Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Côte d'Ivoire - Situation sociopolitique: Voici les 7 ‘’plaies’’ qui endeuillent l’Ouest

le Jeudi 4 Avril 2013 à 07:42 | Lu 807 fois

Depuis le mardi dernier, à l’issue d’une réunion tripartite entre commandements des Forces républicaines de Côte d'Ivoire (Frci), de l’Onuci et de la force française ‘’Licorne’’, tenue au camp Gallieni, le chef d'Etat-major général des Frci, le Général de corps d'Armées Soumaïla Bakayoko, a annoncé le déploiement de 600 éléments dans l'Ouest du pays, pour sécuriser cette zone en proie à des attaques répétées par des inconnus lourdement armés.



Côte d'Ivoire - Situation sociopolitique: Voici les 7 ‘’plaies’’ qui endeuillent l’Ouest
Ces éléments des Frci, qui effectueront des missions de reconnaissance offensive dans le triangle de Taï-Toulepleu-Guiglo, recevront l’appui aérien de l'Onuci et ce, en coordination avec les forces de défense et de sécurité libérienne. Si l’annonce de ce déploiement de troupes militaires ivoiriennes est fort réconfortante pour les populations de cette région, il n'est pas sûr que la solution aux problèmes de l'Ouest soit uniquement militaire. En effet, 7 grosses ‘’plaies’’ tuent l’Ouest de notre pays. Au cœur de ce faisceau de maux qui minent cette partie du pays, les problèmes de terre.

En effet, l’Ouest, fort riche en grandes portions de terre cultivables et de forêt, se retrouvent aujourd’hui pris en otage par des hommes en armes qui occupent illégalement ces forêts. Ces hommes en armes, qu’ils soient autochtones, ex-miliciens, allochtones ou allogènes armés, se réclamant de l’actuel pouvoir, occupent généralement de façon illégale, voire violente ces forêts. Voilà le premier mal qui ronge l'Ouest.

LE FONCIER RURAL ET LE CAS AMADE OUREMI

La 2è ‘’plaie’’ qui tue l’Ouest du pays aujourd’hui, c’est la présence du sieur Ouédraogo Rémi dit ‘’Amadé Ouéremi’’, véritable ‘’seigneur de guerre’’ qui a mis sous sa coupe toute une forêt classée de ce pays, la forêt du ‘’Mont Péko’’ sans que qui que ce soit, ni autorités politiques ou administratives, ni autorités militaires ou sécuritaires, ne trouvent à redire.

Qui protège Amadé Ouérémi ? Telle est la question à laquelle personne n’a de réponse. Son ‘’protecteur’’ occulte doit être assurément puissant au point que ce ‘’protégé’’ puisse défier ouvertement et publiquement tout un Etat, avec le Chef de l’Etat en tête et son armée, pour que rien ne puisse lui arriver jusqu’à ce jour. L’homme Amadé Ouérémi a bâti, en 10 ans de guerre, un ‘’État militaire et narcotrafiquant’’ dans dans toute la région de l’Ouest. Les tentacules de cet ‘’Etat Amadé Ouérémi’’ vont maintenant jusqu’aux frontières de Touba. L’occupation du ranch de Sipilou, autre exploitation de l’Etat, en est une dernière illustration.

La 3è ‘’plaie de l’Ouest, c’est l’exil massif des populations autochtones, véritables propriétaires terriens, vers le Liberia voisin où ces autochtones vivent dans de véritables mouroirs. Ceux d'entre eux qui n'ont pas franchi la frontière, ont trouvé refuge dans des forêts, laissant leurs villages et leurs terres aux allogènes, désormais ‘’seigneurs’’ des lieux. Nombreux sont ces villageois qui ne veulent plus revenir. Pour ceux restés au village, c’est une vraie sinécure et c’est la 4è ‘’plaie’’.

En effet, l’autorité de la notabilité traditionnelle autochtone est bafouée à tout bout de champ. Dans les villages, les chefs traditionnels (chefs de cantons, chefs de villages et de terres) Wê sont maintenant aux ordres des hommes en armes. Que reste-t-il de leur autorité et de leur pouvoir ? La meilleure illustration de la « liquidation » de ces chefs, est leur ‘’soumission’’ à Amadé Ouérémi et à tous ces petits ‘’seigneurs’’ locaux se réclamant de l’actuel pouvoir.

La 5è ‘’plaie’’, c’est la confiscation par ces mêmes hommes en armes des plantations des autochtones en fuite. Du fait de la guerre, de nombreux Wê, depuis leur exil libérien ou des forêts, ont vu leurs terres et leurs plantations être confisquées par des hommes en arme qui se font passer pour des soldats de l'armée nationale. Quand des démarches sont entreprises pour que ces terres ou ces plantations soient restituées à leurs propriétaires, cela aboutit rarement à une suite favorable.



LA FAUTE A UN DDR BACLE

La 6è ‘’plaie’’ reste l’épineux problème du processus de Désarmement Démobilisation Réinsertion (DDR) qui n’aboutit toujours pas. De nombreux jeunes ex-combattants restent toujours des laissés pour compte du processus DDR dans la zone Ouest. Qu’ils soient ex-miliciens proches de l’ex-régime ou ex-combattants laissés pour compte des ex-Fafn, voire la confrérie des chasseurs traditionnels dozo, ils pullulent, oisifs et armés. La 7e et dernière ‘’plaie’’, celle qu’il faut redouter, ce sont les armes qui circulent comme des morceaux de pain dans la région. Aujourd’hui, vous ne pouvez pas dépasser une case dans la région de l’Ouest sans y trouver une arme de poing ou un fusil mitrailleur kalachnikov à l’intérieur. La prolifération des armes légères et des armes de guerre, voilà un des drames de l’Ouest qu’il faut corriger très rapidement. Assurément, les 600 éléments du général Soumaïla Bakayoko auront fort à faire à l’Ouest.

Au-delà des sempiternelles récriminations du pouvoir Ouattara contre d’éventuels pro-Gbagbo tapis dans les forêts, les soldats auront à faire face à certains jeunes Wê qui estiment qu’il y a trop de lourdeur dans le traitement de leurs conflits fonciers par l’État ou ses représentants, et qui n’hésitent pas à exprimer leur mécontentement par la violence. Aujourd’hui, nombre de parents Wê attendent que les terres des parents soient libérées. Ce qui voudrait dire de façon sous-jacente que des démarches soient entreprises au plus haut sommet de l’Etat pour que dans un délai raisonnable, juste après les élections locales, ces problèmes trouvent solution. Ils ont pour noms, le cas Amadé Ouérémi et ses acolytes de la forêt du mont Péko, le désarmement et la démobilisation de tous ces supplétifs en arme qui se font passer pour des soldats de la République, et la résolution de cette épineuse question foncière.

JMK AHOUSSOU
L'Inter

Jeudi 4 Avril 2013
Vu (s) 807 fois



1.Posté par TCHEDJOUGOU OUATTARAT le 04/04/2013 10:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
FAUX, FAUX, FAUX ET FAUX, M. AHOUSSOU. Il n'y a qu'une seule plaie cancérisée qui endeuille l'Ouest de la C.I depuis septembre 2002 : Cette plaie béante, cancérisée s'appelle ALASSANE DRAMANE OUATTARA, pardon, HAHO...

Isolez le virus à la base de ce cancer, et vous verrez que l'Ouest sera guéri instantanément...

Tous les ivoiriens sont d'avis sur une telle réalité.

Ne distrayez pas les gens.

Dès que Dramane OUATTARA se retirera chez lui en Haute-Volta, pardon au Burkina-Fazo comme Houphouët Boigny aimait l'appeler, vous verrez qu'il n'y a jamais eu plusieurs plaies, à fortiori, sept (07) dont le peuple wê a besoin de guérir.

La guérison du peuple wê qui est propriétaire de cette zone dont vous parlez, dépend de la disparition du sieur DRAMANE OUATTARA.

Mais, passez votre temps à compter d'autres plaies.

Le temps de guérir instantanément la seule plaie cancérisée que nous avons identifié avec le peuple ivoirien N'EST PLUS LOIN.....

2.Posté par kone elshaddai le 04/04/2013 16:36 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
comment un cema qui est macon de formation peut jouer un role important dans une guerre ou des francais tombent,on ne construit pas des buros au mali,donc bakus le nain na pas dans l''affaire. il ne gere que des dozos et consorts........

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !