Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Côte d'Ivoire : Que devient Paul Yao N’dré ?

le Mardi 30 Juillet 2013 à 15:25 | Lu 4674 fois



Côte d'Ivoire : Que devient Paul Yao N’dré ?
L’imminent professeur de droit et le juriste le plus doué de la refondation ne donne plus signe de vie depuis l’investiture de SEM Alassane Ouattara président de la république le 21 mai 2011 par l’institution dont il fut le président c'est-à-dire le conseil constitutionnel.

En effet depuis la proclamation d’Alassane Ouattara Président de la république de Côte d’Ivoire par Yao Paul N’dré himself, l’homme est porté disparu. Il ne pouvait en être autrement car ce bouillant président de la plus grande juridiction de notre pays est le principal responsable de la crise postélectorale qui a entraîné plus de 3000 morts officiellement, marqua ainsi de façon ubuesque, scabreuse et catastrophique l’histoire de notre pays.

Refugié au Ghana suite à la crise postélectorale, il a été contraint par la communauté internationale et les institutions sous régionales par l’entremise de l’ancien président Ghanéen John Kufuor à braver la plus grande honte de sa vie à venir proclamer président de la république l’ennemi numéro 1 de son parti politique le Front populaire Ivoirien (FPI).

Pourquoi n’a-t-il pas été arrêté par le pouvoir ivoirien après sa la plus grande forfaiture mondiale à la lecture du droit d’une élection présidentielle ? La reddition de son arrestation a été négociée et obtenue auprès des autorités ivoiriennes par l’ex président ghanéen John Kufuor.

Les ivoiriens se demandent pourquoi ne rentre-t-il pas au pays, si aucunes poursuites ne sont engagées contre lui. Et bien, la honte et la hantise de ses actes ont eu raison de « Pablo ».

Arrivera-t-il à surmonter cette mélancolie ?

Pour le moment, il reste et demeure cloitré au Ghana, hanté par les milliers de morts qui ne cessent de rendre ses nuits en un véritable cauchemar.

En effet, pour réactualiser la forfaiture de l’ex Président du conseil constitutionnel, je me permets de vous inviter à lire la lettre ouverte à lui adresser par Venance Konan aux heures chaudes de la crise postélectorale :

« Mon cher Pablo. En t’écrivant cette lettre ouverte, je nous revois ensemble, à Nice, où nous avions terminé nos études de droit. Tu y étais avant moi, et tu as terminé avant moi. Tu étais le grand frère cool, sympa, qui rendait service à tous ses petits frères que nous étions, le plus branché des étudiants ivoiriens sur la Côte d’Azur. Tu te souviens des cours de rock que tu nous donnais ? Tu étais aussi le plus doué en droit de ta génération. Je me souviens parfaitement de ta soutenance de thèse.

Elle fut brillante. Oh, tu ne nous cachais pas ton aversion pour le régime d’Houphouët-Boigny, et nous étions tous dans le même état d’esprit. C’était dans l’air du temps. Tu étais l’un des premiers militants du FPI encore dans la clandestinité. Tu l’es resté lorsqu’il a été légalisé. Tu es rentré au pays avant nous, pour enseigner à l’université. Et je ne fus pas du tout surpris de la suite de ta carrière universitaire. Lorsque je suis rentré, j’ai choisi d’être journaliste. Mais nous avions gardé les meilleures relations. Je nous revois encore à cette fête que j’avais organisée dans mon appartement de Williamsville, où tous les « anciens Niçois » que nous étions s’étaient retrouvés. Elle fut belle. Et lorsque, beaucoup plus tard, tu fus nommé à la tête du Conseil Constitutionnel, je dis à tous mes interlocuteurs que sur le plan de la compétence, et de la rigueur intellectuelle, tu étais inattaquable.

Le vendredi 3 décembre 2010, l’histoire t’a mis face à tes responsabilités. Des amis et moi avions fait le pari qu’en ce moment crucial pour notre pays, l’intellectuel, le scientifique, prévaudrait sur le militant. Nous avons perdu. Quelle tragédie pour nous tes amis, Pablo ! Ce n’est pas l’ancien apprenti juriste que je suis resté qui te dira, à toi, le maître, notre droit positif, dont tu as la garde. Ce droit dit que si les résultats sont contestés dans une région et qu’ils sont de nature à entacher l’ensemble du scrutin, on annule l’élection et on le reprend dans 45 jours. Tu as contesté les résultats de sept régions, ce qui a abouti selon toi, à inverser le résultat final. Selon donc le droit dont tu as la garde, tu aurais dû dire que l’on reprenait l’élection dans 45 jours. Mais, Pablo, sur quoi t’es-tu basé pour procéder à ces annulations ? D’abord, en te précipitant sur le plateau de la télévision dès la proclamation des résultats par le président de la CEI, ne t’es-tu pas comporté plus en militant qu’en président du Conseil des sages ?

Mais après, si tant est que ces résultats devaient être annulés, pourquoi n’as-tu pas appliqué le droit qui te demandait de prononcer l’annulation pure et simple de l’élection et leur reprise dans 45 jours ? Mais surtout, Pablo, sur quoi t’es-tu basé pour prononcer ces annulations, lorsque les préfets de ces régions, représentants de l’Etat, les observateurs de la communauté internationale, l’ONU, dont nous avons tous accepté au préalable le rôle de certificateur, ont tous produit des rapports attestant que s’il y a eu des incidents, ceux-ci n’étaient pas de nature à entacher le résultat des votes ? Tu avais une semaine, selon la loi dont tu es le gardien, pour examiner sereinement tous les 22000 PV. Tu veux nous faire croire, Pablo, que tu as fait tout cela en une journée ? Pablo, Pablo ! Le plus grave, c’est que, même en retirant les votes que tu as invalidés, Ouattara restait le gagnant avec un peu plus de 50%. Nous avons tous sorti nos calculettes et c’est clair. Et c’est bien ce que M. Choi avait dit. Où as-tu acheté ta machine à calculer, Pablo ? Méfie-toi des produits chinois. Tous les lecteurs de cet article peuvent à leur tour sortir leurs machines à calculer.

Pablo ! Tu avais le rôle historique de faire entrer notre pays dans une nouvelle ère, celle de la paix et de la réconciliation retrouvée. Tu as choisi de défendre le clan contre tout le reste de la Côte d’ivoire, contre le monde entier. Quelle tristesse ! Aujourd’hui, notre pays est au bord du chaos, par ta faute, Pablo. Aucun argument juridique que tu avanceras ne résiste à l’analyse. Notre droit ne t’autorisait pas à tordre son cou. La constitution te donnait le dernier mot.

Mais tu sembles avoir oublié que c’est nous, Ivoiriens, Laurent Gbagbo en tête, qui avons accepté, justement parce que nous n’avions pas confiance en nos propres institutions, que l’ONU certifie en fin de parcours les résultats de notre élection. Tu sais bien, toi le grand juriste, que les accords particuliers prévalent sur le droit général. C’est bien pour cette raison que le Conseil constitutionnel que tu présides ne s’est pas prononcé sur les candidatures de Bédié et de Ouattara qui ne respectaient pas la constitution au sens strict. Nous avons accepté que M. Choi certifie les résultats du premier tour. Pourquoi ne pourrait-il plus certifier ceux du second tour ? Alors, que nous chantes-tu là, Pablo ?

Tu as déclaré Gbagbo vainqueur de l’élection, en dépit du vote exprimé par les Ivoiriens, en dépit du bon sens, et en dépit de la paix sociale. Je te le répète, Pablo, notre pays est au bord du chaos, par ta faute. En ce moment, nous nous battons pour ne pas y tomber. Mais si nous y tombons malgré tout, qu’y aurais-tu gagné, Pablo ? Qu’y aurais-tu gagné ? Et qu’y aurait gagné ton ami Gbagbo, pour qui tu as été jusqu’à hypothéquer ta carrière universitaire et ta conscience d’intellectuel ? Te souviens-tu de ce que ton gourou avait dit à Abengourou, en 1999, lors de la « fête de la liberté ». Il disait ceci, à propos de Slobodan Milosevic : « lorsque tu es dans un village et que tout le monde dit que ce pagne est blanc, si toi, tu le vois en noir, il faut te poser des questions. Milosevic a le monde entier contre lui. Où croit-il pouvoir aller ?

» Oui, Pablo, où crois-tu que vous pourrez aller, toi, Gbagbo, et toute votre bande, avec la CEDEAO, l’Union Africaine, l’ONU, les pays les plus importants de notre région, du monde entier contre vous ? Où est-ce que les militaires et miliciens qui soutiennent encore votre régime et qui lui permettent de plastronner dans notre télévision nordcoréisée croient-ils qu’ils pourront aller ? Qu’espèrent-ils gagner en hypothéquant leurs carrières et celles de leurs enfants en soutenant un régime moribond ? Déclencher des tueries ? La Cour Pénale Internationale les a déjà prévenus. Elle surveille tout ce qui se passe ici en ce moment. Passer le reste de sa vie dans une prison en Hollande n’est pas quelque chose à souhaiter à quelqu’un, ni à désirer pour soi-même. Que tous nos militaires et miliciens méditent cela. Jean-Pierre Bemba était le tout-puissant et richissime chef de guerre et vice-président de la RDC. On sait où il est en ce moment.

Charles Taylor était le non moins puissant chef du Liberia. Il sait que sa vie finira dans une prison. Est-ce ce que le brillant juriste que tu es ignore ? Les jérémiades de vos suiveurs instrumentalisés sur notre souveraineté bafouée n’y changeront rien, tu le sais. Dis-le leur. Prends ton courage à deux mains et dis-leur que cette « résistance » est vaine. Nous ne pouvons pas nous battre contre le monde entier. Et comme Laurent Gbagbo l’a dit en 1999, si vous êtes les seuls à voir en noir un pagne que tout le monde voit blanc, c’est que vous avez un problème. Plus de 54% des Ivoiriens voient en Ouattara leur président. Le monde entier voit en lui le président élu des ivoiriens. Ceux qui veulent voire autre chose ont de sérieux problèmes.

Pablo, je termine en te disant que je t’ai écrit cette lettre avec beaucoup d’amertume. Tu pouvais mieux finir ta carrière universitaire. Tu dois savoir maintenant que tu ne pourras plus aller nulle part, quoiqu’il advienne. Tu sais que tu es déjà persona non grata un peu partout dans le monde. Comme tous les autres membres de ton Conseil Constitutionnel. Que c’est triste ! Et tu sais aussi que plus vous vous accrocherez au rêve chimérique d’une conservation du pouvoir malgré et envers tout, plus vous entrainerez de gens dans votre funeste destin. Au revoir mon ami, mon grand frère Pablo. Prions pour que malgré tout, notre pays reste debout ».

Mais hélas ! Le militantisme a eu raison du droit.

Source : KOACI

Mardi 30 Juillet 2013
Vu (s) 4674 fois



1.Posté par WALACE le 30/07/2013 17:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
HAAAAAAAAAAAA Le fameux président de la cours surprême de SATAN GBAGBO
le bététchê GBAGBO croyait remporter une bataille contre la volonté du peuple ivoirien par affinité , mais Dieu l'a humilié comme un petit vulgaire voleur de mangue ou de poulet
on s'amuse pas avec puissance de ouattara hooo
kia kia kia

2.Posté par djidjessou le 30/07/2013 18:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Professeur taisez vous et ne dites rien jusqu'à ce que celui qui a permis parle. c'est lui qui a le dernier mot.

3.Posté par Marie juliette le 30/07/2013 18:57 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J 'AI PITIÉ DE TOI VENANCE TU FAIT VOMIR

4.Posté par vaudy le 30/07/2013 19:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est excessivement nauséabonde de regarder avec un esprit étroit la situation de crise post-électorale qui continue de paupériser la vie des ivoiriens. C'aurait été juste de reconnaître que la misère des ivoiriens n'a pas commencé pendant la période des élections présidentielles de l'an 2010 et de condamner le processus de prise de pouvoir par les armes depuis le 19 Septembre 2002 avant d'accuser son soi-disant ami d'être le coupable de la chienlit dans laquelle nous sommes en ce moment embourbés. Quand un camp tue pour prendre le pouvoir par les armes, vous trouvez normal d'effacer cela d'un trait et voulez faire avaler au reste du monde que vos crimes ne sont pas à la base de la souffrance des ivoiriens mais ceux des autres qui étaient en situation de légitime défense. Pour un journaliste qui tient ce type de discours, c'est hallucinant et grave pour la CI parce que l'informateur ou du moins les informateurs sont devenus subitement obtus d'esprit, impartiaux dans l'analyse des faits encore saignants. Pour rien au monde vous n'arriverez pas à changer et contrefaire le cours de l'histoire car votre négation des principes démocratiques dans l'exercice du pouvoir a été enregistrée, incrustée dans l'âme de la Côte-d'Ivoire.

5.Posté par Filsdafric le 30/07/2013 23:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le Rédacteur de cet article veut faire porter le chapeau de la responsabilité des morts ivoiriens depuis 2002 au seul YAO NDRE , soit !
Ce même "rédacteur " veut nous faire croire que les nuits de YAO NDRE sont hantées par le souvenir de ces morts : il n' y a aucune place pour le moindre doute ! Et quel ivoirien aimant la Cote d' Ivoire de toute son âme et doté d'une conscience ne le serait pas aujourd'hui ?
Mais comment ce type de journaliste peut-il oublier de nous décrire la manière dont se passent les nuits de OUATTARA , SORO , BAKAYOKO , et des com-zones tels que Wattao, Fofié, Vetcho, Cherif Ousmane et autres criminels buveurs de sang ? Sont-ils réellement en paix ?
Et voilà que pour clore le tout ce monsieur conseille à YAO NDRE ceci : " Prends ton courage à deux mains et dis-leur que cette « résistance » est vaine. Nous ne pouvons pas nous battre contre le monde entier." Le comble !!!! Belle leçon d'amour du pays pour les vaillants patriotes à la recherche de leur identité, de leur dignité , et de leur liberté !

6.Posté par Toony23 le 31/07/2013 00:40 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quand est-ce que certains comprendront que cela ne servira a rien de reagir a des ordures d''articles de torchons? Vous n''avez pas encore compris que plus vous haissez ces demons plus ils sont heureux. Soyez indifferents face a de tels inepties. Le coeur que DIEU a donne aux vrais ivoiriens n''a pas de place pour hair ces types de personnes. Ne gaspillez pas vos energies pour eux car leur vie est courte et bientôt DIEU va les frapper de son glaive.

7.Posté par Toony23 le 31/07/2013 00:41 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quand est-ce que certains comprendront que cela ne servira a rien de reagir a des ordures d''''articles de torchons? Vous n''''avez pas encore compris que plus vous haissez ces demons plus ils sont heureux. Soyez indifferents face a de tels inepties. Le coeur que DIEU a donne aux vrais ivoiriens n''''a pas de place pour hair ces types de personnes. Ne gaspillez pas vos energies pour eux car leur vie est courte et bientôt DIEU va les frapper de son glaive.

8.Posté par Hermann N'da le 31/07/2013 01:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
QUELQUES QUESTIONS AU RÉDACTEUR DE CE PAPIER:

Par quel miracle le taux de participation à ces élections est subitement passé de 70% ( comme annoncé par l'ONUCI), à 83%?

Quelles sont les referençes des dispositions légales qui font annuler puis reporter les élections dans les régions concernées dans un délai de 45 jours?

Quelles etaient les conclusions des autres groupes de superviseurs africains de ces élections, surtout en ce qui concerne le groupe piloté par le ministre Kokou KOFFIGOH ?

Pourquoi feignez- vous d'ignorer que YOUSSOUF BAKAYOKO n'était plus dans les délais légaux de proclamation de résultats, vous qui êtes si attaché à la légalité ?

N'est-on pas en droit, en suivant votre propre logique, d'etre tenté de taxer egalement le président de la CEI, de partialité, lui qui est membre du RHDP et qui proclame des " résultats" seul, sans les autres commissaires de la CEI, et dans l'enceinte du QG d'un candidat, celui de son clan politique?

Si tel est que ces élections auraient pu être purement et simplement annulées partiellement ou totalement, pour être reprises dans un délai de 45 jours, comme vous l'indiquez, qu'est-ce vous garantirait la victoire de OUATTARA?

Autrement dit, vous êtes en train de confirmer avec nous, qu'a ce jour, rien ne démontre que la place occupée par OUATTARA en ce moment (le palais présidentiel) soit nécessairement celle qui lui revient de droit.

Qui serait actuellement au pouvoir si GBAGBO avait, avec l'aide d'autres groupes d'intérêts puissament armés, gagné la guerre?

Même après l'autoproclamation de chaque camp comme étant le vainqueur de ces élections, n'y avait-il pas d'autres voies de dénouement de cette crise autres que la lutte armée ?

Qui a choisi l'option de la guerre comme solution à la crise post électorale qui aurait fait 3 000 morts?

J'ose espérer que vous reviendrez sur la toile avec quelques réponses à mes préoccupations.

9.Posté par nea le 31/07/2013 02:17 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mon cher Herman et les autres compagnons de lutte ,pourquoi rèpondre â un redacteur partisant?Depuis que koaci et ses journaleux ecrivent,cela a été contre Gbagbo et ses partisans.Donc pour moi ne gaspillons pas notre temps à répondre â sesvauriens .

10.Posté par jacquesvakele le 31/07/2013 07:20 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
voila, c,est la vrai verite de monsieur konan venance a lire et relire tous les bete de fpi.

11.Posté par kone cote divoire* le 31/07/2013 10:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
TON VENANCE KONAN A PARLE DE QUELLE VERITE.......LE TEMPS ARRIVE OU CHACUN COMPRENDRA.........PARLER MOINS VOUS SEREZ TOUS TRAITER...............BANDE DE LACHES..............A BON ENTENDEUR SALUT! PAROLE...................................................

12.Posté par ALFRED AGHERE le 31/07/2013 10:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je ne comprend vraiment ce pouvoir et ses fanatiques, vous dites que Gbagbo et son parti le FPI sont des monstres sanguinaires qui ont tué en 3 mois 3000 personnes apr 10 ans de pouvoir vs arretez le monstre et les tueries continue tous les membres influents du FPI sont en prison de ce fait ce parti ne devait plus exister mais tous les jours dans vos bouches FPI, GBAGBO nous les ivoiriens ce n'est pas ceque nous mangeons ,vous etes là pour un programme deroulez le pour qu'on puisse voir, mais tjrs FPI. Venance Konan le FPI n'est plus au pouvoir normalement il ne devrait plus avoir de morts (j'oubliais c'est les Gbagboistes qui sont tués eux ils le méritent il faut les éradiquer) mais depuis la capturation de Gbagbo tous les jours morts... la solution c'est les apatrides, les homosexuels qui sont financés pdt que les ivoiriens broient du noir, pardon faite un jour journée mondial sans parler de Gbagbo et FPI et regardez nous un peu. Je pense même que pour Gbagbo est mieux lui au moins il mange matin,midi et soir or que nous même la mort subite on peut plus, nous sommes aujourd'hui 31 fin du mois fonctionnaire n'est pas encore payer du jamais vu même au tps des monstres gbagbo-fpi, pardonnez occupé vous de nous un jour

13.Posté par ALFRED AGHERE le 31/07/2013 10:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je ne comprend vraiment ce pouvoir et ses fanatiques, vous dites que Gbagbo et son parti le FPI sont des monstres sanguinaires qui ont tué en 3 mois 3000 personnes apr 10 ans de pouvoir vs arretez le monstre et les tueries continue tous les membres influents du FPI sont en prison de ce fait ce parti ne devait plus exister mais tous les jours dans vos bouches FPI, GBAGBO nous les ivoiriens ce n'est pas ceque nous mangeons ,vous etes là pour un programme deroulez le pour qu'on puisse voir, mais tjrs FPI. Venance Konan le FPI n'est plus au pouvoir normalement il ne devrait plus avoir de morts (j'oubliais c'est les Gbagboistes qui sont tués eux ils le méritent il faut les éradiquer) mais depuis la capturation de Gbagbo tous les jours morts... la solution c'est les apatrides, les homosexuels qui sont financés pdt que les ivoiriens broient du noir, pardon faite un jour journée mondial sans parler de Gbagbo et FPI et regardez nous un peu. Je pense même que pour Gbagbo est mieux lui au moins il mange matin,midi et soir or que nous même la mort subite on peut plus, nous sommes aujourd'hui 31 fin du mois fonctionnaire n'est pas encore payer du jamais vu même au tps des monstres gbagbo-fpi, pardonnez occupé vous de nous un jour

14.Posté par KOUTOUBOU le 31/07/2013 21:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
LA GANGRENE A PRIS TOUT LE TISSU SOCIAL IVOIRIEN, LA PORCHERIE DIOULA EST EN VOGUE ET EN VERVE


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !