Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Côte d’Ivoire : Ouattara, les magistrats sont en colère

le Vendredi 27 Septembre 2013 à 07:20 | Lu 935 fois

Affectations arbitraires sur des bases guidées par le favoritisme, nominations ne correspondant pas à leur grade, absence de traitement équitable, avancements et nominations douteux, dysfonctionnement dans l’application des décrets de nomination… tels sont les ''ingrédients'' qui sous-tendent la grosse colère des Magistrats ivoiriens à l’encontre du chef de l’Etat, Alassane Ouattara, chef suprême de la magistrature.



Côte d’Ivoire : Ouattara, les magistrats sont en colère
Qu’ils soient juges du siège (qui sont indépendants) ou magistrats du parquet (placés sous l’autorité de l’exécutif), ils sont tous vent debout en ce moment contre le chef de l’Etat, Alassane Ouattara. En cause, l’application de trois décrets contradictoires.

Deux pris le 09 aout 2013 et l’autre le 16 septembre 2013. Ces magistrats ont donc adressé une lettre ouverte qui transpire leur colère au président Alassane Ouattara, le mercredi 25 septembre 2013, courrier dont nous nous sommes procuré une copie. Dans ce courrier, les juges dénoncent, avec une pointe de véhémence « l’inaction des syndicats de Magistrats et des Magistrats anciens, la complicité évidente du Conseil supérieur de la Magistrature » dans les faits mis à l’index, qui, selon eux, sont de nature à « jeter l’opprobre sur la justice ».

« En effet, par deux décrets N° 2013-567 et 2013-569 du 09 aout 2013, vous avez, en votre qualité de président de la République, procédé à la nomination de divers Magistrats dans diverses fonctions de la magistrature ivoirienne. Ces décrets ont été notifiés aux concernés par Monsieur le Directeur des services judiciaires (Dsj)… ( …) Mais voilà qu’avant le 1er octobre 2013, date de la rentrée judiciaire, un grand nombre de Magistrats sont encore appelés à l’effet de leur indiquer des destinations et fonctions autres que celles auxquelles les destinaient les décrets su-indiqués », accusent les juges.

De telles pratiques, selon eux, « bafouent les valeurs républicaines » dont les juges sont les garants. « Il se pose la question suivante : comment dans un pays qui se veut sérieux, peut-on se comporter ainsi ? Comment des décrets peuvent-ils être repris moins d’un mois après notification aux intéressés ? », s’interrogent-ils. Selon eux, il s’agit, au vu du nombre des magistrats appelées de nouveau, d’une reprise du décret du 9 août et non d’une réparation des « erreurs dues aux grades ou aux fonctions de certains nommés et qui ne correspondaient pas à leurs grades.

Ils s’insurgent, par ailleurs contre le fait que des Magistrats nommés dans des juridictions et à des fonctions qui correspondent bien à leurs grades, donc à des fonctions qu’ils méritent soient, dans le projet de décret, nommés à d’autres fonctions et dans d’autres villes, parce que « ceux qui devaient occuper ces fonctions ou qui devaient aller dans ces villes s’y sont refusés », soulignent les juges.

« Monsieur le Président, évitez de tomber dans l’erreur dans laquelle on vous conduit, évitez ce qui amènera à parler de rattrapage,. Vous êtes le président de tous les Ivoiriens. Il est de votre devoir de faire en sorte que les Magistrats soient juste des Magistrats ivoiriens et non de tels ou tels bords politique ou telle ethnie ou de tel groupe ethnique » ont plaidé ces juges, qui, du fait de leur droit de réserve, ont formellement requis l’anonymat.

Armand B. DEPEYLA

« Ces Magistrats font de la confusion »

Deux mots clés ont suffi à Alain Zunon, magistrat hors hiérarchie, Directeur des services judiciaires ( Dsj), que nous avons joint hier jeudi 26 septembre 2013, pour commenter les griefs des magistrats contre le chef de l’Etat, Alassane Ouattara. « Confusion et amalgames ». « Ces Magistrats font de la confusion et des amalgames. Beaucoup, d’entre eux ne comprennent pas que c’est le décret qui consacre le grade et non la nomination », a estimé ce haut magistrat anciennement conseiller à la Cour suprême. Pour lui, il s’agit, ni plus ni moins que « de corriger et de rectifier des erreurs que nous avons constatés ». Le premier décret du 09 aout 2013 touche 185 juges de la Cour d’Appel, de l’administration centrale et des tribunaux.

Le rectificatif concerne 30 magistrats dont une vingtaine du siège », ajoute Alain Zunon, rejetant toute idée de favoritisme ou de rattrapage. « C’est pour équilibrer les choses. Personne n’a été floué » a-t-il insisté. « Les magistrats qui ont écrit font de la confusion dans leur grade entre le décret de nomination et le décret d’inscription (aptitude). Quand un magistrat est inscrit sur la liste d’aptitude du 1er grade, 1er groupe, il pense qu’il est automatiquement magistrat de 1er grade. Or, cela doit être suivi d’un décret de nomination. C’est quand il a le décret de nomination qu’il est effectivement dans le grade… C’est le décret de nomination qui consacre le grade », a-t-il insisté. Pour Alain Zunon, les décret

s évoqués dans la lettre ouverte au chef de l’Etat sont des décrets de « mutation ou d’affectation », soulignant « qu’aucun magistrat ne vient dans un grade inférieur ». Et Alain Zunon d’indiquer qu’à Dabou, par exemple « on avait envoyé un procureur plus ancien que le président du tribunal. Or, dans nos règles, c’est le président du tribunal qui doit être plus ancien ». Ce sont des cas comme celui de Dabou que nous avons rectifiés avant la rentrée judiciaire et ce sont 30 magistrats sur les 185 qui sont concernés », a-t-il conclu.



Armand B. DEPEYLA
Source : Soir Info

Vendredi 27 Septembre 2013
Vu (s) 935 fois



1.Posté par moussa diakite le 27/09/2013 08:38 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
tout est melange

2.Posté par YAPO VICTOIRE ASSI le 27/09/2013 10:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
il n'ya plus de magistrats en CI depuis le coup d'etat de OUATTARA parcequ'ils protègent leur s salaires au détriment du droit pour lequel ils ont prêté serment. pauvre CI. donc arretez de distraire les ivoiriens qui n'ont rien à foutre avec vos grades à la con

3.Posté par richka le 27/09/2013 12:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
tout a fait D'ACCORD AVEC TOI; où étaient-ils et où sont-ils quand on bafoue le droit d'innocentes personnes, et qu'on va même jusqu'à les effacer à jamais de la surface de ce pays? Pour leurs intérêts pécuniers et foutus grades, ils manifestent...FOUTAISE! Richka

4.Posté par ADEDE le 27/09/2013 17:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je dirai même que les magistrats de ci ont rangé le droit dans leur placard pour s'occuper de leur ventre. C'est vraiment dommage qu'on en arrive là. Mais tout ce que Dieu fait est bon. A la fin de leur séjour terrestre, ils rendront compte au Créateur et c'est en ce moment que des comptes leur seront exigés. Car Dieu, qui est amour et vérité et qui leur a doté d'intelligence pour parvenir à cette fonction afin d'assister ses créatures pour que triomphe la justice, n'épargnera certainement pas cette bande de vendus et de suiveurs.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !