Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Côte d'Ivoire : L'autorisation de la marche du 28 septembre de Banny et de ses alliés est un gros piège politique...

L'Afrique en mouvement - Isaac Pierre BANGORET le Mardi 29 Septembre 2015 à 11:19 | Lu 1476 fois



TENDU PAR OUATTARA AU PEUPLE IVOIRIEN Cette marche constitue un piège politique, lorsque nous analysons objectivement l’attitude ambigüe adoptée par le régime de Ouattara face aux deux manifestations prévues par l’opposition ivoirienne : le rassemblement du 26 septembre à Yopougon et la marche du 28 septembre 2015. « Pourquoi, en effet, les forces de l’ordre acquises à la cause de Dramane Ouattara ont-elles réprimé le rassemblement pacifique des jeunes de la CNC à Yopougon (place Ficgayo) et toléré la marche du 28 septembre 2015 des candidats à l’élection présidentielle ?». Il nous faut, en fait, lever toute équivoque, en soulignant qu’au début de sa conférence de presse du 21 septembre 2015, le président de la CNC, Charles Banny, a tenu à faire une précision capitale que l’ont peut résumer en ces termes : « La marche du 28 septembre 2015 n’est pas organisée par la CNC mais par les 4 candidats à l’élection présidentielle du 25 octobre 2015 ».

Le jour de la marche, nous voyons apparaître les 3 candidats : Banny KKB et Mamadou Koulibaly, sans Essy Amara, qui leur a opposé un refus poli. Aux côtés de ces derniers se tiennent leurs alliés du FPI, Sangaré Abdouramane et Laurent Akoun, qui refusent de s’engager dans l’aventure périlleuse de Dramane Ouattara « autoproclamé » candidat à l’élection présidentielle, en violation de la Constitution ivoirienne.

La fraude électorale d’un homme politique qui refuse de se soumettre aux lois de notre pays est inéluctable, cela va de soi ; c’est une conséquence logique de son idéologie politique enracinée dans la violence, les assassinats. La stratégie du régime de Ouattara s’inscrit dans une logique politico-militaire adoptée dès son accession au pouvoir ; séparer le corps (le peuple) de la tête (des représentants). Il s’agit, en effet, de frapper les bergers (les leaders), dans le but de disperser le peuple (les militants). C’est conformément à cette logique que le président Gbagbo, Blé Goudé, Simone Ehivet, les leaders charismatiques du FPI sont, dans leur grande majorité, en prison.

A Yopougon, une des principales bases du président Laurent Gbagbo, a été réprimé le rassemblement des jeunes de la CNC parce que, contrairement à la marche des candidats à la présidentielle, cette manifestation devait constituer, à la face du monde entier, une expression pacifique du peuple, soucieux de défendre sa Loi fondamentale, un objectif commun à tous les Ivoiriens attachés aux valeurs universelles de la République. Dramane Ouattara, inéligible, selon notre Constitution, est, évidemment, outré par cette opposition ivoirienne qui dénonce son inéligibilité. Il a toléré la marche des candidats à la présidentielle parce que ces derniers « sont appelés » à confirmer, indirectement, la légitimité de « son élection » truquée d’avance.

Pour mieux cerner ce piège politique, transférons ces deux manifestations au jour de la proclamation des résultats où l’opposition ivoirienne contesterait la « victoire volée » de Dramane Ouattara capable de récidiver, après avoir pris à Bédié ses voix, au vu et au su de tous. Les 38.000 soldats de Dramane Ouattara chargés « de sécuriser » les élections présidentielles réprimeront violemment toute manifestation publique, comme à Ficgayo. « Les candidats malheureux » à cette présidentielle (Banny, KKB, et Mamadou Koulibaly), seront, selon le schéma du coup d’État de Diendéré au Burkina Faso, « mis en résidence surveillée » et nous verrons, certainement, arriver au grand galop les médiateurs de la CEDEAO, en compagnie de notre diplomate Essy Amara et des candidats dits « modérés », confirmer la victoire de Ouattara à la tête de notre pays. Si la situation s’envenime, il est possible qu’il soit demandé à Ouattara de se retirer comme Blaise Compaoré, afin que soit installé Essy Amara à la tête d’un gouvernement d’union nationale, d’où l’obstination de Essy à « rester au-dessus de la mêlée pour préserver sa virginité politique ».

Prêtons un peu plus attention au slogan de la marche du 28 septembre 2015 suggéré par Mamadou Koulibaly : « La CNC n’acceptera pas d’aller aux élections avec Youssouf Bakayoko à la CEI ». Ce slogan résume la ligne politique de Mamadou Koulibaly favorable à la modification de l’article 35 de la Constitution ivoirienne, une position que ne peut que partager Dramane Ouattara. Posons à nos candidats les questions suivantes : « Êtes-vous certains, chers candidats, que le départ de Youssouf Bakayoko soit l’unique solution susceptible de garantir des élections transparentes dans notre pays ? » À quelques jours des élections, Ouattara pourrait, éventuellement, accéder à cette requête pour apparaître aux yeux du monde, comme un homme politique favorable au dialogue.

Le temps qui vous sera imparti suffira-t-il à organiser des élections transparentes ? Sur France 24, Jean Karim Fall jette déjà les bases du complot français contre la démocratie ivoirienne, quand il « affirme » que Ouattara sera le grand vainqueur de ces élections puisque le FPI est divisé entre les deux dissidents ; Affi N’Guessan et Mamadou Koulibaly qui ne sont pas originaires de l’ouest.

Il prend soin de taire le nom de Sangaré Abdouramane parce que la violation de la Constitution ivoirienne par Ouattara reste un sujet tabou sur les chaînes internationales. Les partisans du président Gbagbo sont, selon lui, localisés essentiellement à l’Ouest du pays. Un refrain de Mindaoudou Aïchatou qui a choisi de faire de la crise politique née de la violation de notre Loi fondamentale une crise communautaire. Le journaliste de RFI est l’un des précurseurs de cette vision politique dont le but est de falsifier les véritables revendications de la Révolution sociale ivoirienne.

Qui dit crise communautaire dit guerre civile et on se retrouve dans le scénario de la Centrafrique où des agressions entre les communautés seront expressément planifiées avec la bénédiction de l’ONUCI, les pyromanes de l’Afrique, afin que soient confirmées leurs assertions. L’Union Européenne refuse d’envoyer des observateurs dans notre pays, durant ces élections, parce qu’elle ne veut pas officiellement cautionner la violation flagrante de la Constitution ivoirienne. Elle apporte, cependant, son soutien logistique et officieux à Dramane Ouattara, en fermant, volontairement, entre autres choses, les yeux sur toutes les exactions dont sont victimes les opposants ivoiriens, les partisans du président Gbagbo.

Ouattara a officieusement carte blanche. S’il échoue et est chassé du pouvoir, vaincu par les populations ivoiriennes, la fameuse communauté internationale dira qu’elle a demandé aux dirigeants africains de respecter la Constitution de leurs nations respectives. Ces dernières questions méritent d’être posées aux candidats à la présidentielle de 2015 regroupés au sein de la CNC : « Participerez-vous à la présidentielle du 25 octobre 2015, si Ouattara ne crée pas les conditions d’une organisation transparente des élections qui ne se limite pas au départ de Youssouf Bakayoko, puisque nous avons 38 mille soldats acquis à sa cause, chargés de « sécuriser » les élections (de l’installer à la tête de notre pays)? » « Que ferez-vous quand vous serez en résidence surveillée, saurez-vous à l’instar de Gbagbo être fidèles à votre idéal : la défense des intérêts de tous les Ivoiriens ? » Mettez fin aux intrigues politiques inutiles de peur de conduire le peuple dans l’impasse. Partageons un objectif commun : la défense de notre Patrie, de nos lois.

Il nous faut observer, avant tout, cette valeur universelle, fondamentale, de toute démocratie : « le droit de vote », et faire nôtre cette idée capitale, support de toute démocratie, évoquée par le président Obama à l’Assemblée Générale de l’ONU ; la lutte contre toute forme de pouvoir absolu. Ce pouvoir qu’incarne Dramane Ouattara en Côte d’Ivoire et Blaise Compaoré au Burkina Faso où Diendéré vient de prendre en otages des soldats… Que les Ivoiriens et leurs leaders fassent prévaloir les lois sur l’usage excessif des armes.

Isaac Pierre BANGORET (Écrivain)

Isaac Pierre BANGORET
Mardi 29 Septembre 2015
Vu (s) 1476 fois



1.Posté par Elijah le 29/09/2015 23:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Puisse Le Tout-Puissant aider le peuple Ivoirien, cette classe politique est gangrenée d'esprits maléfiques!

2.Posté par Jorhusse le 30/09/2015 11:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
cèpa toi ho ! tu vois le diable partout. mais personne ne réussira à brûler ce beau pays. nous les vrais ivoiriens qui sommes restés sur place pendant la guerre sans fuir notre pays comme vous, sommes convaincus d'une chose. la chienlit ne passera pas. vous ne pouvez pas rester hors du pays pour dicter des inepties mensongères. on n'est plus dans ça. allez jouer ailleurs. nous voulons la paix. nous sommes en paix. mais diantre regardez un peu ce qui se passe au moyen orient, en libye, au yemen, afganistan, Centrafrique etc. c'est ce que vous voulez en côte d'ivoire ? jamais. la paix est précieuse et nous préférons la préserver. .

3.Posté par Sily Camara le 30/09/2015 15:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Comme c'est une analyse, je efforcerai d'être indulgent avec son auteur. Il y a des insuffisances dues à son éloignement, par rapport au pays. Il aurait dû se poser ces petites questions: Si on admet son affirmation qui dit que cette marche est une organisation des candidats et pas du FPI, quand, comment et pourquoi le FPI qui est plus structuré, plus organisé a adhéré à cette marche qui n'est pas de son initiative. Il aurait dû se demander ce qui s'est passé, pour qu'en l'espace de 48 heures le pouvoir qui a empêché un meeting (plus facile à maitriser du point de vue sécuritaire) consente à autoriser une marche, plus "risquée" du fait de l'éparpillement des marcheurs. Il aurait dû se demander quelle était l'origine politique de la foule qui marchait. Comme j'y étais, des deux pieds, je peux, sur ce plan lui dire qu'il y avait au moins 99% de FPI et 01% de mécontents de la gouvernance Ouattara. Banny, Koulibaly, KKB et les autres ont eu l'avantage de savoir ça. C'est pour ça qu'ils respectent le FPI. C'est pour ça qu'ils ont éconduit Affi Nguessan qui voulait s'associer à cette manifestation de protestation. Pour ne pas effaroucher "le poids lourd" de la CNC. Aux deux premières questions, je laisse le soin à l'auteur d'en chercher la réponse juste. Sa contribution, pour une fois, comportait des insuffisances. A cause de son éloignement, il est excusé.

4.Posté par Osdansgorge le 30/09/2015 18:23 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Slt aux Combattants Sily Camara, Nda H, Souseck , aux Jolies Kokohoun Fatim, Doriane et autres!!! Dieu soit Béni!!!!

5.Posté par Sily Camara le 04/10/2015 12:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Salutations à toi, OSDANSGORGE. Le serpent est presque mort. Mais ne lâchons pas le bâton.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 07:28 Côte d'Ivoire : Ils nous ont dit...

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !