Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Côte d’Ivoire : Qui a assassiné le général Guéi?

L'Afrique en mouvement - Afrik53.com : Infos 7J/7 le Vendredi 19 Septembre 2014 à 08:30 | Lu 1423 fois



Le 22 novembre 2010 au stade de l’ex-école primaire catholique de Kabakouma, village natal de feu le général Robert Guéi, situé à une quinzaine de kilomètres du chef-lieu de la sous- préfecture de Biankouma, le candidat Alassane Dramane Ouattara était formel: «Grâce à votre soutien, je serai élu Président de la Côte d’Ivoire. Et lorsque je serai élu, mon premier acte sera la mise sur pied d’une commission ‘Vérité et réconciliation’ pour faire la lumière sur l’assassinat du général Guéi Robert». La Commission dialogue, vérité et réconciliation (CDVR) a été mise sur pied, mais l’enquête sur l’assassinat du général Robert Guéi reste au point mort.

Dans la nuit du 18 au 19 septembre 2002, une prétendue mutinerie des «Zinzin» et «Bahéhouè» – ces unités recrutées par le général Robert Guéi pendant la transition militaire et qui refuseraient leur prochaine démobilisation- qui s’est muée en tentative avortée de coup d’Etat, est déclenchée simultanément à Abidjan, Bouaké (au centre) et Korhogo (au nord). Elle fera, cette nuit-là à Abidjan, trois cents morts parmi lesquels l’artiste Marcellin Yacé, le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, Me Emile Boga Doudou, et le général Robert Guéi, chef de la junte militaire et président-fondateur du parti politique Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (UDPCI), son épouse et son aide de camp.
Dans un discours au vitriol prononcé le 13 septembre 2002, le général Guéi faisait le procès en règle du régime Gbagbo et annonçait la rupture de l’alliance avec le FPI, sous toutes ses formes. De ce fait, les auteurs putatifs sont, de part et d’autre, tout trouvés.

D’un côté, certains barons du parti au pouvoir, à l’époque, ont déclaré, dès le déclenchement de la rébellion, voir, derrière la prétendue mutinerie des «Zinzin» et «Bahéfouè», la main de «Papa Roméo» surtout qu’il était présenté comme celui qui aurait renversé le régime du président Henri Konan Bédié le 24 décembre 1999. D’où son autre surnom de «Père Noël».

De l’autre, l’UDPCI et ses alliés politiques n’ont cessé d’accuser le régime déchu d’être responsable de son assassinat à cause du divorce qu’il a prononcé une semaine plus tôt. «Selon les informations que nous avions eues, il a été conduit à la résidence présidentielle de Cocody et c’est de là que des instructions ont été données pour le tuer,» déclarait Albert Mabri Toikeusse, président de l’UDPCI, sur les antennes de RFI.
Douze ans après cette disparition tragique, le mystère demeure entier sur la mort de Guéi Robert. Pourtant, le 12 septembre 2012 et pour éviter une prescription, le parquet militaire, sous la houlette du procureur militaire Ange Kessi Kouamé, a ouvert une enquête, suite à une plainte de la famille et des ayants droit de l’ancien chef de l’Etat ivoirien.

Dans la foulée de la chasse aux pro-Gbagbo, quatre officiers, dont des piliers sécuritaires de l’ex-régime de Laurent Gbagbo, ont été inculpés, le 1er octobre 2012: le commandant Anselme Séka Yapo dit «Séka Séka», l’ancien chef de la garde rapprochée de Simone Gbagbo, a été inculpé d’assassinat; le général Brunot Dogbo Blé, l’ex-chef de la Garde républicaine, le lieutenant-colonel Katé Gnatoa et le capitaine Mory Sakanoko ont été inculpés de complicité d’assassinat.
Mais de nombreuses zones d’ombre demeurent et tout le monde, accroché aux lèvres de la justice ivoirienne, attend la lumière promise par Ouattara sur l’assassinat du général Guéi Robert, qui risque de tomber, comme celui de Balla Kéita et autres, aux oubliettes.

Ferro Bally
ferobibali@hotmail.fr


Afrik53.com : Infos 7J/7
Vendredi 19 Septembre 2014
Vu (s) 1423 fois



1.Posté par Hermann nda le 19/09/2014 10:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'auteur de l'article écrit que les "zinzin" et les "bahefoue" sont des unités recrutées par Robert GUEI pendant la transition .

FAUX:
Bien abant la transition, les "zinzin" et les "bahefoue" étaient déjà à l'origine du coup d'état du 24 décembre 1999.

Plus loin, au paragraphe 3, le "journaliste" écrit que ce sont les "zinzin" et les "bahefoue" qui ont renversé BEDIE en 1999.

Comment des unités créés pendant la transition (en 2000) peuvent rétroagir en 1999?
Voilà une idée du JOURNALISME en CI.
Bref...

SUR LA PISTE DES VRAIS AUTEURS PRÉSUMÉS DE L'ASSASSINAT DE GUEI
***********************************************************************************************
Des interrogations demeurent toujours sans réponses concernant cette affaire:
1/ qui sont les auteurs de l'attaque du 19 septembre 2002 qui a fait sur le coup, plus de 300 morts dont GUEI ?

2/ quel était l'état des rapports entre les auteurs de l'attaque du 19 septembre et GUEI Robert ?

3/ d'où venaient ces assaillants?

4/ qui a attaqué la résidence de GUEI pendant la transition, attaque qui a enregistré la mort du cheval blanc de GUEI ?

5/ qui avait intérêt a éliminer GUEI ?

6/ le débat référendaire engagé avant l'adoption de la Constitition du 02 août 2000 sur le "et" et le "ou" par GUEI qui a vu la LARGE VICTOIRE du " et" y était-il pour quelque chose?

7/ l'élimination de la candidature de dramane OUATTARA lors des présidentielles de 2000 y était-il pour quelque chose ?

8/ qui a tué les BOGA doudou, DAGROU LOULA, commandant YODE, et les autres ?

2.Posté par Doriane le 19/09/2014 12:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C est alassane dramane ouattara et cela tout le monde le sait

3.Posté par Titi le 19/09/2014 13:23 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L''assassin de Gl Guei est tout juste à côté de nous même Mabri le connait tres bien parce que ils sont tjrs ensemble.
La politique mansongère de ce dernier ds l''UDPCI va le cristifier un jour.
Qui vivra vera

4.Posté par le 20/09/2014 10:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
question 5 qui avait interet à tuer le général Guei Robert ?
1 Ceux qui ont tué son fils Franck Guei ce sont ceux - là qui ont
sauvagement assassiné le général Guei Robert.
2 Bédié avait intéret que que le général soit assassiné pour raison du coup d'état
de 24 decembre 1999.
3 ouattara alassane Dramane avait intérét que le Général Guei soit assassiné parcequ'il
voulait tout de suite que ce dernier lui remette le pouvoir, et le général voulait d'abord mettre
de l'ordre dans " la maison".
A partir de là, le 2 juin 2000 le général Guei échappe a un coup d'état meurtrier qui a fait
plusieurs morts. Et puis d'autres coups d'état se multiplierons contre le général Guei.
Mais s'il vous plait , à ce moment là le Président n'était encore aux responsabilités dans
le pays.
Donc ceux qui en voulaient terriblement au général Guei et bien ce sont eux qui ont profité
du coup d'état du 19 septembre 2002 pour atteindre la cible qu'ils recherchaient depuis juin
2000.
Mais une question à Mabri Touakeusse : pourquoi sachant que les tueur du général
Guei etaient en route pour commettre la sale besogne, vous lui avez teléphoné de ne pas
quitter son domicile? Les tueurs fachés de n'avoir pas trouvé le général à son domicile ont
massacré toute sa famille
Donc les assassins du général sont connus.
Interrogez Alassane dramane ouattara, henri konan bédié, soumaila bakayoko et wattao.

5.Posté par le 20/09/2014 11:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
MAIS S'IL VOUS PLAIT LE PRESIDENT GBAGBO N'ETAIT PAS ENCORE AUX RESPONSABILITES DANS LE PAYS!

6.Posté par Fatim le 21/09/2014 15:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mabri ta queue. Oui! C est lui qui a tue Guei.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !