Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Côte d’Ivoire : descente aux enfers des hommes de Laurent Gbagbo

le Mercredi 30 Janvier 2013 à 08:49 | Lu 1038 fois

Arrêté le 24 Août 2012 à l’aéroport d’Accra alors qu’il revenait d’un voyage en Afrique du Sud, Justin Koné Katinan, ancien ministre ivoirien du budget sous le régime de Laurent Gbagbo, est toujours entre les mains de la justice ghanéenne. Contrairement au leader des jeunes du Front populaire ivoirien (FPI), Charles Blé Goudé, qui a été rapidement extradé sur demande d’Abidjan, Justin Koné Kanotan est encore en détention à Accra, qui n’arrive pas à le renvoyer chez lui faute d’éléments nouveaux sur son dossier.



Côte d’Ivoire : descente aux enfers des hommes de Laurent Gbagbo
Une semaine après l’arrestation de Charles Blé Goudé, c’est celle d’un autre collaborateur de Laurent Gbagbo qui alimente la chronique en Côte d’Ivoire. En effet, après la chute de Laurent Gbagbo, le 11 avril 2011, ses fidèles collaborateurs n’ont pas hésité à prendre la poudre d’escampette vers le pays voisin, le Ghana. La stratégie est simple et bien connue de tous : éviter à tout prix de tomber dans les filets de la justice ivoirienne.

Le premier à s’enfuir a été le leader de l’Alliance des Jeunes Patriotes pour le Sursaut National, Charles Blé Goudé. Arrêté le 17 janvier dernier à Accra, dans la capitale Ghanéenne et accusé de crimes de guerre, de meurtres, de crimes économiques et d’enlèvement, l’ex-bras droit de Laurent Gbagbo fait aujourd’hui face à des ennuis judiciaires dans son pays. Son arrestation n’avait pas point suscité tant d’effervescence dans un pays encore meurtri par des décennies de guerre qui ont coûté la mort à plus de 4000 personnes.

Justin Koné Katinan à nouveau face à la justice

Tout comme son ancien ami de parti, Justin Koné Katinan est accusé de crimes économiques pendant la crise post-électorale entre fin 2010 et avril 2011 par les autorités ivoiriennes qui demandent qu’il soit rapidement extradé du Ghana, où il s’est exilé depuis lors. Une audience pour statuer sur son cas devait se tenir le 20 décembre 2012, mais elle a été reportée à la date du 17 janvier dernier pour des raisons non encore élucidées.

Le 17 janvier dernier, après l’apport de nouveaux éléments de preuves versés au dossier de l’accusation par les autorités ivoiriennes, le juge du Magistrate Court d’Accra avait accordé un temps à l’avocat de Katinan, M. Patrick Sorgbordzor, pour préparer la défense de son client. Faute d’éléments nouveaux sur ce dossier, il reviendra à la justice ghanéenne de chercher à résoudre plusieurs inéquations, dont celles de savoir si le procès a des antécédents politiques, si les traités signés par le Ghana autorisent l’extradition d’un accusé pour de fins judiciaires et enfin si la législation ghanéenne reconnait des infractions externes.

L’agence de presse africaine a annoncé que le procès de Justin Koné Katinan ce tiendrait ce mardi 29 janvier. Il a déjà été entendu le 17 janvier par la justice ghanéenne concernant de nouvelles charges retenues contre lui, dont « conspiration de vol et de vol en tant que ministre du budget de la République de la Cote d’Ivoire »

Le Ghana acceptera-t-il d’extrader un autre ancien collaborateur de Laurent Gbagbo ? Il est trop tôt pour prévoir une issue sur cette affaire. Deux cas de figure sont possibles : apport de nouveaux éléments pour que l’audience puisse se dérouler normalement, avec comme issue le renvoi de l’affaire ou la prononciation d’un non-lieu par le Tribunal du Ghana.

Mercredi 30 Janvier 2013
Vu (s) 1038 fois



1.Posté par Miaou le 30/01/2013 09:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Des écrits légers, approximatifs.On ne peut pas appeler ça: article. Le debut même de cette merde ne permet pas d'aller jusqu'au bout tellement c'est plein de mépris.
Si les partisants de Gbagbo ont fuit c'est tout simplement pour échapper aux milices de ouatra. Sinon il n'y a que vous qui voyez une quelconque justice depuis l'achèvement du coup d'état de la franSSe le 11 04 11.
Mais vous savez, Patrice LUMOMBA aussi n'avait pas été lui aussi, soutenu par les africains...et l'agence franSSe propagande (afp) avait même intoxiqué le monde entier en disant que ce DIGNE FILS avait été linché par des villageois après qu'il ait volé une voiture pour s'enfuire... (sic).
Ah Obama dans sa contradition permanente vient de dire: "qu'un homme politique devrait poser des actes par rapport à l'appréciation de l'histoire, et non pas au vu de son intérêt immédiat et égoïste". Donc c'est l'histoire qui dira qui de ouatra ou de Gbagbo doit rentrer au panthéon des Grands hommes Africains et qui doit rester le pantin du colonisateur. Oui missier...

2.Posté par TCHEDJOUGOU OUATTARA le 30/01/2013 13:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci MIAOU. On a l'impression que certais se croient obligé de développer des arguments qui n'amènent nulle part. Car, celuo qui esg parvenu au pouvoir dans les chars des occidentaux, il est connu : c'est Dramane. Celui qui a détruit la C.I avec le MPCI, c'est Dramane Ouattara. Les occidentaux le savent. Les ivoiries, eux, ne le savent que trop. Et comme tu le dis, combattant MIAOU, c'est plus tard, c'est-à-dire, d'ici 10, 15, 20 ans que les mêmes "blancs" reveleront la vérité sur l'élection du 28 novembre 2010. C'est au terme de ce temps qu'ils diront dans des documentaires spdéciaux sur le Côte d'Iivoire que GBAGBO était un vrai démocrate que le monde, et en particulier l'occident avait décidé d'ignorer, d'assalssiner. C'est là qu'ils reconnaîtront que Dramane est un pur burkinabè venu pomper l'air aux paisibles ivoiriens. Qu'il n'avait jamais gagné d'élection en C.I. Qu'il était le patron de la rébellion du 19 septembre 2002 de SOFO Guillaume. Qu'il était un vrai dictateur, un génocidaire...Mais lorsque l'Occident le reconnatra en a ccusant les OBAMA, les Sarkozy et consorts, la plupart d'entre eux seraient soit dans les tombes, soit hors de la scène. On les connaît. C'est pourquoi, le peuple ivoirien a décidé de lutter maintenant afin que leur système " mente"....

3.Posté par debordo le 30/01/2013 15:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"La stratégie est simple et bien connue de tous : éviter à tout prix de tomber dans les filets de la justice ivoirienne. "
il faut qu'on se dise la vérité : s'ils ont fuient ce n'est pas a cause de la justice mais plutôt a cause des rebelles d'ALASSANE (FRCI) et des bombes françaises. Ces rebelles qui sont venus pour tuer les ivoiriens avec la complicité de ONUCI et de la LICORNE.
Voila la vérité. Ces dignes fils qui sont a l'exil veulent rentrer mais ont peur de la barbarie des FRCI et des atrocités qu'ils vont subir

4.Posté par djidjessou le 30/01/2013 17:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Qui a écrit cet article? Il faut signer les articles que vous écrivez pour qu'on puisse bien faire les commentaires et les reflexions sur ceux-ci.

Toute fois je voudrais remarquer que l'auteur de l'article ignore tout de la réalité en Côte depuis le 11 Avril 2011 jusqu'à ce jour. Peut être par mauvaise foi ou par ce qu'il suit trop les media qui font et defont les opinions dans le monde.

Ce n'est pas par peur de la justice en Côte d'Ivoire (d'ailleur , il y en a pas en ce moment) qu'ils ce sont retrouvés ces partisants de LG au GAHNA ; mais par pur instant de coservation.

5.Posté par GOLAH le 31/01/2013 14:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"descente aux enfer des hommes de Gagbo" quel est ce titre? afrik 53 lutte t-il avec nous ?
n'ayant pas la reponse, je me reserve de développer mon idée. ce journal en ligne doit comprendre que nous ne descendons pas aux enfer. nous persécutés comme les juifs l'étaient par Hitler; ce journal doit plutôt dire que le pouvoir autocratique d'abidjan continue d'arrêter ses opposants alors qu'il parle de reconciliation. voici la démarche journalistique.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !