Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Côte d’Ivoire Wattao et le Malien Sékou Niangadou accusés de violer l’embargo sur le diamant

L'Afrique en mouvement - Afrik53.com : Infos 7J/7 le Jeudi 24 Avril 2014 à 07:51 | Lu 1256 fois



Les ex rebelles pro-Ouattara encore accusés de violer l’embargo sur le diamant
Connectionivoirienne.net avec Reuters
Issiaka Ouattara dit Wattao, un officier supérieur de l’armée Côte-d’Ivoire principal est accusé de violations de l’embargo sur les diamants par des experts de l’ONU.

La Côte-d’Ivoire est le seul pays dans le monde encore soumis à une interdiction de l’ONU sur les exportations de diamants. Mais ce pays a récemment [novembre] reçu un certificat « provisoire » de bonne santé du Processus de Kimberley – l’organisme chargé de la prévention de la vente de soi-disant « diamants du sang », servant à financer les conflits armés .

Ce pays d’Afrique de l’Ouest, sortant d’une crise d’une décennie qui a abouti à une brève guerre 2011, presse le Conseil de sécurité de l’ONU de mettre fin à l’embargo, qui a été mis en place il y a de cela neuf ans à la suite d’une première guerre civile de 2002 à 2003.

Mais les experts de l’ONU chargés de surveiller le respect des sanctions par le régime d’Abidjan, y compris un embargo sur les armes, ont récemment déclaré que des diamants sont toujours exportés de Côte-d’Ivoire, en violation de l’interdiction .

« Les mesures et les restrictions imposées par le du Conseil de sécurité de l’ONU n’empêchent toujours pas le trafic illicite de diamants bruts ivoiriens « [selon le rapport publié mardi 22 avril 2014].
Un porte-parole du gouvernement ivoirien a refusé de commenter les accusations, affirmant qu’il n’était pas au courant du contenu du rapport .

Le groupe a identifié un acheteur principal de diamant dans la localité de Séguéla – l’une des deux zones principales d’extraction de diamants du pays – comme un ressortissant malien nommé Sékou Niangadou.

Niangadou est accusé par les experts de l’ONU d’avoir contourné le processus de Kimberley [un système international de certification créée par les gouvernements, la société civile et l'industrie du diamant] en envoyant des diamants bruts ivoiriens en Guinée et au Libéria pour obtenir des certificats d’origine.
Un précédent rapport par les experts publiés en octobre 2013 avait estimé la valeur annuelle du commerce illicite de diamants ivoiriens entre 12 millions et 23 millions de Dollars US.

Diamants contre armes ?

Afin de faire fonctionner ses trafics de diamants, selon les experts , le réseau de Niangadou a effectué des paiements en espèces à deux officiers de l’armée ivoiriennes dont le lieutenant-colonel Issiaka Ouattara, plus connu sous le nom de Wattao, commandant adjoint de la Garde républicaine de Côte-d’Ivoire.

Wattao était un commandant des rebelles des Forces Nouvelles, qui avaient lancé une rébellion en 2002 et qui ont par la suite soutenu le président Alassane Ouattara pendant la guerre de 2011, déclenchée par le refus du chef de l’état sortant Laurent Gbagbo d’accepter sa défaite après la présidentielle de 2010.
Le groupe d’Experts a déclaré qu’il y avait « des preuves solides » indiquant que l’argent provenant du trafic de diamants avait été utilisé pour entretenir et équiper des éléments au sein de l’armée fidèles à Wattao .

« Le Groupe craint que les fonds soient utilisés pour l’achat d’armes et de matériels connexes en violation du régime de sanctions» affirment les experts.
Un chargé de communication de Wattao joint, a indiqué que le lieutenant-colonel refusait de commenter les allégations .

Avant l’embargo, Côte-d’Ivoire produisait environ 300 000 carats de diamants par an, d’une valeur d’environ 25 millions de Dollars US, selon les experts de l’industrie .

Les diamants du sang sont apparus sous le feu des projecteurs dans les années 1990, à la suite d’une succession de conflits sanglants et de violations massives des droits de l’homme en Afrique. Conflits durant lesquels, les diamants du sang servaient à financer l’achat d’armes.
Au plus fort des guerres en Sierra Leone et en Angola, environ un cinquième de tous les diamants bruts dans le monde était considéré comme étant des diamants de sang.

Avec agences et Reuters (Joe Bavier)

Afrik53.com : Infos 7J/7
Jeudi 24 Avril 2014
Vu (s) 1256 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !