L'info Réelle...
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net


Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Côte d'Ivoire - Sortis de la Maca: Voici les 20 prisonniers transférés à Séguéla

le Vendredi 2 Novembre 2012 à 06:58 | Lu 1388 fois

Quarante détenus, dont de nombreux pro-Gbagbo, ont été transférés de la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan ( Maca) vers d’autres pénitenciers, notamment, de l’intérieur du pays.



Jeannot Ahoussou Kouadio, le Premier ministre, met en avant des raisons de sécuritaires
Jeannot Ahoussou Kouadio, le Premier ministre, met en avant des raisons de sécuritaires
Ces quarante détenus sortis, nuitamment de la Maca le 30 octobre 2012, ont été scindés en deux groupes de 20 personnes. Le premier groupe, composé en majorité de militaires, dont l’Amiral Vagba Faussignaux-en attente de son procès- et le commandant Kipré Yagba, commandant en second de la Garde républicaine, deux piliers sécuritaires du régime déchu de Laurent Gbagbo, a pris la direction de la tristement célèbre prison de Séguela.

La prison de Séguela a été qualifiée de « goulag » du Pdci sous le parti unique. Le dernier groupe, lui, a été orienté vers l’ouest, à Man, dans le fief de l’ancien chef de l’Etat, le général Robert Guéi. La Maca est considérée comme une cible potentielle, voire « un objectif stratégique et prioritaire » des centaines d’assaillants « qui ont infiltré Abidjan » en vue de commettre des actes de terreur. Le gouvernement a donc décidé de prendre les devants en convoyant ces prisonniers gênants, ailleurs.

Pour mettre un holà à la polémique qui enfle depuis ce transfèrement qui, dit-on s’est fait au mépris de la loi, le Premier ministre Jeannot Ahoussou Kouadio est tout de suite monté au créneau, pour s’inscrire en faux contre cette allégation. "Nous avons agi conformément à la loi", a-t-il déclaré. Le Garde des sceaux, ministre de la Justice qu’il est a ajouté que « l’Etat ivoirien a la responsabilité de sécuriser les prisonniers sur les sites où ils sont en prison ». Mais, au fond, cette décision de transférer les prisonniers pro-Gbagbo a été guidée par des soucis de sécurité. En tout cas, c’est ce que fait valoir le chef du gouvernement. « C’est pour des raisons sécuritaires que le gouvernement a estimé qu’il fallait répartir les prisonniers sur d’autres sites, en vue de mieux assurer la sécurité des prisons de Côte d’Ivoire et de leurs pensionnaires », a-t-il estimé à l'issue d'un séminaire du gouvernement. « L'État a la responsabilité de sécuriser les détenus, et la loi permet de les répartir dans d'autres prisons », a précisé le Premier ministre.

Ce nouveau transfert se veut le prolongement d’une série, qui a vu, la semaine dernière, le déplacement d’autres détenus de la Maca vers la Maison d’arrêt militaire d’Abidjan (Mama). La tension, à la Maca est montée d’un cran la semaine dernière avec la séquestration, par des détenus de gardes pénitentiaires stagiaires qui aurait combattu aux côtés des Forces nouvelles, à la leur arrivée à Abidjan. Le gouvernement craint que la trop forte concentration des pro-Gbagbo en un seul et même lieu puisse entraîner la naissance d’un « kyste ». Il a donc préféré prévenir que de guérir.


Armand B. DEPEYLA
Soir Info


Vendredi 2 Novembre 2012
Vu (s) 1388 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive