Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Côte d'Ivoire : Scandale au ministère de l'Education nationale : 255 fausses décisions de mutation délivrées à des enseignants

le Lundi 25 Mars 2013 à 09:11 | Lu 2620 fois



Côte d'Ivoire : Scandale au ministère de l'Education nationale : 255 fausses décisions de mutation délivrées à des enseignants
Des agents du ministère de l’Education nationale et de l’Enseignement technique seraient-ils trempés dans un trafic de fausses décisions de mutation

Des agents du ministère de l’Education nationale et de l’Enseignement technique seraient-ils trempés dans un trafic de fausses décisions de mutation au profit d’enseignants ? Une chose est sure et certaine, depuis la rentrée scolaire de septembre 2012, 255 fausses décisions de mutation ont été frauduleusement confectionnées et remises moyennant de l’argent. Le minimum à débourser pour recevoir ce document, est de 100 mille Fcfa. Ce sont ces décisions qui ont permis à 255 instituteurs de l’intérieur du pays d’être affectés à Abidjan alors qu’ils n’ont pas cinq ans d’ancienneté, condition exigée pour être affecté. Dans le cas d’espèce, ces instituteurs qui ont bénéficié de la complicité d’agents du ministère de l’Education nationale n’ont même pas deux ans d’ancienneté.

Tous les regards sont tournés vers la Direction des ressources humaines de ce ministère qui, embarrassée, affirme ne pas être ni de près, ni de loin concernée par cette fraude. Le premier responsable de cette direction, M Barro Mamadou affirme que « les fausses décisions ont été émises par des sources autres que celles de la Drh ». Quelles sont ces sources autres que la Drh ? Barro Mamadou indique que le droit de réserve lui impose le silence.

Pour une affaire aussi grave qui même au demeurant pourrait l’emporter. Qui veut-il protéger ou a-t-il peur de représailles s’il livre publiquement des agents de ce ministère ? Une évidence cependant, selon des sources concordantes, les concepteurs de cette fraude sur des décisions de mutation ne viennent pas d’un autre ministère mais bel et bien du ministère de l’Education nationale et de l’Enseignement technique. « Les fraudeurs qui sont parmi nous, donc des agents de ce ministère ont tout simplement utilisé une décision de mutation originale, cachetée et signée du Drh, ont fait par ordinateur des centaines et des centaines de photocopies. Et grâce à un logiciel de pointe, ont pu tranquillement effacer sans rature le nom de l’instituteur qui figurait sur la décision originale pour saisir les noms des demandeurs frauduleux. Avec cette technique de pointe, il est difficile de savoir si ces décisions sont des photocopies de l’original.

Toutes ces fausses décisions sont identiques à la décision authentique. Tout cela à l’insu de M Barro Mamadou. Même les directeurs départementaux ou directeurs régionaux de l’Education nationale n’ont jamais douté de ces documents, tant ils ressemblent trait pour trait à des originaux. La seule bourde des fraudeurs, c’est qu’ils ont oublié de changer le numéro de la décision originale. Toutes les 255 fausses décisions de mutations ont malheureusement le même numéro que l’original » avoue un collaborateur de Barro Mamadou.

Mais une autre version bat en brèche la première. Un autre responsable de cette direction qui a lui aussi requis l’anonymat soutient que la Drh a une grande part de responsabilité dans cette affaire. « Les responsables de cette direction savent très bien que ce commerce honteux de fausses décisions de mutations a commencé depuis la rentrée de septembre 2012 et elle connaît les acteurs de cette fraude. Que le Drh ait le courage de les dénoncer et de les sanctionner au lieu de les protéger et d’envisager des mesures conservatoires à l’encontre des 255 instituteurs (la mise sous contrôle des salaires si les enseignants irrégulièrement mutés ne regagnent pas leurs postes d’origine) » confie ce autre responsable du ministère de l’Education nationale.

SOURCE :
Notre Voie

Lundi 25 Mars 2013
Vu (s) 2620 fois



1.Posté par ENSEIGNANTS VOLONTAIRES DU GRAND OUEST ET DU NORD DE LA COTE D IVOIRE le 22/02/2014 12:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ECOLE ET GUERRE

Voici la dialectique que nous soumettons à l’intelligentsia de la république de COTE D’IVOIRE et du monde. École et guerre en COTE D’IVOIRE. Pouvait-on concevoir une école dans un pays aux premières heures de la guerre ? ILLUSION.
Mais cela a été possible dans un pays de l’Afrique de l’ouest : La COTE D’IVOIRE.
Tout débute le 17 mars 2003 par une réunion de rentrée initiée par nos devanciers dont M. AMARA DIOMANDE, M. ADJANI LAFIOU au centre audio visuel de man « CAV ». Une réunion a laquelle prirent part les partenaires de l’école « UNICEF, IRC, SAVE THE CHILDREN, LES CHEFS COUTUMIERS ET RELIGIEUX et surtout la présence très remarquée du C.O. COULIBALY OUSMANE ».
A l’issue de cette réunion, il a été décidé de parer au plus pressé pour éviter le génocide intellectuel des enfants dans les zones de guerre et précisément à l’ouest de la COTE D’IVOIRE ou la guerre faisait rage. Les partenaires et témoins à l’époque M. SORO KIGBAFORI GUILLAUME alors S.G. des forces nouvelles, KONATE SIDIKI porte-parole des forces nouvelles. L’UNICEF, PNUD, UNESCO, l’UNION EUROPEENNE. Ces personnalités et organismes n’ont pas tari d’éloges à l’endroit des volontaires du fait de leur dévouement, leur passion et leur souci de servir leur pays au prix de leur vie pendant que les balles crépitaient. Pourquoi cette folie ? Nul ne peut répondre à la place de ces volontaires.
Nous avons été traités de cordonniers, maçons, mécaniciens, menuisiers ….etc. Comme si la COTE D’IVOIRE se réduisait à Abidjan. Pendant que nous étions méprisés, des voix s’élevaient pour dire que la guerre de COTE D’IVOIRE est une guerre intelligente. Paradoxe comment une guerre qui cause la mort peut-elle être intelligente ?
Notre pays n’arrêtera pas de surprendre. Alors que nous faisions ce don de soi, on nous traitait par moment d’espion, d’infiltré…etc.
Nous avons vécu les pires moments d’humiliation « bastonnade, emprisonnement» tout un cortège d’injustice dont nous sommes encore victimes aujourd’hui. On avait espéré mieux qu’à la sortie de la crise nous serions heureux. Mais hélas ! Non
Avec les mécaniciens, les menuisiers, les maçons …etc. les examens en zones CNO furent organisés et financés à hauteur de 400 000 000 « quatre cent millions de francs CFA » par l’UNION EUROPEENNE.
En 2003, SORO KIGBAFORI GUILLAUME, à la place de la paix à MAN, a exhorté les enseignants volontaires au travail et que la communauté internationale nous récompensera. Pourquoi nous avoir dit cela ? A quel dessein ? On ne peut répondre à sa place.
En 2004 par téléphone, ce jour là, en direct sur les ondes de MJP FM avec l’animateur FATIGA KOZ DE AYE, M. KONATE SIDIKI en répondant à une question relative aux problèmes des enseignants volontaires qui ont sauvé l’école, dit ceci : « Les volontaires qui ont sauvé l’école seront récompensés et décorés ». L’UNICEF, l’UE, la BANQUE MONDIALE, l’UNESCO, la PNUD, tous ces organismes vont contribuer à l’effort de guerre des volontaires.
19 janvier 2004 M. AMANI N’GUESSAN MICHEL, MINISTRE DE L’EDUCATION NATIONALE dit : « Je vais chercher 10 FR au près des bailleurs de fonds, si je trouve, on va se le partager ». De tels propos étaient-ils ? De la démagogie ? Le constat est là, criard. Les volontaires sont logés aux calendes des oubliettes.
Aujourd’hui dans notre pays, on parle de réconciliation. Nous volontaires sommes les premiers à amorcer cette réconciliation dès les premières heures de la crise ivoirienne. Mais en Afrique surtout en COTE D’IVOIRE, on ne vous écoute que par rapport à ce que vous avez en termes de fortune et on tient compte de votre fonction dans l’administration. Comment peut-on émerger avec des frustrés de cette nature ?
Mi février 2004, début des différents examens de plan de sauvetage dans les zones CNO
Voici le tableau récapitulatif des élèves et des résultats aux différents examens de 2004

Candidats au CEPE = 33.703 élèves
Candidats au BEPC = 8.570 élèves
Candidats au BAC = 3.450 élèves
Soit une population de 45.723 élèves







LES POURCENTAGES DES DIFFERENTS EXAMENS

Bouaké : CEPE = 56,96% BEPC = 45,70% BAC = 37,54%
KORHOGO : CEPE = 69,71% BEPC = 40,82% BAC = 25,08%
MAN : CEPE = 61,63% BEPC = 47,03% BAC = 47,61%

Voici les résultats des menuisiers, mécaniciens, maçons …etc.
RESULTATS FABULEUX ET EXPORTABLES JAMAIS EGALES ET INEGALABLES
Nb : Ces enseignants volontaires ont toute fois été encadrés par quelques enseignants fonctionnaires restés sur place, retraités et les enseignants du privé. Ce pendant nous avons perdu beaucoup de nos camarades .Tombés à la tache. Nous demandons que la nation se souvienne d’eux.
Enfin nous attendons toujours les primes promises par les bailleurs de font et l’Etat de COTE D’IVOIRE.

QUE DIEU BENISSE LA COTE D’IVOIRE ET GARDE LE PERE DE LA NATION.







BAMBA LANCINE : 06 106 994 / 47 398 953
OULAI TOGBA BASIL : 45 487 074 / 59 239 523
SO MUKASA : 09 225 231
WWW.UDEVOCI.COM / udevoci@gmail.com

2.Posté par Vital Gaudreault le 07/05/2016 16:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et si l’ordinateur remplaçait les enseignants manquants dans nos écoles…(Côte d'Ivoire)
Pour votre information

L'association Kamalpha a développé un logiciel qui permet d’alphabétiser et d'enseigner toutes les matières prévues au programme scolaire français pour le primaire et le secondaire et cela, sans utiliser d'enseignant ni d’Internet. Une solution pour les villages éloignés. Une école Kamalpha peut offrir gratuitement tous les services éducatifs en plusieurs langues sans utiliser d'enseignant ni d’Internet, seulement des ordinateurs. C’est un grand avantage pour les filles.
Un des problèmes d’apporter l’éducation dans un pays en développement est le fait que la grande majorité de la population se retrouve en milieu rural, éloignée des grands centres. Nous somme présentement au Burkina Faso dont 80% de la population se situe dans plus de 10,000 villages. Les enseignants n’ont pas nécessairement la « vocation » de s’expatrier et de s’adapter à la vie d’un village lorsqu’ils ont tous été formés dans les grands centres comme Bobo-Dioulasso et Ouagadougou. Le gouvernement n’a pas la capacité financière de construire de grosses écoles dans lesquelles on retrouverait tous les services.

Nous, chez Kamalpha, avons pris pour mission de mettre en place dans les villages éloignés des écoles informatisées qui fonctionnent sans enseignant. Nous avons mis au point un module d’alphabétisation qui montre à lire et à écrire à même l’ordinateur et nous avons également mis au point un logiciel qui permet l’enseignement de toutes les matières scolaire du primaire et du secondaire. Il fonctionne sur le même principe qu’une école normale à partir d’un calendrier scolaire par niveau dans lequel on a réparti tous les enseignements prévus au programme scolaire.

Tous les enseignements se font à partir de vidéos et de fichier PDF à lequel nous avons ajouté une révision journalière pour nous assurer de la bonne compréhension de la matière vu dans la journée, des examens sont prévus à toutes les étapes et un module de travaux pratiques a été intégré au calendrier.

Imaginer une salle de 50 ordinateurs dont chacun d’eux peut enseigner tous les niveaux scolaires. On n’a plus besoin d’immeuble à multi-classes, nous avons simplement besoin d’un laboratoire pouvant accueillir de 50 à 100 ordinateurs. Les ordinateurs peuvent fonctionner facilement plus de dix ans. Par cette technique nous pouvons abaisser significativement les frais liés à l’installation d’une école et réunir dans un même bâtiment tous les services scolaires, sans utiliser d’enseignant ni d’Internet. Le fait de réunir tous les services scolaires dans un seul bâtiment favorise l’accès aux filles qui n’ont plus besoin de se déplacer pour se scolariser. Le logiciel est multi-langue.

Un avancé technologique qui pourrait permettre d’accélérer la scolarisation dans les milieux ruraux…

www.kamalpha.org
Communiquer avec moi : vitalgaudreault@gmail.com

Vital Gaudreault
Responsable informatique
Association Kamalpha

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !