Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Côte d'Ivoire : Poursuivi pour troubles à l'ordre public: Laurent Akoun (Fpi) écope de 6 mois de prison ferme

le Samedi 1 Septembre 2012 à 07:31 | Lu 1168 fois

Laurent Akoun, secrétaire général et porte-parole du Front populaire ivoirien (Fpi, parti d'opposition fondé par Laurent Gbagbo, ex-chef d’État ivoirien, détenu à La Haye) a écopé de 6 mois d'emprisonnement ferme. Il est privé de ses droits sur une période de 6 mois et ne devra pas séjourné sur le territoire ivoirien, sauf son lieu de naissance, pendant un an. Ce verdict a été rendu par le tribunal de première instance du Plateau devant lequel il a comparu un peu plus de quatre heures, le vendredi 31 août 2012.



Le procès du secrétaire général du Fpi Laurent Akoun a eu lieu, vendredi, au palais de justice d’Abidjan-Plateau (Ph. DR)
Le procès du secrétaire général du Fpi Laurent Akoun a eu lieu, vendredi, au palais de justice d’Abidjan-Plateau (Ph. DR)
L'air serein. Tenue décontracté: chemise manches longues, un jean et une paire de basket. Laurent Akoun se présente à la barre. L'homme qui n'a rien perdu de son éloquence ne nie ni ne renie les propos qu'il a tenus, le vendredi 3 août 2012, à Djibi-village, dans la commune d'Abobo, lors d'une rencontre qu'il a animée avec les militants de son parti. Propos rapportés le 4 août 2012, par le quotidien Notre Voie, et qui pour le parquet sont de nature à troubler l'ordre public et sont une offense au chef de l'Etat.

Trois extraits du discours d'Akoun ont fait l'objet d'un vif débat. Premier extrait : « L'audience du président Gbagbo a été reporté parce que Gbagbo a été maltraitée. (…). Gbagbo a reçu des coups. A Korhogo, on l'a mis à la résidence du chef de l'Etat pour juste faire les photos parce qu'après on l'a enfermé dans une petite maison où il ne voyait pas le jour (...)». Le parquet, représenté par le procureur Allah Kouadio, demande au prévenu s'il a des éléments qui prouvent que Laurent Gbagbo a fait l'objet de maltraitance.

Akoun répond qu'il se fonde non seulement sur ce qu'il lui a été rapporté mais également sur les propos de Gbagbo lors de sa première audience à La Haye. Me Dako Zahui, un des avocats du prévenu, fait alors savoir que Laurent Gbagbo avec qui il a discuté lui a confié qu'il était enfermé dans une pièce réduite et qu'il n'était pas dans une résidence équipée. Et comme Gbagbo, les proches de ce dernier serait dans l'anti-chambre de la mort parce qu'incarcérés dans des conditions extrêmement difficiles. « C'est un fait connu. Et le rapport médical indique que Gbagbo a des ennuis de santé du fait des maltraitances lors de sa détention au nord. C'est d'ailleurs pour cela que son audience a été reportée », a dit l'avocat.

Deuxième extrait : « Ouattara ment quand il dit qu'on a pris les gens en flagrant délit. Ce n'est pas vrai. Car ils ont été pris pendant qu'il se trouvaient à la Nouvelle Pergola sous la protection de l'Onuci». Face à cette déclaration, le procureur interroge : « M. Akoun, vous êtes de Memni (Alépé). Est-ce que chez vous on peut dire d'un chef qu'il ment ». Le porte-parole du Fpi fait savoir que dans sa culture, quand un chef ne dit pas la vérité, on dit qu'il ment. « Je m'adressais à des gens d'un certain niveau, et je leur ai tenu un langage accessible, et qu'ils peuvent facilement comprendre », souligne le secrétaire général du Fpi. Cela suscite alors la réaction de la défense. Pour elle, pourquoi parler de contre-vérité quand cela signifie mensonge ?

Troisième extrait :«Ouattara est arrivé au palais par la guerre (…). Il est au palais, mais je conteste la manière dont il y est arrivé». Allah Kouadio, le procureur, conteste cette affirmation d'Akoun et indique que les résultats des élections tels que donnés par le président Yao N'Dré du Conseil constitutionnel proclame le candidat Alassane Ouattara vainqueur. Le porte-parole du Fpi réagit et fait comprendre que c'est son opinion parce que s'en tenant aux premiers résultats rendus par le même président du Conseil constitutionnel. Et le procureur Allah de poser cette question au prévenu : « En tenant de tels propos, quelles réactions attendiez-vous de vos militants ? ».

A cette interrogation, Laurent Akoun s'est voulu clair. « Je n'attendais pas de réaction particulière. Que nos militants prennent acte et que nous nous organisions pour les batailles futures qui consistent à reconquérir le pouvoir d’État par les urnes », répond-il. Autre élément soulevé par le procureur, c'est que quelque temps après les déclarations de Laurent Akoun, le camp d'Akouédo a été attaqué, ainsi que des positions des Frci. Pour le ministère public il y a cause à effet. Sur cette question, Laurent Akoun a indiqué qu'il n'est pas dans la culture de son parti d'entretenir la violence. « Depuis que nous faisons la politique, nous n'avons jamais eu recours aux armes, comme moyen d'accéder au pouvoir d'Etat», explique-t-il. A ce propos, la défense fait remarquer au procureur que le droit pénal ne saurait s'accommoder de supposition. Et qu'en l'espèce, aucun militant du Fpi n'a été pris et présenté comme faisant partie de ces attaques. Partant de là, on ne peut supposer, selon la défense, que les propos d'Akoun ont provoqué ces troubles.



Akoun : '' Je suis offusqué''



Quand le président du Tribunal, Koné Braman donne la parole au procureur pour ses réquisitions, ce dernier estime que le prévenu aurait pu faire à la nation l'économie de tels propos quand on sait que le pays sort d'une profonde crise. Pour lui, ces propos incitent à la révolte et sont de nature à troubler l'ordre public. Il requiert 5 ans de prison. A tour de rôle, les avocats de la défense, Maîtres Bobré Félix, Martial Gahoua, Dako Zahui, Hervé Gouaméné, Dirabou Mathurin, ont fait savoir que Laurent Akoun, en tenant cette réunion avec ses militants, n'avait pas pour intention de troubler l'ordre public.

Pour eux, il n'y a aucun lien entre ses propos et les hommes armés qui ont attaqué les positions des Frci et qu'il n'y a aucun acte posé par leur client dans ce sens. Les Avocats ont donc demandé la relaxe de leur client. « Je suis offusqué quand dans ses propos le procureur ne me considère pas comme un citoyen de ce pays. J'ai servi mon pays en tant qu'éducateur. J'ai formé des cadres de cette nation pendant 30 ans et il faut que le procureur en tienne compte et sache que je suis moi aussi, citoyen de ce pays. Et puis ce ne sont pas les enlèvements, les emprisonnements qui feront avancer ce pays.

C'est ensemble que les Ivoiriens doivent construire ce pays. Et je n'ai jamais porté une arme, je ne peux demander à quelqu'un de s'en servir contre son pays ». Ces propos de Laurent Akoun mettent fin aux débats, à la suite desquels le tribunal a déclaré le prévenu coupable des faits qui lui sont reprochés. La défense a déclaré qu'elle fera appel de cette décision. Me Farama Ambroise du barreau du Burkina Faso était de la plaidoirie. Il a déploré le fait qu'on veuille bâillonner l'opposition en Côte d'Ivoire.



Alain BOUABRE
L'Inter

Samedi 1 Septembre 2012
Vu (s) 1168 fois



1.Posté par Halin Bebel le 01/09/2012 09:23 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
S'il vous plait Messieurs les tenants du pouvoir,nous voulons que ce pays avance.Mais pourra t-il avancer si l'opposition est baillonnée,si la liberté d'expression est confisquée? Est-ce cela LA DEMOCRATIE dont on parle tant?

2.Posté par Hermann N'da le 01/09/2012 10:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les pires dictatures finissent toujours par s'écrouler. C'est ce que l'Histoire nous enseigne. Celle de Dramane s'écroulera dans la débandade, à la surprise générale.
Voilà un soi-disant chef d'État, qui au 21ème siècle veut gouverner sans opposition, sans contradiction, sans contestations, sans liberté d'expression. Pourtant, lui-même a fait ses armes "politiques" dans la rébellion avec des propos plus que susceptibles de troubler l'ordre public. Tenez-en quelques uns:
"Je' n'attendrai pas 2005 pour être président"
" On m'empêche d'être président parce que je suis du nord et musulman"
" Je rendrai ce pays ingouvernable"
" Je frapperai ce pouvoir moribond au bon moment et il tombera"
Peut-être croit-il à l'époque, qu'il n'y avait pas d'appareil judiciaire en CI.
La vérité est que les Ivoiriens, les vrais, n'ont pas la culture de la violence et ont une autre idée plus civilisée de la politique.
Condamner un leader politique juste pour des propos tenus au cours d'un meeting politique rappelle les ANNÉES 50;
Le monde entier comprend dès lors pourquoi, Dramane s'est empressé de transférer GBAGBO LAURENT en dehors du territoire national pour espérer gouverner sans opposition.DRÔLE DE PRÉSIDENT. Ton règne seras bientôt écourté dans la violence que tu aimes tant.

3.Posté par plegeon le 01/09/2012 11:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
celui, qui tue par l'épée périe par l'épée, alassane tu es prévenu.

4.Posté par GILBERT KITA le 01/09/2012 13:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le FPI au pouvoir voulait appliquer une démocratie à l'occidentale .aujourd'hui ses militants sont devant la réalité . Ahmed Bakayoko a affirmé par qui veut l'entendre qu'il ne jouera pas avec les fauteurs de trouble. Le voleur n'a jamais accepté etre volé à son tour .Les militants du FPI sont donc avertis

5.Posté par golah le 01/09/2012 13:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
tout cela est pitiant existe un ordre pour qu'il soit public afin qu'il soit troublé?
quand des Dozos sont en armes est ce de l'ordre
quand des ignares tuent inpunément des ivoiriens, des corps habillés oub sont ces procueruers?
il faut rapidement mettre fin à cela!!!!!!!!!!

6.Posté par mike le touareg le 01/09/2012 17:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Rien ne m'étonne ds le Dioulabougou parce que les paroles incendiaires du Sieur Amadou Soumahoro ne sont des évangiles et celles de mr Akoun des srmons démoniaques. bravo on sent que le régime de banane de Dramane est mur.

7.Posté par adou eliane le 01/09/2012 22:28 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je suis depasser et je ne sais plus quoi dire jai meme peur de sortir parce que je suis agni une fois a gagnoa on m a arreter

8.Posté par cool le 02/09/2012 04:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
on ne peut pas vivre avec des gens qui vivent dans le désordre qui font bcp d'enfants et qui laissent dans la rue aucune éducation comment voulez vous qu'ils soient des êtres normaux ? tout ce qu'ils font vont avec leur façon d’êtres nous ne devons pas accepter des gens comme ça dans nos villages et villes ils sont sans coeur des gens comme ça qui tuent qui égorgent et on ne fait rien et c'est a cause d'une petite parole qu'on met quelqu'un en prison lui au moins a son village et il y va souvent Mr Akoun du courage ça va finir un jour les dioulas doivent rester aussi chez eux car ils sont partout dans nos villages et ce sont eux qui mettent toujours du désordre tout cedeao est ici et ils parlent tous le dioula ce qui fait qu'on ne reconnait plus nos frères dioulas de cote d'ivoire on mélange tout le monde vraiment cote d'ivoire le désordre .Dieu ait pitié de nous

9.Posté par cool le 02/09/2012 05:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Président Ggabgo pourquoi tu as supprimé la carte de séjour il ne fallait pas faire ça! voilà aujourd'hui on est envailli j’espère que dramane va faire revenir la carte de séjour c'est mon souhait partout au monde on paye le séjour on n'a plein d'argent ici et on se promène encore pour cherché des investisseurs mr le président de cote d'ivoire c'est un cri de coeur les ivoiriens on faim depuis que vous êtes au pouvoir faite revenir la carte de séjour svp vous verrez que la cote d'ivoire sera debout merci beaucoup

10.Posté par Yuotam le 02/09/2012 12:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vraiment le RDR = Rassemblement des Dioula Révoltés, le Mossi Drame le moro naba de Sindou dit adokaflêt 1er, nous prend pour des billes qu'on peut rouler inde finement, je paris que s'il avait la possibilité d'enfermer tous les internautes ce fils de pute et sa pute JUIVE le ferait, n'est ce pas cette salope qui à jurer de marcher sur le cadavre de 100 000 Eburnéens pour que son usurpateur de mossi puisse mettre son cul merdeux sur notre fauteuil présidentiel.

Il n'y aurait jamais de paix en Côte d' Ivoire tant que KOUDOU LAURENT GBAGBO KAFISSA, et nos cadres sont enfermer, par le Mossi Drame le moro naba de Sindou et sa pute JUIVE, ces derniers partiront de mon beau pays les 2 pieds devant, ce couple sanguinaire ce couple de pédophile, génocidaire du peuple d'éburnie.

C'est bientôt la fin de votre périple en Côte d' Ivoire, plus jamais les Ivoiriens ne se feront plus avoir par des fils de pute de votre genre de buveur de sang humain.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !