Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Côte d'Ivoire : Retro politique 2012 : Une année de douleurs et d’émotions

le Mardi 1 Janvier 2013 à 09:38 | Lu 577 fois

L’année 2012, qui tire sa révérence, aura été marquée, principalement, au plan institutionnel et politique, par l’organisation des élections législatives boycottée par le Front populaire ivoirien ( Fpi), mais aussi et surtout, par la dissolution brutale du gouvernement, par le chef de l’Etat pour « graves dissensions » au sein de la majorité parlementaire.



Côte d'Ivoire : Retro politique 2012 : Une année de douleurs et d’émotions
Le rejet par les députés du Pdci, et de l’Udpci, le 16 novembre 2012, du projet de loi relatif au mariage a été le point de rupture entre ADO et le gouvernement Ahoussou, le 21 novembre 2012. Au plan militaire, c’était une année de sang, de feu et de larmes du fait des attaques meurtrières dont ont été l’objet les Frci. Au moins 76 soldats ont été tués au cours de l’année 2012. Les élections législatives, remportées par le Rdr ont entrainé un changement de Premier ministre, pour tenir une promesse politique.

Alors que Soro Guillaume prend le perchoir, Ahoussou Kouadio Jeannot, son remplaçant, a été tout simplement envoyé à « limoge », au profit de Daniel Kablan Duncan. Par ailleurs, 2012 se couche sur une grosse désillusion des pro-Gbagbo, qui ne se sont toujours pas remis de la claque des juges de la Cpi, qui maintiennent leur mentor en prison à la Haye. Pis, la Cpi va organiser, à partir du 16 février 2013 une « audience de confirmation des charge ». Ces mêmes juges, avaient confirmé, le 12 décembre 2012, la compétence de la Cpi à juger Gbagbo, après l’avoir reconnu « apte », le 2 novembre 2012 à participer aux procédures à son encontre, arguant que « sa santé étant suffisante ».

Dans le camp des partisans de Gbagbo, on croise les doigts. Car, l’audience de confirmation des charges doit permettre aux juges de déterminer si les éléments de preuve rassemblés par l’accusation sont assez solides pour la tenue d’un procès. Comme pour sonner le « tocsin » à l’ancien couple présidentiel, la Cpi a émis, contre Simone Gbagbo, un mandat d’arrêt le 22 novembre 2012. La Cour a demandé au greffe de prendre les dispositions nécessaires en vue du transfert de Mme Gbagbo à La Haye. Depuis, les organisations de défense des Droits humains, comme Amnesty international, font feux de tout bois, pour obtenir l’exécution de ce mandat d’arrêt.

Du côté du Ghana, Katinan Koné, n’a pas fini de danser, avec la justice de ce pays, ce que l’on pourrait appeler le tango judiciaire auquel il est soumis. Arrestation, libération, (re) arrestation, (re) libération…

Clin d’œil de Père Noel

Le procès à répétition et à rebondissements du porte-parole de Laurent n’a toujours pas connu son épilogue. Le Tribunal du district d’Osu a une nouvelle fois repoussé l’audience au 17 janvier 2013. Néanmoins, mi-avril, le gouvernement envoie un message d’apaisement à l’endroit des pro-Gbagbo exilés au Ghana. Kabran Appia, Henriette Lagou, Mel Théodore sont rentrés du Ghana. Ils sont aujourd’hui regroupés au sein de la Ligue des mouvements du progrès (Lmp).

Mais, l’année 2012, n’est pas seulement sombre, au plan judiciaire, pour les partisans de Laurent Gbagbo. « Dieu » vient de leur faire un clin d’œil à la veille de la célébration de Noël. Huit (8) d’entre eux ont recouvré la liberté provisoire. Il s’agit, notamment, de l'ex-Premier ministre Gilbert-Marie Aké N'gbo, de l'ex-ministre de Noël Désiré Dallo, de Mme Adjobi née Christine Adjoua Nébout, ex-ministre, de Norbert Gnahoua Zibrabi, du syndicaliste Mahan Gahé, de Jean-Jacques Béchio, du chef de milices de l’ouest, Dénis Mao Gloféi et de l'aide de camp de l'ancien président, le chef d'escadron Djua Kouassi.

Mais, dès avril 2012, le régime Ado va affronter un déluge de feu de la part d’hommes armés sans visage. Ces attaques contre les Frci, sont particulièrement meurtrières et souvent accompagnées de vol d’armes et de munitions. Ce cycle de sang démarre le 25 avril 2012 avec l’attaque contre le village de Sakré. Sept morts. Le 8 juin, au moins 18 morts, dont dix civils et (7) sept Casques bleus nigériens de l`Onuci sont tués, lors d`une attaque contre plusieurs villages à Taï.

Le lendemain, 9 juin, le Liberia ferme ses frontières avec la Côte d’Ivoire. Quatre jours plus tard, Hamed Bakayoko, sur le plateau de la Télévision à capitaux publics, annonce avoir déjoué un coup d’Etat fomenté par les fidèles de Laurent Gbagbo en exil au Ghana. Le 20 juillet, à Duékoué, au moins onze (11) personnes sont tuées et une cinquantaine de blessés dans l’attaque du camp des refugiés de Nahibly. Mais, ces assaillants sans visage vont, avec un cran et un indescriptible culot, porter le fer dans les entrailles du camp d’Akouédo, le lundi 6 aout 2012 tuant six (6) militaires et une dizaine de soldats grièvement blessés. Dans l’après-midi, le président Alassane Ouattara convoque une réunion d’urgence avec la haute hiérarchie militaire. Mais, le dimanche peu avant 4 heures du matin, cinq soldats sont tués dans des attaques menées contre le commissariat du 17 ème et poste militaire dans le quartier de Yopougon.

La carotte et le bâton

Le même jour et quasiment à la même heure, une caserne de la gendarmerie est attaquée à Abengourou. Le samedi 18 aout 2012, l’ex-ministre de l’Agriculture, Alphonse Douati, secrétaire général adjoint du Fpi chargé du suivi de l’action gouvernementale est arrêté. Le vendredi 31 aout 2012, Laurent Akoun secrétaire général du Fpi est condamné à six mois de prison ferme pour trouble à l`ordre public pour des propos tenus lors d`une réunion avec des militants. Ces propos, qui accusaient le président Alassane Ouattara de « mentir » et d`avoir voulu « tuer Gbagbo ». Tour à tour, Agboville, Dabou et Bongouanou sont prises pour cibles par des assaillants qui emportent plusieurs armes de guerre et des munitions. Ce même jour, Alassane Ouattara était en entretien téléphonique avec son homologue François Hollande qui l’a reçu le 26 juillet 2012, pour la première fois depuis son élection. L`entretien fut long, et selon les dires des deux présidents, « très fructueux.

Cette spirale des attaques touche, le mercredi 22 aout 2012, l’ex-QG de campagne du président Gbagbo. Dans la foulé, le 18 septembre 2012, trois hommes soupçonnés de fomenter un coup d`Etat en Côte d`Ivoire ont été arrêtés à Cape Coast au Ghana en possession d`armes.

Le 20 septembre 2012, deux commissariats de police et un poste de gendarmerie sont attaqués à Port-Bouët: trois morts. Plus tard dans la nuit, cinq assaillants sont tués dans des combats autour du poste de Noé, à la frontière avec le Ghana. Tôlé général le 06 aout 2012. Charles Blé Goudé, le porte-parole de Gbagbo, Justin Koné Katinan, l'ancien patron du Port, Marcel Gossio et la seconde épouse de l'ex-chef de l'Etat, Nady Bamba et le pasteur Moïse Koré sont accusés dans un rapport de l’Onu de préparer un coup de force. Ils se sont réunis le 12 juillet 2012 à Takoradi au Ghana, pour étudier les différents schémas en vue de reprendre le pouvoir par la force. A cet effet, Damana Adia Pickas a pris langue avec la junte malienne et les islamistes d'Ansar Dine. Les attaques vont crescendo et gagnent en intensité. Ainsi, les infrastructures stratégiques, telles la centrale thermique d’Azito sont touchées dans la nuit du 14 au 15 octobre 2012, quand, à Bonoua, la base militaire est visée. Deux militaires sont tués sur le coup.

Dans ce tourbillon des attaques, le gouvernement relance le dialogue républicain que le Front populaire ivoirien ( Fpi) boycotte. Le président de la Cdvr (Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation), Charles Konan Banny, a, lui aussi, repris le dialogue avec les forces vives de la nation. Les mercredi 12 et jeudi 13 septembre 2012, il reçoit, les formations politiques non représentées à l’Assemblée nationale, une délégation de l’Urem Cedeao, les ambassadeurs de la Cedeao, l’Unjci, le Gepci et la presse étrangère en Côte d’Ivoire. Mais, la série d’attaques ne connait pas de répit. Récemment, le 21 décembre 2012, la gendarmerie de « Toits-Rouges », est attaquée aux environs de 3 h du matin. Un homme en garde à vue est tué et plusieurs véhicules détruits. Ce sont, au moins 76 éléments des Frci et quelques 21 « assaillants » qui ont été tués au cours de cette année si l’on s’en tient à ce bilan de source militaires.

La réconciliation se fait toujours désirer. Mais, le chef de l’Etat joue, à fond, la politique de la carotte et du bâton. Il vient d’accorder la liberté provisoire à 8 pro-Gbagbo, tout en faisant payer leurs crimes à ceux qui les commettent.

Armand B. DEPEYLA

Source : Soir Info

Mardi 1 Janvier 2013
Vu (s) 577 fois



1.Posté par Hermann N'da le 01/01/2013 11:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et pourtant, dans son adresse à ses compatriotes de la CEDEAO, le 31 décembre 2011, Mossi Dramane avait déclaré ceci:

" En 2012, la CI étonnera le mode entier"

Fin de citation.

Jugez-en vous-même.

2.Posté par gombo le 01/01/2013 14:08 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
60 morts rien que pour voir les lumières de dramane au plateau

3.Posté par Hermann N'da le 01/01/2013 14:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
URGENT- URGENT ; DRAMANE FAIT UNE CENTAINE DE MORT A ABIDJAN

Mossi Drame man vient d'achever sa triste série de sacrifices humains en CI, au titre de l'année 2012.

L'imposteur suivi et poursuivi par la poisse et la malédiction a tué dans la nuit du 31 décembre 2012, environ une centaine de personnes venues assister à ce qu'il a appelé "feu d'artifice".
Cet incident a également fait plus de 200 blessés dont les plus graves ne manqueront pas d'alourdir le nombre de pertes en vies humaines.

Ainsi s'achève l'année 2012 sous le régime de celui qui s'est emparé du pouvoir d’État dans la violence, en ôtant la vie à plus de 7000 personnes.

Notons que le sang humain reste l'élément essentiel dans le système du génocidaire mossi.

4.Posté par gbagbo djou le 01/01/2013 20:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
évidement que vous les pro- gbagbo ,vous etes aux anges car ceux qui sont allés voir les feu d'artifice d'ADO sont ses partisans de la cedeao.Donc par pudeur laisser les familles des victime fairent dignement les obsèques de leur regrettés.

5.Posté par labilam le 01/01/2013 21:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
cet idiot d'hermann n'da se permet de dire que moi je change de nom.S'il ya quelqu'un qui se doit de le faire,j'espere que tu conviendrais avec moi que ce soit un buffon de ton genre car,c'est toi le fugitif.you are trying to hill but when you will see yourself in front of the world,you will know what is called life.

6.Posté par Hermann N'da le 01/01/2013 22:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ah @ LABILAM, le ressortissant CEDEAO, tu as échappé au dernier sacrifice de BOUCHE NIKE alias PENCHETA?

Ok, t'inquiète, tu seras dans la prochaine vague. A moins que tu ne décides de retourner au pays.

Fils de BOYORODJAN !

7.Posté par Mister BIG le 01/01/2013 23:11 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci brother Hermann dit. Et stp laisse ces deux porcs (poste4 et 5)grogner. They are skanks so they have to go to fuck Their father ADOKILLER by his arse! Shit !
Kiss Hermann n'da, Gombo... Be blessed

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !