rapport de Human Right watch, de décembre 2011 à mars 2012, soit en trois mois, il y a eu dans la seule zone de Bouaké 27 attaques à main armée d’une rare violence contre des véhicules de transport et/ou appartenant aux sociétés, ayant fait au moins 21 personnes tuées et 5 femmes violées ;

- selon nos sources des services de sécurité appartenant aux réseaux de la Révolution Permanente, dans la seule localité de Séguéla, au moins 17 cars de transport inter-Etat ont été attaqués de novembre à décembre 2011 avec une moyenne de 5 morts par balle soit environ 35 personnes tuées ;

- dans la ville de Séguéla, pour le seul mois de mars, au moins 5 civils dont 1 élève ont été exécutés froidement par les FRCI ;
- à Abidjan et banlieue, au moins une personne est exécutée par jour ou tous les 2 jours, par les FRCI ;
- à Sikensi, de décembre 2011 à janvier 2012, plus de 100 civils ont trouvé la mort suite à une série d’attaques perpétrées contre les civils autochtones par les FRCI ;

- à Man, Duekoué, Bangolo et localités environnantes, de novembre à février 2012, plus de 75 personnes ont été exécutées par les FRCI, selon les décomptes que nous faisons régulièrement à partir de sources villageoises ;
- à Arrah, officiellement, le régime Ouattara parle de 10 civils exécutés par les FRCI quand nos sources confirment qu’au moins 35 civils ont été exécutés par les FRCI dans la ville d’Arrah et durant les battues organisées dans les campements de planteurs où les villageois s’étaient réfugiés ;

- à Ayamé ville et sous-préfecteure, au moins 3 personnes ont été exécutées par les FRCI de janvier à février 2012 ;
- à Bonoua, plus de 5 corps ont été enregistrés dans les zones périphériques comme ceux de personnes ayant été exécutées de nuit lors des patrouilles des hommes de Koné Zakaria, Chef rebelle promu chef de la Police militaire de Ouattara ;
- Taï, pour le seul mois de février, au moins 6 civils ont été exécutés en une seule nuit par les FRCI sur un différend relatif à des arriérés de prime de gardiennage non versées à temps par des planteurs ; dans la même localité, une vingtaine de civils avaient été exécutés plus tôt en septembre, par les FRCI, …

Bref. Soufflons un peu. La liste est trop longue. Et pour ne pas continuer de l’égrainer, je vais poser la problématique de cette Chronique 220ème de la Révolution Permanente.

Les FDS sont désarmées. GBAGBO est en prison. Les soi-disant miliciens de GBAGBO assimilés à des étudiants ont été pour la plupart exécutés en mai 2011 par les hommes de Shérif Ousmane ainsi que ceux du dénommé Ben Laden. Un rapport de Human Rigth Watch très documenté en donne les détails. Ceux d’entre ces étudiants qui ont eu la chance de fuir sont en exil au Ghana.

Depuis le 11 avril 2011, toutes les personnes tuées sont le fait des FRCI, l’armée de Ouattara. Alors question : qui d’autre que Ouattara donne l’ordre de tuer les Ivoiriens en nombre aussi massif ?!

Si Ouattara fait tuer autant d’Ivoiriens sans être ému, inquiété ou avoir à s’expliquer devant les "Défenseurs" des droits de l’homme et de la Démocratie, n’est-ce pas parce que ces tueries massives font partie du Kit ADO Solution préparé pour la Côte d’Ivoire ?

Ce n’est qu’une question de bon sens. La mort pour les autres, le pillage pour les uns, voici le Kit ADO Solution qu’il fallait imposer à la Côte d’Ivoire.

Le bon sens m’impose alors une autre question : et si toutes les morts qui ont jalonné la marche de la Côte d’Ivoire depuis 1999 viennent enfin de trouver une explication, un auteur direct et un commanditaire à travers ce Kit ADO Solution ?

Mais ne vous y trompez pas. Le bon sens n’est plus de ce monde.

Alors GBAGBO reste le co-auteur indirect des crimes, ce qui lui a valu d’être bombardé et déporté à la Haye.

Ouattara revendique par les tueries quotidiennes, son prestigieux titre d’AUTEUR DIRECT des crimes massifs commis depuis plus de 10 ans et maintenant de façon spectaculaire en Côte d’Ivoire. Mais un auteur direct, dès lors qu’il agit dans l’intérêt des propriétaires des missiles, prisons et cours de "justice" internationale, a un droit universel à l’impunité.

Dès lors, notre seul espoir pour que tout ça s’arrête, reste évidemment notre Droit légitime à la révolte en vue d’une riposte à la hauteur de l’injustice et du mépris. Et ce Droit se doit d’être exercé maintenant, avant qu’il ne perde tout son sens !


A Très bientôt.

Hassane Magued

Mercredi 7 Mars 2012
Vu (s) 846 fois



1.Posté par Noel Sharon le 07/03/2012 09:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci frère HASSANE pour ce récapitulatif non moins exhaustif. Frère HASSANE, je souhaite demande la permission aux hommes de terrain d'entrée en action. En effet, lorsque tu danses avec un aveugle qui te marche constamment sur les pieds, fais lui la même chose pour qu'il sache qu'il n'est pas seul sur la piste de danse. Alors fiers guerriers les temps sont venus pour que vous entriez en action. Le peuple commence à perdre patience et commence à s'habituer à la vie de résignation. Je vous en prie ne donnons pas la possibilité à Dramane de nous exterminer. Dignes fils et fiers guerriers, le peuple attend le coup d'envoi et vous aurez l'appui humain nécessaire pour vaincre, alors ne tardez pas s'il vous plaît !!!

2.Posté par DOUZAMOUNA le 07/03/2012 22:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vraiment!!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !