Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Côte d'Ivoire - Procès Gbagbo : la parole est à la défense plus vidéos

L'Afrique en mouvement - Afrik53.com : Infos 7J/7 le Mardi 2 Février 2016 à 04:48 | Lu 4130 fois

Reprise ce lundi et pour deux jours du procès de Laurent Gbagbo et Blé Goudé avec l'intervention de la défense. Voici ce qu'il faut retenir.



La défense de Laurent Gbagbo a affirmé lundi que son rival, le président Alassane Ouattara, s'était emparé du pouvoir « par la force » avec l'aide de la France, au troisième jour du procès de l'ex-chef d'État ivoirien devant la Cour pénale internationale.

La stratégie de la défense ? L'attaque.

Menée par Me Emmanuel Altit, l'équipe de défense de Laurent Gbagbo a disposé de trois heures ce lundi pour présenter les grandes lignes de sa stratégie pour défendre l'ex-dirigeant ivoirien. Et dès les premières minutes, le ton était donné. « Alassane Ouattara et ses soutiens voulaient se saisir du pouvoir par la force et la bataille d'Abidjan est la mise en oeuvre de cette stratégie », a déclaré Emmanuel Altit. Rappelant que son client avait été arrêté en avril 2011 après des bombardements français, l'avocat a soutenu que « la France ne voulait pas d'une paix négociée » entre les deux rivaux de la présidentielle.

Il a accusé Paris, l'ancienne puissance coloniale, d'avoir préparé « en sous-main » l'offensive ayant mené à la chute de l'ex-président, notamment en fournissant des armes aux forces pro-Ouattara malgré un embargo décrété par l'ONU. Les violences avaient fait plus de 3 000 morts en cinq mois, des deux côtés des belligérants, transformant en champs de bataille certaines zones du premier producteur mondial de cacao, moteur économique de l'Afrique de l'Ouest.

Défaire l'argumentaire de l'accusation

À l'ouverture du procès jeudi, la procureur Fatou Bensouda avait accusé M. Gbagbo de s'être accroché au pouvoir « par tous les moyens ». « Lorsqu'il a compris que la présidence allait lui échapper, Laurent Gbagbo, en concertation avec des membres d'un cercle privé de proches, a commencé à mener une campagne de violences orchestrées contre ceux considérés comme ses opposants », avait-elle soutenu. Des attaques contre des civils ont alors été perpétrées par des forces gouvernementales et des milices sous le contrôle des accusés, avait affirmé Mme Bensouda.

Regrettant qu'aucun responsable du camp Ouattara ne soit poursuivi par la CPI, l'avocat de Laurent Gbagbo a accusé lundi le bureau du procureur de faire une lecture « partielle » des événements et de peindre « à grands traits un camp du bien et un camp du mal ». Selon la défense, c'est le camp Ouattara qui avait préparé la prise du pouvoir par la force, notamment via « une campagne de recrutement de mercenaires lancée début 2010 au Burkina Faso ». « Ces recrues ont été transférées dans le nord de la Côte d'Ivoire, où elles ont été militairement entraînées et armées. »

Me Altit a regretté les « silences » du dossier de l'accusation

« Peut-être veut-on faire oublier les crimes, dont les pillages et les viols, dont s'étaient rendus coupables dès décembre 2010 soldats et mercenaires pro-Ouattara? » s'est-il interrogé. Le dossier présenté par l'accusation « n'est que la reprise pure et simple, sous des habits juridiques, d'un narratif de nature politique » visant à légitimer le pouvoir d'Alassane Ouattara, a soutenu Me Altit. Il a décrit son client comme « un homme de paix » et un « démocrate » ayant toujours oeuvré à la « réunification » de son pays.

La peine maximale encourue devant la CPI est de 30 ans de prison, mais les juges peuvent prononcer une peine plus lourde s'ils estiment que les crimes commis sont exceptionnellement graves. Laurent Gbagbo, dont la santé est « fragile », selon ses avocats, avait été livré à la CPI en 2011. Charles Blé Goudé l'avait été en 2014. Simone Gbagbo, épouse de Laurent, a été condamnée à 20 ans de prison en Côte d'Ivoire pour son rôle dans la crise, en compagnie de 78 autres personnes. Mme Bensouda avait tenté d'apaiser jeudi les critiques lui reprochant de ne pas poursuivre le camp Ouattara, assurant devant les juges : « Nous enquêtons sur les deux côtés du conflit. [...] Cela prend du temps et nous demandons de la patience. »

afrique.lepoint.fr








Afrik53.com : Infos 7J/7
Mardi 2 Février 2016
Vu (s) 4130 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !