Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Côte d’Ivoire: Tu fais grèves je réduis ton salaire

le Samedi 23 Février 2013 à 01:27 | Lu 797 fois



Côte d’Ivoire: Tu fais grèves je réduis ton salaire
ABIDJAN (Xinhua) – Le président de la confédération des syndicats des fonctionnaires de Côte d’Ivoire, Apollinaire Djédjé, a dénoncé vendredi à Abidjan la mesure de réduction de salaire prise par le gouvernement à l’encontre des fonctionnaires qui ont observé trois jours de grève vers fin janvier.

« Des fonctionnaires qui viennent de percevoir leurs salaire de fin du mois de février ont constaté que des ponctions ont été faites sur leur solde », a noté M. Djédjé.

Pour les fonctionnaires, le gouvernement qui menaçait de sanctionner acteurs de la grève a mis sa menace à exécution en ponctionnant les salaires.

« C’est une mesure injuste », s’est écrié le responsable de la confédération des fonctionnaires, promettant de déposer un recours auprès du ministre de la Fonction publique et de saisir également la Cour suprême.

« Une assemblée générale des fonctionnaires aura lieu le 9 mars prochain pour apprécier la situation », a-t-il promis.

Le ministre ivoirien en charge de l’administration publique Gnamien Konan a pour sa part expliqué que « la loi a été appliquée ».

« Dans le cas d’une grève, la loi prévoit une réduction proportionnelle dans ce type de cas. Les grévistes avaient été informés de ce à quoi ils s’exposaient », a fait remarquer en substance M. Konan.

Des syndicats de fonctionnaires ivoiriens avaient lancé dans le courant du mois de janvier un mot d’ordre d’arrêt de travail pour exiger un déblocage et une revalorisation des salaires.



Après une ponction sur le salaire de certains fonctionnaires / Gnamien Konan catégorique :

L’Intelligent d’Abidjan

‘‘Si vous avez fait trois jours de grève… on les retranche dans votre salaire’’



La décision d’une ponction sur le salaire des enseignants entrés en grève du 21 au 23 janvier dernier, entrera en vigueur à partir de la fin du mois de février 2013. Le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative et le président du COSIFOCI ont réagi, hier sur ONUCI-Fm, l’un pour expliquer les motivations d’une telle décision et l’autre pour dévoiler la conduite à tenir.

«C’est la loi n°92-571 du 11 septembre 1992 relative aux modalités de la grève dans les services publics, adoptée par l’Assemblée nationale et promulguée par le Président de la République de l’époque, Félix Houphouët-Boigny, qui indique clairement à quoi s’expose les grévistes, même dans le cadre d’une grève concertée, c’est-à-dire une grève légale (…) Si vous avez fait trois (3) jours de grève, on calcule proportionnellement la valeur salariale de ces trois jours et on le retranche de votre salaire», a justifié le ministre de la Fonction publique, Gnamien Konan. Cette décision est contestée par le président de la Confédération des syndicats des fonctionnaires de Côte d’Ivoire (COSYFOCI), qui entend introduire un recours grâcieux auprès de la tutelle. «Dans un premier temps, nous ferons un recours gracieux auprès du ministre de la Fonction Publique, ensuite nous allons saisir la chambre administrative de la Cour suprême. En tout état de cause, il y aura une Assemblée générale le 9 mars, où tous les fonctionnaires seront invités et apprécieront la situation. Car pour nous, si l’autorité s’empresse à ponctionner nos salaires, l’autorité doit aussi prendre toutes les mesures pour satisfaire nos droits, notamment, les 150 points d’indices, le déblocage des salaires… C’est pourquoi, nous pensons que toutes les mesures prises à présent, sont des mesures qui tendent à nous intimider et à distraire les fonctionnaires», a dit Tapé Djédjé Apollinaire qui n’a pas donné de détails sur le nombre de fonctionnaires concernés par cette mesure. «Nous n’avons pas le chiffre exact, mais nous savons de plus en plus que les fonctionnaires nous appellent pour nous faire savoir qu’effectivement ils ont eu des salaires qui ont été ponctionnés. Pour certains 14.000 FCFA, pour d’autres, 20.000 CFA», a-t-il fait savoir.

A.Dedi

Samedi 23 Février 2013
Vu (s) 797 fois



1.Posté par TCHEDJOUGOU OUATTARA le 23/02/2013 13:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ne soyez pas surpris, c'est le même burkinabè des débuts des années 90.
Au moment où il dilapide les sous du pays avec ses parents burkinabè, ce sont les ivoiriens qui doivent mourir de faim.

Les travailleurs ne doivent pas se laisser impressionnner par de telles pratiques. Il faut faire chuter cet individu.

Tenez bon ! C'est par la contribution de tous et de chacun que ce burkinabè nous foutra la paix.

2.Posté par Hermann N'da le 24/02/2013 00:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ENVISAGER UNE OPÉRATION PAYS MORT ILLIMITÉE


Merci Colonel TCHEDJOUGOU OUATTARA

Je pense pour ma part que le moment est plus que jamais venu d'envisager une grève illimitée jusqu’à la chute de cet apatride.

Le dictateur MOSSI ne pourra rien contre cette arme fatale. Ce sera sa fin.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements










Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !