Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Côte d'Ivoire : Régionales et Municipales du 21 avril 2013: Des ressuscités politiques dans la course

le Samedi 6 Avril 2013 à 08:33 | Lu 729 fois

Les élections locales couplées (municipales et régionales) du 21 avril 2013, dont la campagne électorale s’ouvre, officiellement aujourd’hui 5 avril à minuit, ne manqueront pas d’intérêts.



Pour Zakpa Kobena, Doukouré Moustapha et autres, le soleil politique ne se couche pas…
Pour Zakpa Kobena, Doukouré Moustapha et autres, le soleil politique ne se couche pas…
Au-delà du fait qu’elles seront très disputées, ces élections sont surtout marquées par le retour en force de ressuscités politiques, loin de faire valoir leurs droits à la retraite…politique. Citons quelques uns.


C’est à travers ce scrutin, autrement appelé « élection de développement », que ces « ténors », pour ne pas parler de « dinosaures », ont décidé de se lancer et de se relancer dans l’arène, se disant encore bon pour le service, mais se découvrant, par ailleurs, une nouvelle jeunesse politique. A Koumassi, une commune d’Abidjan, Adou Assalé brigue le fauteuil municipal.

Selon lui, il revient pour achever le travail qu’il avait « si bien » commencé durant différents mandats à la tête de la commune. En effet, Adou Assalé alias Bill Clinton, a été maire de la commune de Koumassi pendant de nombreuses années, en remplacement du défunt avocat Mondon Konan Julien. Battu, il y a plus de 12 ans par Yapi N’Dohi Raymond, l’ancien maire a toujours rêvé de revenir occuper la tête de la municipalité. « Aujourd’hui les populations m’ont fait appel. Elles regrettent toutes de m’avoir laissé partir. J’ai entendu leurs cris et je reviens », affirmait-il lors d’une conférence de presse à son domicile, récemment. Vice-président du Pdci, le docteur pharmacien Doukouré Moustapha n’a jamais renoncé à son envie de redevenir maire à Yopougon, commune qu’il a marquée de son empreinte, au point où il y a un quartier, notamment un gigantesque bidonville de Yopougon qui porte son nom.

Pendant longtemps, il est pratiquement tombé dans l’oubli, s’étant tenu en respect de toutes activités politiques, dès l’avènement du Fpi au pouvoir. Alors qu’il n’avait jamais renoncé à quitter la mairie de Yopougon, Doukouré Moustapha a fait les frais des choix parfois contestés de son parti qui lui a demandé de se retirer au profit d’un autre candidat du Pdci, il y a une vingtaine d’années, en l’occurrence, Bedji Joseph.

Bon coup à jouer

Pour ces élections-ci, le Pdci mise à nouveau sur lui. « La commune d’Adjamé est malheureusement dans un état de dégradation avancée. Les conditions de vie n’existent quasiment plus tant les populations sont asphyxiées. Aujourd’hui, à Adjamé, c’est l’insécurité totale. La voirie a quasiment disparu par manque d’entretien. L’insalubrité affecte le cadre de vie. Les jeunes sont pour la plupart désœuvrés, alors qu’ils pourraient profiter des opportunités générées par une bonne gestion de la municipalité ». C’est en ces termes que le premier maire élu d’Adjamé en 1985, Dembélé Lassina, un autre ressuscité qui revient à la vie politique justifie son retour dans la course pour les municipales d’Avril 2013. Avec l’étiquette « indépendant », l’homme estime qu'il lui faut « reprendre » la commune « abandonnée ».

Restée silencieux et s’étant tenu à bonne distance de la politique depuis plus d’une quinzaine d’année, Dembélé Lassina avait donné l’impression de renoncer à des postes électifs. Que non ! Il a plutôt marqué un arrêt, peut-être pour mieux repartir… Et pour lui, il y a un bon coup à jouer cette année. Enseignant des facultés de droit et ancien ministre du Tourisme et de l'Artisanat, puis ministre des Sports, Roland Tiékoura Zakpa Komenan, après un long « sommeil », veut rebondir.

Dans le Lôh Djiboua (Divo), la terre de ses ancêtres, Zakpa, connu pour son verbe aisé, y défend les couleurs du Rdr, lui l’ancien militant indécrottable du Pdci et très proche de Henri Konan Bédié. Ce choix, il ne s’en cache pas, il l'assume et explique que c'est la conséquence de la frustration qu’il a subie au sein de son ancien parti. L’ancien ministre, malgré tout espère revenir en politique par la grande porte ! A Gagnoa, Joachim Djédjé Bagnon veut connaitre la joie d’un poste électif, mais, assurément, pas n’importe lequel : président du conseil régional. Délégué communal du Pdci à Yopougon, Djédjé Bagnon joue une carte importante de sa carrière politique.

Ancien directeur de cabinet à la mairie de Gagnoa, il y a quelques années, cet homme d’affaire n’est point étranger aux méandres de la politique. Investi à Gagnoa sa ville natale par le Pdci, Bagnon tient à être le ‘’bel homme’’ politique de sa région et il met, en ce moment, toutes les chances de son côté. Dans le Moronou, Ahoua N’Doli Théophile, technocrate, ancien fonctionnaire de la Bceao et ancien ministre dans le régime Henri Konan Bédié, est resté très attaché au Pdci.

Après la chute du président Bédié, le ministre Ahoua a gardé pendant longtemps le silence et ne sait laisser emporter par les sirènes du pouvoir en place. Mieux, il a consolidé son assise au sein du parti et cimenté sa fidélité au parti, notamment, avec la base. Quand Daniel Kablan Duncan est nommé ministre des Affaires étrangères, puis Premier ministre par le président Alassane Ouattara, il fait naturellement appel au ministre Ahoua à ses côtés. Mais l’homme a décidé d’assurer ses arrières…politiques et de se mettre au service de ses parents à travers le conseil régional du Moronou dont il brigue la présidence.

Dans le Sud-ouest de la Côte d’Ivoire, le soleil politique ne se couche pas pour Jules Hié Néa. Cet ancien Ambassadeur de la Côte d’Ivoire dans les années 80, ancien ministre de la Culture et ancien maire de Grabo, Jules Hié Néa, n’a cure du poids de l’âge. Celui que tous avaient donné pour mort politique, revient à la vie, à la faveur de ces municipales. Ce n’est pas parce qu’il pense avoir « un titre foncier » sur cette localité, mais tout simplement parce qu’il nourrit, toujours, de grands ambitions pour sa localité.

Saine appréciation de la réalité

Ahoua Touré est un riche homme d’affaire qui a fait fortune dans l’achat du café-cacao. A plus de 86 ans, Ahoua Touré reste le pilier central du parti de Bédié dont il est l'un des principaux financiers à Duékoué. Ahoua Touré est politicien inoxydable dans le Guemon … On dit de lui qu'il est l'ami « personnel » du président du pdci. S'il a laissé pendant longtemps les autres cadres du Guemon jouer les premiers rôles, c'est parce qu'il se préparait à affronter les dures réalités de la politique. Cette année, il affronte Oulata Gao dit Pierre aux régionales et entend être le numéro 1 de cette partie de l'ouest ivoirien.

En ce qui le concerne, Babli Dominique a été maire de Lakota de 1985 à 1990. Voilà un homme qui s’est totalement éclipsé face aux Boga Doudou ( feu), Zahui Marcelin, Lida Kouassi Moise et autres Gaza Gazo lorsque le Front populaire est arrivé au pouvoir. Aujourd’hui, il retrouve ses forces
et ses esprits, notamment, au plan politique, pour refaire surface à Lakota où il semblait avoir été noyé à jamais. Cet administrateur civil, militant du Pdci, revient dans l’arène et se place dans le starting-block pour la course au fauteuil régional, 18 ans après. Il revoit ses ambitions à la hausse et vise le conseil régional du Lôh-Djiboua. La tâche ne sera pas aisée. La raison, il affronte un gros calibre : le ministre Zakpa Komenan Tiékoura.

Moïse Koumoin Koffi, lui, ressuscite dans l’Iffou (Daoukro, Mbahiakro, Prikro). Ancien ministre de l’Economie, aux heures de crise économique (1990), son plan de réduction des salaires des fonctionnaires pour sortir la Côte d’Ivoire du marasme, avait provoqué une vague de protestation dans laquelle il a laissé bien des plumes. Ce vieux souvenir, le ministre Koumoin entend le noyer dans la présidence du conseil régional de l’Iffou. Ainsi qu’on peut le comprendre, ni l’âge, ni le temps encore moins le contexte dans lesquels certains événements se déroulent, ne sont des raisons suffisantes qui contraignent à une retraite politique. Tout dépend, bien entendu, de la saine appréciation que l’on fait des réalités du moment, n’est-ce pas ?

Alain BOUABRE
Soir Info


Samedi 6 Avril 2013
Vu (s) 729 fois



1.Posté par Fatim le 06/04/2013 10:57 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Au diable!!!

2.Posté par Hermann N'da le 06/04/2013 15:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Après les législatives qui n'ont enregistré que 14% de taux de participation, un autre désert électoral se prépare.

La majorité des Ivoiriens ne se sent nullement concernée par cette autre mascarade électorale

Les Ivoiriens n'attendent qu'une seule chose : que Dramane dégage, un point c'est tout !

3.Posté par Hermann N'da le 06/04/2013 17:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
DES "ÉLUS" NON REPRÉSENTATIFS DE LA VOLONTÉ POPULAIRE

Cette parodie d'élection pourrait se solder par des élus n'ayant obtenu que des scores insignifiants par rapport aux nombres d'inscrits sur les listes électorales.

Ainsi de nombreux "élus" pourraient récolter des résultats du genre
INSCRITS 75 000
SUFFRAGES EXPRIMES 3 000
ONT OBTENU
CANDIDAT 1 300
CANDIDAT 2 1000
CANDIDAT 3 400
CANDIDAT 4 1 300 (VAINQUEUR)

Voilà la démocratie version DRAMANE OUATTARA EN CI

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !