Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Côte d'Ivoire : Sous Ouattara, rien ne va

L'Afrique en mouvement - G. OURA Kouakou le Lundi 18 Mai 2015 à 00:00 | Lu 876 fois



Avec l’avènement de M. Alassane Ouattara au pouvoir dans les conditions que nous savons tous, avec à la clé une rébellion dirigée par Soro Guillaume actuellement président de l’assemblée nationale, les ivoiriens rêveurs pensaient vivre dans un eldorado où le lait et le miel couleraient à flot, où tout habitant de la Côte-d’Ivoire roulerait sur de l’or. L’on se rend à l’évidence. Face à la réalité, partisans et adversaires sont unanimes pour dire que tout a été construit sur du sable mouvant et que M. Laurent Gbagbo était mieux.

Et pourtant que n’a- t- on pas dit quand Gbagbo gérait le pouvoir de façon démocratique ? Tous les maux de la Côte-d’Ivoire lui étaient attribués. Aujourd’hui que constatons-nous ? Le pays part en lambeau. Les ivoiriens se regardent en chien de faïence. D’un côté ceux qu’on appelle pompeusement les enfants d’Houphouët et de l’autre côté les excommuniés qui Non plus droit à la parole et qui doivent être bannis de la société parce qu’ils ont des pensées contraire aux soi-disant Houphouëtistes. Ou est donc la liberté d’expression et de penser ?

A longueur de journée, dans les médias d’Etat et les médias proches de Ouattara, on ne fait que brandir des chiffres en milliards pour impressionner la communauté internationale et le peuple ivoirien. Tout le monde sait ce que communiquer sur ses actions et tromper la population. Il suffit d’offrir de l’argent aux médias étrangers et nationaux pour soigner votre image et faire votre propagande. C’est ce qu’Alassane Ouattara fait.

Ce bilan qu’il brandit à tout bout de champ n’est que de la fanfaronnade. Rien de nouveau sous ce soleil ardant de Ouattara. Je l’annonçais dans un de mes articles que routes, ponts, l’eau et autres infrastructures étaient des chantiers de la banque mondiale. N’importe quel président aurait été là aurait exécuté ce programme. Qu’on cesse d’importuner le peuple pour ce qui n’est pas de vous. Ouattara sait pertinemment qu’il bénéficie des retombées du travail de Laurent Gbagbo. A preuve, pour le pont de Jacqueville, la mort dans l’âme, il était obligé de le citer comme l’initiateur, le maître d’œuvre et le maître d’ouvrage.

Si Alassane Ouattara est le messie comme il se plaît à le dire, pourquoi le problème du délestage ou coupure intempestive d’électricité ne se résout pas ? Le prix du pétrole a considérablement baissé sur le marché mondiale, en C.I, il n’y a pas d’impact sur le transport. Les prix du carburant à la pompe, après une légère baisse, sont remontés automatiquement. Ensuite, On croyait qu’avec la construction d’une nouvelle usine de cimenterie (CIMAF). Les prix allaient descendre, c’est plutôt une montée exponentielle. Sous Gbagbo le prix du paquet de ciment de 50kg était à 4500 f. Aujourd’hui, le prix est passé à 6000 f voir 7000 à certains endroits. Que dire de la cherté de la vie ? Nos femmes ne savent plus à quel saint se vouer. Tout est devenu cher sur le marché.

Les concours organisés par l’administration ivoirienne tant décriés sous Gbagbo, par méchanceté, sont aujourd’hui des concours de rattrapage ethnique. Il faut être un militant du RDA et être du nord pour espérer voir son nom sur la liste des admis. Sous ce régime, aucune politique d’emploi jeunes. Des candidats ayant présenté des concours et fait leur formation pour rentrer à la fonction publique (cas des assistants sociaux) sous Laurent Gbagbo sont encore au chômage par la faute de la mauvaise politique tribaliste de Ouattara. L’école n’est pas en reste sur le tableau sombre de l’homme dit providentiel.

Des grèves à répétition qui entravent la bonne marche du système éducatif. A ce jour, les Universités et collèges secondaires sont bloquées. M. Ouattara est incapable de tenir ses promesses. Le déblocage des salaires prévu pour fin janvier 2015 n’est pas encore effectif. L’université réhabilitée à coup de milliards (150 milliards) ne fonctionne pas. Les matériels font défaut. Il a promis construire cinq(05) Universités en cinq ans de mandats. Au terme de son mandat, aucune Université ne pointe à l’horizon. Peut-on faire confiance à ce monsieur qui ne tient pas ses promesses, d’ailleurs inéligible, et qui pratique le tribalisme à outrance ?

En tout cas le pays va mal. La radio télévision ivoirienne nationale (RTI) a cessé d’être un outil de développement de la Côte d’Ivoire. La RTI est devenue un outil de communication et de propagande du parti RDR d’Alassane Ouattara. Il ne se passe pas un jour sans qu’on encense le mentir du RDR. La réconciliation et la paix sont le dernier des soucis des nouveaux dirigeants. Dans cette situation de ni paix, ni guerre, ils se mettent plein les poches et le peuple croupit dans la misère. Il suffit de lever le petit doigt pour que les milices de Ouattara soient à vos trousses.

Malgré ce tableau sombre, le sieur Ouattara parle d’émergence à l’horizon 2020. Il souhaite un second mandat, alors qu’il n’ y a plus droit. Pour cela, il contraint Henri Konan Bédié à le suivre et à le soutenir pour faire un passage en force. Et Bédié de dire du bout des lèvres, lors de l’investiture du candidat du RHDP, le samedi 25 avril 2015, ceci : << Je vous présente Dramane Ouattara le candidat du RHDP >>. Une coalition mise en place pour détruire la Côte d’Ivoire. Les dignes fils d’Houphouët tels que Essy Amara, Charles Konan Banny, Kouadio Konan Bertin et Kabran Brou Jérôme se sont levés pour dire non à cette imposture. Il faut faire donc bloc derrière eux pour mettre fin à la décrépitude de notre pays.

Au vu de tous ces travers, on se rend compte que Laurent Gbagbo était un bouc émissaire que Ouattara et la communauté internationale voulaient s’en débarrasser. Sous ce régime, l’émergence n’est qu’un slogan. Aucune véritable politique de développement n’est mise en place. C’est la fanfaronnade, c’est la propagande. Le délestage en matière d’électricité bat son plein.

G.OURA Kouakou
ourandrin@yahoo.fr


G. OURA Kouakou
Lundi 18 Mai 2015
Vu (s) 876 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 22 Novembre 2016 - 00:00 Du rattrapage ethnique au parti unique.

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !