Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Côte d'Ivoire : L’armée tente de resserrer les clans

le Jeudi 4 Octobre 2012 à 00:27 | Lu 1860 fois



Côte d'Ivoire : L’armée tente de resserrer les clans
En Côte-d’Ivoire, l’armée tente de resserrer les clans

Par Maria Malagardis Envoyée spéciale à Abidjan

Liberation.fr

Reportage Ancien pro-Gbagbo passé dans le camp Ouattara, le commandant Coulibaly incarne les difficultés de la transition dans un pays pas complètement pacifié.

«Ben Laden» a de la chance : il a choisi le bon camp au bon moment. Cet ancien commandant rebelle vient d’être nommé préfet de San Pedro, dans le sud-ouest de la Côte-d’Ivoire. Une consécration officielle pour celui qui s’est fait connaître sous le nom du leader d’Al-Qaeda. «Uniquement à cause de la très longue barbe que je portais pendant les années de rébellion», explique, tout sourire, le commandant Ousmane Coulibaly, alias Ben Laden.

La guerre civile est officiellement terminée en Côte-d’Ivoire, mais elle continue à faire la une : mardi s’est ouvert le premier des grands procès liés à la crise postélectorale de 2010-2011, une guerre civile qui s’est achevée par la chute de Laurent Gbagbo et la prise du pouvoir d’Alassane Ouattara. Ce premier procès ne concerne que des militaires : cinq officiers se trouvent dans le box des accusés, parmi lesquels le général Brunot Dogbo Blé qui dirigeait la Garde républicaine de Gbagbo. Au total, une quarantaine de militaires devraient être jugés dans la foulée, tous accusés d’avoir commis des crimes de sang par fidélité à l’ancien président.

Ousmane Coulibaly, 52 ans, peut se féliciter d’avoir désobéi à temps : au tournant des années 2000, cet officier a brusquement quitté l’armée qu’il avait intégrée «dès l’époque de Félix Houphouët-Boigny [président de 1960 à 1993, ndlr]». «Mais l’armée a changé, certains officiers étaient stigmatisés en raison de leurs origines», raconte-t-il, en faisant allusion au poison de «l’ivoirité» qui devait marquer la vie politique locale pendant près de quinze ans, avec le rejet des ressortissants du nord du pays.

Nostalgiques. C’est après 2002 que «Ben Laden» devient le surnom de l’ex-officier : il se retrouve alors au sein d’une armée rebelle installée dans le nord d’un pays coupé en deux. Quand Gbagbo refuse de reconnaître sa défaite électorale fin 2010, le commandant fait partie des forces qui vont livrer la bataille finale et installer Ouattara au pouvoir. Ben Laden s’installe ensuite à Yopougon, le grand quartier populaire du district d’Abidjan considéré comme un fief pro-Gbagbo. «A notre arrivée, on sentait une certaine hostilité», se rappelle-t-il, soudain plus laconique.


Depuis la fin de la crise, de nombreuses ONG, mais aussi la Cour pénale internationale qui détient Gbagbo à La Haye, ont fait pression sur le nouveau régime pour qu’il ne se contente pas de juger les proches de l’ancien président, mais enquête également sur les exactions commises dans son propre camp. A commencer par ces fameux «com zon», les commandants de zone qui se sont partagés la ville d’Abidjan en territoires, comme «Ben Laden» à Yopougon.

Mais la justice peut-elle agir librement et sereinement alors que le pays connaît un regain de tensions ?

En août comme en septembre, une série d’attaques meurtrières ont visé des postes de gendarmerie, des commissariats, une caserne et un poste frontière. Les autorités ont attribué ces attaques à des nostalgiques du clan Gbagbo exilés dans deux pays voisins : le Liberia à l’ouest et le Ghana à l’est. Les «assaillants» se seraient emparés d’armes, mais aussi d’uniformes. Or, à chaque nouvelle vague d’attaques, les uniformes refont surface : les barrages se multiplient, parfois tenus par de jeunes soldats sans aucun matricule (donc non recensés), mais toujours armés. «Le moindre type en treillis peut se faire passer pour un membre des FRCI [Forces républicaines de Côte-d’Ivoire]», reconnaît le commandant Ben Laden.

Soubresauts. Les FRCI, ont été créées pour incorporer les deux armées, celle des rebelles et les forces loyalistes. Officiellement, la fusion est une réussite. «Moi-même je suis un ancien officier loyaliste, je n’ai aucun problème avec mes condisciples. Nous sommes tous des soldats de métier», souligne Ben Laden, qui considère que les attaques récentes ne sont que les derniers soubresauts de la crise : «Quand tu coupes la tête à un poulet, il continue de courir un certain temps avant de rendre l’âme», explique-t-il.

Sous couvert d’anonymat, certains officiers évoquent pourtant un manque de confiance entre «vainqueurs» et «vaincus» réunis au sein de l’armée. Les attaques récentes auraient amplifié cette méfiance. Or, selon certaines sources, le plan d’attaques était connu d’avance : une stratégie de déstabilisation, baptisée «l’opération araignée», aurait ainsi été découverte tout début août. Info ? Intox ? Personne ne sait et, sans confirmation officielle, elle reste une rumeur parmi d’autres dans un pays où la justice ne suffira pas à garantir la réconciliation.

Un premier procès depuis la crise

Cinq fidèles de Laurent Gbagbo sont jugés à Abidjan depuis mardi. Ils sont inculpés d’enlèvement, séquestration, assassinat et complicité dans le meurtre du colonel-major Adama Dosso en mars 2011.


Jeudi 4 Octobre 2012
Vu (s) 1860 fois



1.Posté par Djidjessou le 04/10/2012 15:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cette article est nul!

2.Posté par Djidjessou le 04/10/2012 15:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cet article est nul et sans intérêt.

3.Posté par le nationaliste le 04/10/2012 18:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pourquoi les sites patriotiques ne trient pas les articles avant de les publier ?

4.Posté par Beaufort69 le 04/10/2012 23:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On veut forcement faire passer un rebelle dans le camp de la Republique. Tous les autres n'etaient-ils pas dans l'armee avant de l'avoir desertee pour se retrouver au BF? Ridicule cette facon de vouloir dedouaner le sanguino genocidaire venu de Sindou pour mettre notre pays dans ce chaos.

5.Posté par Eric elabo le 05/10/2012 10:17 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Dosso adama est il la seule personne qui est mort durant cette crise post electorale?pourquoi ne parlons aussi de la mort de Boga doudou,dali oble,dagou loula,le colonel gnoleba yode,colonel late ,Desire tagro et enfin le superbe officier le colonel Babri hilaire tuer par le snapeur francais des operations licorn deployer par par la france sakoziste et du vampire alassane dramane ouattara
.tous ses personnes citees sont des vrais fis de ce pays .Arreter de nous de la mort de dosso adama comme hymne nationale.Dites a dramane de ne plus prononcer le mot reconcialiation parcequ'il n'existe pas en cote d 'ivoire.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !