Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Cote d'Ivoire : Week-end d’indépendance sanglant : Un autre commando invisible frappe

le Mercredi 8 Août 2012 à 05:48 | Lu 1860 fois

Miliciens, mercenaires pro-Gbagbo ? Soldats frustrés des FRCI ? Ex-éléments des FDS ? Le commando qui a frappé le camp militaire du premier bataillon d’infanterie d’Akouédo dans la nuit du 5 au 6 août 2012, est encore sans visage.



Cote d'Ivoire : Week-end d’indépendance sanglant : Un autre commando invisible frappe
Les autorités tentent tant bien que mal de coller à ces assaillants une identité qui faciliterait certainement les enquêtes. En attendant, ces hommes armés du lundi dernier ont laissé derrière eux sept (7) cadavres, dont six (6) éléments des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) et un (1) élément dans le camp ennemi, ainsi qu’une dizaine de blessés. « Le camp a fait l'objet d'une attaque ciblée par les deux entrées, mais grâce à l'envoi de FRCI en renfort, les assaillants ont été repoussés », a déclaré le ministre de la Défense Paul Koffi Koffi, lors d’une visite dans le camp quelques heures après l’attaque.

Faut-il le rappeler, c’est aux environs de 03h00 du matin que des individus puissamment armés, une centaine selon des témoins, ont donné l’assaut à la caserne militaire d’Akouédo, avec comme premières victimes les sentinelles. Surprises, celles-ci ne se laisseront pas pour autant faire, et réussiront à atteindre mortellement un assaillant.

Ces visiteurs inattendus et pas du tout catholiques mettent ensuite le cap sur l’armurerie, comme s’ils avaient un plan d’actions précises. Là, ils réussissent à soutirer plus de 200 armes en tous genres et des munitions, avant de fondre dans la nature. Le même jour, les FRCI ont lancé une vaste opération de ratissage dans les alentours du camp et la localité mitoyenne de Bingerville, où les assaillants auraient battu en retraite. Pendant les patrouilles des FRCI, la résidence située non loin du camp d’Akouédo, de Me Toussaint Dako Zahui, l’un des membres du collège d’avocats pour la défense de Laurent Gbagbo, a été perquisitionnée pendant des heures. L’avocat a même été interpellé avant d’être relâché plus tard.

Il faut le noter, les assaillants n’étaient pas à leur premier coup avec le camp d’Akouédo. La veille, c’est-à-dire dans la nuit du samedi 04 au dimanche 05 août, c’est le commissariat du 17ème arrondissement et un poste de contrôle des FRCI dans la commune de Yopougon qui ont été attaqués. Bilan : 05 morts. Etait-ce par les mêmes individus armés ? Y avait-il un lien entre les attaques d’Akouédo et de Yopougon ? Difficile de dire. Le commando sans nom n’a pas frappé qu’à Abidjan.

La ville d’Abengourou, située dans l’Est de la Côte d’Ivoire, a eu droit à sa part de violence. Le dimanche 05 août, a-t-on appris, le camp militaire de la ville a été attaqué. Selon des sources, les assaillants ont usé de ruse pour tromper la vigilance des sentinelles avant de passer à l’acte. Ils ont laissé croire à une agression de certains individus dans la broussaille pour attirer la garde. Aussitôt fait, d’autres individus, environ une quinzaine, vont surgir de la broussaille et tenter de prendre la base militaire. Mais ils seront empêchés par d’autres militaires, dont la vigilance était de mise.

Cet affrontement entre les individus venus de la brousse et les militaires d’Abengourou a fait, selon plusieurs sources, de nombreux blessés du côté des FRCI. Cette série d’attaques, il faut le souligner, replonge les Ivoiriens dans la lourde atmosphère de la crise post-électorale, et rappelle étrangement les individus puissamment armés et sans visage qui s’étaient installés dans la commune d’Abobo au plus fort de la crise post-électorale de 2010, et qui tenaient tête aux forces de défense et de sécurité (FDS) d’alors sous le régime du président Laurent Gbagbo. Ces hommes armés ont semé la terreur à Abobo, avant d’être reconnus comme des troupes obéissant aux ordres de l’ex-sergent chef des FANCI, Ibrahim Coulibaly.

Ils s’attaquaient aux commissariats de police et aux brigades de gendarmerie, afin de récupérer armes et munitions, et consolider ainsi leur position face aux forces fidèles à Laurent Gbagbo. Ce commando invisible a joué un rôle déterminant dans la chute de l’ancien régime, avec des actions sporadiques à travers les communes d’Abidjan, notamment Abobo, Koumassi, Yopougon, qui ont affaibli les positions des ex-FDS. Plus d’un an après cette douloureuse crise, la capitale économique renoue avec cette forme de violence orchestrée par des individus sans visage. Une sorte de guérilla urbaine que le nouveau régime devra freiner par tous les moyens pour éviter que l’histoire se répète.

Le gouvernement opte pour la fermeté

Le gouvernement ivoirien n’entend en effet pas rester les bras croisés face aux violences qui sont perpétrées. Aussi, après les attaques de Yopougon et d’Akouédo, le chef de l’Etat, ministre de la Défense et chef suprême des armées, Alassane Ouattara, a convoqué le lundi 06 août une réunion de crise au palais présidentiel du Plateau avec les généraux commandant les forces de défense et de sécurité, ainsi que les ministres en charge de ces domaines. Un seul message à retenir : la fermeté face aux assaillants. « Le président a donné des instructions sur la fermeté qui doit être le maître-mot de réponse à ces actes de personnes qui veulent perturber la quiétude des Ivoiriens », a déclaré le ministre ivoirien de l’Intérieur, Hamed Bakayoko, au sortir de cette réunion de crise. Il reste convaincu qu’il s’agit d’une « stratégie de harcèlement pour semer le doute, perturber la confiance qui se consolide.

Le président de la République a donné des instructions et a pris des dispositions pour que nos forces puissent réagir avec fermeté ». Idem pour le général Soumaïla Bakayoko, chef d’état-major général des FRCI. « Ce sont des éléments mal intentionnés. Nous n’en avons pas encore arrêté pour l’instant, même si nous en avons éliminés. Nos forces vont intensifier leur présence sur l’ensemble du territoire. Des instructions ont été données par le président, il s’agit d’être ferme, et nous allons appliquer cela avec la plus grande rigueur. A partir de ce jour, vous constaterez la présence de nos hommes dans toutes les rues d’Abidjan et à l’intérieur du pays », a- t-il conclu. Selon le ministre Bruno Koné, porte-parole du gouvernement, hier sur les antennes de la RTI, « la majorité des assaillants ont été repris, ainsi que la majorité des armes qui ont été volées ».

Hamadou ZIAO
L'Inter

Mercredi 8 Août 2012
Vu (s) 1860 fois



1.Posté par duval le 08/08/2012 14:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quand on gnankanmi un pays, à quoi doit-on s'attendre ?
Si tu craches en air, c'est ton voisin qui reçoit ta sale morve que tu jettes..

2.Posté par darling le 08/08/2012 15:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Arrêtez de tromper les ivoiriens, il n'ya pas eu de morts dans le camp du commando invisible. Et puis watara parle de fermeté, alors qu'il joigne l'acte à la parole et il verra qui est en face de lui!!

3.Posté par duval le 08/08/2012 15:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Justement, moi-même je veux être témoin de la bravoure de dramane
Je veus qu'il défie ce commando invisible une bonne fois, que kone zakaria ne s'adonne pas aux spectacles et on va apprécier.

Si cette terre de COTE D'IVOIRE n'est pas la tienne, alassane dramane ouattara, tu vas payer très cher ce que tu as commencé.
Puisse l'ETERNEL nous guider et nous faire découvrir la vérité.. Amen

4.Posté par Hermann N'da le 08/08/2012 16:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
OUATTARA doit engager immédiatement une négociation avec les assaillants en les appelant à une table de discussion pour former avec eux, un Gouvernement de large ouverture. C'est la seule solution à ce conflit. Ou bien?

5.Posté par 100/100 Kameroun le 08/08/2012 19:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
« la majorité des assaillants ont été repris, ainsi que la majorité des armes qui ont été volées ». Bruno Koné, ministre menteur.

6.Posté par fatim le 08/08/2012 19:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Non mon frere HERMANN N DA ce n est pas la solution car le veritable probleme de la CI c est ADO donc tu conviens avec moi que l unique solution est que cet aventurier retourne d ou il vient pour que paix revienne dans notre pays.On ne peut pas negocier avec ces hors la loi et sans coeurs.Avec le president GBAGBO oú on n est pas passé pour que cette crise prenne fin?D accords en accords on a fait toutes les capitales du monde pour qu ils deposent les armes,mais en vain, on a meme accepté l inacceptable au nom de LA PAIX et LA RECONCILIATION (SORO premier MINISTRE)mais á la fin ce qu on evitait s est imposé á nous.Donc si les moyens pour troler ce sieur hors de nos frontieres sont reunis ;je ne sais pas pourquoi on negocira.Au fait, qu est ce qu on va negocier au juste?Nous, les postes ministeriels ne nous interesse pas , aussi notre liberte´et celle de la CI ne se negocient pas.merci de me comprendre.

7.Posté par Hermann N'da le 08/08/2012 21:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ma très Chère Camarade FATIM
Je me moquais juste un peu de cet apatride sanguinaire qui nous avait imposé avec sa bande de vampires occidentaux, en 2002, des négociations avec leurs terroristes de la CEDEAO rebaptisés aujourd'hui FRCI. Maintenant c'est le tour. de cet "IVOIRIEN" SANS VILLAGE". Il va récolter la plus violente des tempêtes dans quelques heures. OU BIEN?

8.Posté par Appolinaire Sery le 09/08/2012 00:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
mieux s'informer est mieux que tout

9.Posté par cool le 09/08/2012 05:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
pas de négociation s'ils arrivent dramani va les tuer hummm faite attention depuis là vous ne connaissez pas le type lààààààààààà hein depuis houphouet jusqu’à ce jour ahhh faites attention deh

10.Posté par duval le 13/08/2012 14:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ne t'en fais pas mon cher COOL ! Un cabri à courte queue se paie par un cabri à courte queue.
Lui dramane sait qu'il ne fera rien face à ce déluge de feu de l'ETERNEL
Il ne dira pas qu'il n'a pas été averti...
"Votre guerre que vous êtes en train de concevoir sur vos écrans d'ordinateur là n'est pas la guerre de la COTE D'ivoire. Si vous essayez, vous n'allez plus jamais faire de guerre à quelqu'un d'autre tout le reste de votre vie car les Ivoiriens sont doux et amers" : les bons fils de ce pays leur chantaient çà... Ils n'ont pas voulu y comprendre quelque chose, tellement dramane voulait lui aussi gouverner la COTE D'IVOIRE, MA PATRIE.
Mais ça va rentrer dans ses narines. Laissez-le ; pour le moment, les Enfants s'amusent.
Bonne lecture parents...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !