Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Cote d'Ivoire : Prix du carburant à la pompe: Comment Ouattara a trahi sa parole

le Jeudi 19 Janvier 2012 à 08:18 | Lu 2164 fois



Facile de critiquer. Mais, au pied du mur, difficile de montrer qu’on peut faire mieux. Le régime Ouattara, au fur et à mesure que les jours passent, l’apprend à ses dépens. Lui, si critique à l’endroit de la gestion des affaires de l’Etat par le pouvoir Gbagbo n’arrive pas à démontrer qu’il est plus compétent. Pire, chaque jour que Dieu fait, il montre de nombreuses défaillances dans son fonctionnement. Cela est particulièrement vrai dans la gestion du prix du carburant à la pompe.

Ce que proposait le Rdr

En effet, alors dans l’opposition, le Rassemblement des républicains (Rdr), à travers sa commission technique mines et énergie, dirigé par Mme Maférima Touré, avait pondu une déclaration, le 13 mars 2008, pour dénoncer la décision du gouvernement d’augmenter le prix du carburant à la pompe. « La décision récente du régime Gbagbo d’augmenter le prix de l’essence super de 22%, celui du gasoil de 44% et celui du gaz domestique de 26%, est un acte de mépris pour les consommateurs et les populations ivoiriennes qui souffrent des conséquences de la crise et de la stagnation de leurs revenus depuis plus de 20 ans », s’insurgeait le parti d’Alassane Ouattara.

Le RDR était allé plus loin en soulignant que le gouvernement d’alors, dont il était pourtant membre, avait ignoré les propositions qu’il lui avait faites pour éviter une augmentation du prix du carburant. « En effet, il y a quelques jours, le RDR a suggéré des mesures qui auraient permis d’éviter l’augmentation actuelle des prix, ou tout au moins, d’en réduire considérablement l’ampleur », avait déclaré le Rdr.

En fait, le parti de M. Ouattara avait proposé que le gouvernement procède à une réduction des prélèvements de l’Etat, à l’optimisation de la structure des prix par ajustement du niveau de péréquation transport, à la vérification des montants collectés et à la mise en œuvre des excédents collectés au titre de la péréquation transport.

Le Rdr avait proposé la suppression du prélèvement pour stock de sécurité, un audit urgent des fonds collectés par la Gestoci au titre des stocks de sécurité, de l’utilisation de ces fonds et de la mission et du statut de cette entreprise et la mise en œuvre des importants excédents financiers constitués grâce à la part ivoirienne dans les revenus d’exportation de pétrole brut, estimés à 90 000 barils/jour en moyenne en 2006, et à 100 000 barils/jour en moyenne en 2007, « chiffres confirmés, selon le Rdr, par les institutions financières internationales, par les grands centres mondiaux de l’économie pétrolière et par tous les experts ». Et pour enfoncer le clou, le parti d’Alassane Ouattara qui avait visiblement l’ambition inavouée de diaboliser le régime d’alors, avait soutenu que le gouvernement du président Gbagbo avait fait fi de ses mesures « de simple bon sens et de bonne gouvernance pour l’intérêt du plus grand nombre ».

Le Rdr, sur sa lancée, avait déploré que les choses soient restées en l’état avec la base taxable inchangée (200 frs CFA par litre) et le prélèvement de péréquation identique en dépit de l’interruption de service et de la péréquation en zones CNO. Pour ce parti, le prélèvement pour stock de sécurité qui a été reconduit ne se justifiait et ne s’expliquait pas. Selon les républicains, il était anormal qu’aucun bilan réel n’ait été fait sur le niveau et l’utilisation des revenus de l’Etat qui étaient devenus très importants suite à l’augmentation de la production de pétrole brut et au doublement des prix du baril sur le marché international.

En définitive, la déclaration de la commission mines et énergie du Rdr constatait : « Cette situation aggrave ainsi l’état de paupérisation du consommateur ivoirien et met en péril bien des efforts et projets de relance économique post crise et de création d’emplois au niveau des PME/TPE et opérateurs informels… A défaut de n’avoir pas pu éviter cette augmentation des prix, il est à regretter que l’Etat n’ait pas envisagé des mesures d’accompagnement ».

Cette commission du parti d’Alassane Ouattara proposait donc : « Il est donc temps que le ministère des Mines et de l’Energie et ses structures compétentes sous tutelle en la matière, rendent compte à la nation sur la gestion de la structure des prix. Dans cette attente et à titre transitoire et conservatoire pour 90 jours, nous demandons que la hausse des prix à la pompe soit ramenée au niveau moyen des prix du Mali, du Burkina Faso, et du Niger, pays frères de l’hinterland dont la majeure partie des produits pétroliers viennent de la SIR, notre raffinerie et de notre port, le Port d’Abidjan ».

Le Rdr incapable d’appliquer ses propres propositions

Un véritable pamphlet qui, en réalité, n’avait convaincu que les ignorants du secteur et/ou les inconditionnels du Rdr. Car, pour ceux qui connaissent ce parti qui a habitué les Ivoiriens aux grands discours, sa réaction n’étonnait pas. Et, comme « le temps est un autre nom de Dieu », la vérité a fini par rattraper le mensonge. En effet, près de 9 mois après sa conquête du pouvoir aux forceps, le régime de Ouattara n’a encore rien montré de nouveau.

Les prix du carburant à la pompe, au moment du renversement du président Laurent Gbagbo sont restés les mêmes. Le Rdr n’a rien changé. Le gasoil est toujours de 615 FCFA le litre, le super de 774 FCFA le litre et le pétrole lampant demeure 553 FCFA le litre. Le pouvoir n’a pas encore daigné réduire les prélèvements de l’Etat, supprimer le prélèvement pour stock de sécurité, optimisation la structure des prix par ajustement du niveau de péréquation transport, etc. comme il le préconisait. Et, comme le Rdr l’exigeait quand il était dans l’opposition, aujourd’hui le régime Ouattara n’a toujours pas aligné les prix du carburant à ceux du Burkina Faso et du Mali où le super est respectivement à 642 FCFA et 600 FCFA et le gasoil à 575 FCFA et 535 FCFA le litre.

Le prix du carburant
pourrait augmenter

Plus grave, il y a de fortes probabilités que les prix à la pompe soient revus à la hausse. En tous cas, si l’on s’en tient au budget 2012 adopté en Conseil des ministres par le gouvernement Soro.

En effet, dans l’économie du budget, on peut lire clairement : « Au niveau du secteur énergie, le gouvernement prévoit appliquer le nouveau mécanisme de fixation automatique des prix des produits pétroliers tenant compte de l’analyse des différents paramètres ». En clair, il faut comprendre que les prix à la pompe seront fixés selon les fluctuations du cours du pétrole sur le marché international. En termes plus simples, les prix à la pompe baisseront si le cours du pétrole chute au niveau international (ce qui est peu probable) et ils augmenteront si le cours du pétrole flambe. Les Ivoiriens doivent donc s’attendre, à tout moment, à une augmentation du prix du carburant et le pouvoir doit s’apprêter à faire face à une fronde des transporteurs qu’ils avaient l’habitude de monter contre l’ex-régime.

En somme, Alassane Ouattara et son gouvernement n’ont rien apporté de nouveau sous les tropiques. Comme ils ont pris l’habitude de le faire depuis leur accession à la tête de la Côte d’Ivoire, ils ne font, au mieux, que continuer la politique du président Laurent Gbagbo. Et, comme une mauvaise copie de l’original, ils s’en sortent difficilement parce qu’ils n’en sont pas les concepteurs. Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’ils n’ont rien à apporter aux Ivoiriens. C’est pourquoi, après avoir longuement critiqué inutilement le pouvoir, aujourd’hui ils tâtonnent, à la recherche de leurs repères. Comme pour donner raison à la citation qui dit « la critique est aisée, l’art est difficile ».


Koné Modeste

Jeudi 19 Janvier 2012
Vu (s) 2164 fois



1.Posté par Drandrannouke drandra le 20/01/2012 00:10 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est normal que de ce comporter ainsi lorsqu'on passe le claire de son temps a denigrer le pays par devers le monde, sans le connaître du tout!On presquira toujours des doses contraires aux maux de notre pauvre cote d'ivoire!

2.Posté par Drandrannouke drandra le 20/01/2012 00:11 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C''est normal que de ce comporter ainsi lorsqu''on passe le claire de son temps a denigrer le pays par devers le monde, sans le connaître du tout!On presquira toujours des doses contraires aux maux de notre pauvre cote d''ivoire!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !