Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Côte d'Ivoire : Koné Katinan a t-il vraiment braqué la Bceao ?

le Mardi 4 Septembre 2012 à 09:10 | Lu 1296 fois

Dans sa tentative d’obtenir coûte que l’extradition du ministre Justin Katinan Koné, dont la justice ghanéenne décidera du sort ce mercredi, le régime Ouattara joue à nouveau la carte de l’instrumentalisation de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa). Sur la base d’un tas de mensonges cousu de fil blanc.



Côte d'Ivoire : Koné Katinan a t-il vraiment braqué la Bceao ?
Le subterfuge que le régime Ouattara a trouvé pour tromper la justice ghanéenne et la convaincre de décider de l’extradition du ministre Katinan consiste à faire intervenir l’Union économique et monétaire ouest-africain (UEMOA) dans le procès ouvert le vendredi 31 août 2012 à la division «Droits de l’Homme» de la High court d’Accra, au motif que le porte-parole du président Gbagbo a braqué la direction et les agences nationales de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) en Côte d’Ivoire pendant la crise post-électorale.

L’Uemoa, on se rappelle, avait pris fait et cause pour le candidat Alassane Ouattara dont elle avait reconnu en décembre 2010 l’élection à la magistrature suprême de la Côte d’Ivoire, à la suite des pays occidentaux. Et alors que ce n’est pas sa vocation de s’impliquer dans les affaires internes des Etats membres, l’organisation sous-régionale avait décidé de mesures de rétorsion contre le président Gbagbo. Elle ne reconnaissait désormais que la signature de Ouattara, et en application de cette décision, le conseil des ministres des Finances de l'Union avait demandé jeudi 23 décembre à la BCEAO d'autoriser uniquement les représentants d'Alassane Ouattara à gérer les comptes du pays.

Face à cette mesure qui visait à étouffer son régime contre lequel la communauté internationale conduite par la France de Nicolas Sarkozy et les Etats-Unis de Barack Obama, le président Gbagbo avait dû prendre le décret n°2011 – 29 du 25 janvier 2011 «portant réquisition de la direction nationale ainsi que les agences nationales de la BCEAO et du personnel national». C’est en application de ce décret, en sa qualité de ministre délégué au Budget et en toute légalité, que M. Justin Katinan Koné s’est rendu le 26 janvier 2012 à la Bceao où il a ordonné, en présence d’autorités policières, d’huissiers de justice et de membres du personnel de la banque centrale «l`inventaire des encaisses, biens meubles, titres et effets de la Direction Nationale ainsi que des agences nationales de la banque centrale ». Le rapport de la police nationale atteste que la prise de contrôle de la BCEAO locale s’est déroulée en toute transparence.

L'état des caisses de la Bceao au moment de la réquisition

Le document dont nous avons obtenu copie souligne que c’est «en la présence constante» d’un conseiller de monsieur Denis N`Gbe, Directeur national, et de ses collaborateurs intervenant directement dans la gestion des caveaux, qu’il a été procédé à l’inventaire des encaisses, sous la supervision des huissiers de justice au nombre de quatre, assistés d`officiers et d`agents de police judiciaire.

«Il a été constaté ce qui suit:

- Total des billets (valeur): 68.809.364.000 (soixante huit milliards huit cent neuf millions trois cent soixante quatre millions francs CFA).

- Total des monaies (valeur): 89.384.587 (quatre vingt neuf millions trois cent quatre
vingt quatre mille cinq cent quatre vingt sept francs CFA)

- Total des billets et des monnaies (valeur): 68.898.748.587 FCFA (soixante huit milliards huit cent quatre vingt dix huit millions sept cent quarante huit mille cinq cent quatre vingt sept francs CFA)

Ces chiffres représentent la situation de la caisse au 26 Janvier 2011. Nous avons aussi le solde des billets et monnaies neufs non émis, c’est-à-dire pas encore en circulation:

- Total des billets non émis (valeur) : 60.100.000.000 (soixante milliards cent millions).

- Total des monnaies non émises (valeur): 619.340.000F (six cent dix neuf millions trois cent quarante mille francs CFA)

- Total des billets et des monnaies non émis: 60.719.340.000F (soixante milliards
sept cent dix neuf millions trois cent quarante mille francs CFA).

- Total des devises étrangères: 892.540 Euros en différentes coupures 10.000 livre sterling (Grande Bretagne).

Il faut préciser qu`en plus de ces différentes sommes, il y a les billets dits «fatigués» qui sont en instance de retrait et de destruction. Le montant de ces billets et monnaies est évalué à près de cinq cent milliards (500 milliards de francs CFA). Il importe de noter aussi qu`il y a des caisses d`argent en transit (billets externes) à destination des sept autres pays de l`Union (Sénégal, Burkina, Mali, Togo, Bénin, Niger et Guinée Bissau)», renseigne le rapport de la police nationale. Voilà qui est clair.

Il ne s’agit donc pas d’un casse comme ce fut le cas pour les agences de la BCEAO de Bouaké, Man, Korhogo, cambriolées par les ex-forces nouvelles de Soro Guillaume, contre lesquelles l’Uemoa n’a jamais osé porter plainte. Ce qui met au grand jour son parti pris dans la crise ivoirienne et au-delà, dans le débat politique en Côte d’Ivoire.

Comment fonctionne la Bceao ?

Contrairement à ce que raconte ses détracteurs, notamment le ministre procureur Hamed Bakayoko, porte-voix du régime, le ministre Katinan n’a pas établi se bureaux à la direction nationale de la Bceao et n’intervenait pas dans le fonctionnement de l’institution placée désormais sous l’autorité du ministère de l’Economie et des Finances.

Selon des experts contactés, ni le ministre de l’Economie, ni le ministre du Budget ne signe sur des comptes à la BCEAO. Cette prérogative est du ressort de l’Agent comptable central du Trésor (ACCT) qui tient l’un des comptes les plus importants de l’Etat de Côte d’Ivoire à la banque centrale, où sont destinés chaque jour les recettes collectées par les principales régies financières de l’Etat que sont la Direction Générale des Impôts (DGI), la Direction Générale des Douanes (DGD) et accessoirement par la Direction Générale de la Comptabilité Publique et du Trésor (DGCPT) communément appelé Trésor Public.

«C’est à partir de ce compte que tous les autres comptes du Trésor sont alimentés. Les signataires de ces sous comptes sont tous des comptables publics. Sur la base des fonds mis à leur disposition par l’ACCT, ils effectuent le paiement des dépenses publiques arrivées à maturité après avoir suivi toutes les étapes prévues par la procédure des dépenses publiques», expliquait le ministre Katinan, en réaction aux accusations formulées contre lui. «Par exemple à la fin du mois, continuet- il, en fonction de la position nette de son compte à la BCEAO, l’ACCT vire sur le compte du Payeur Général, la somme correspondant à la masse salariale arrêtée chaque mois par la Direction de la solde de la Direction Générale du budget. C’est le Payeur général du Trésor (PGT) qui vire à partir de son compte crédité en amont par l’ACCT, sur les comptes des fonctionnaires ouverts dans les livres des banques privées les salaires de ceux-ci».

Le proche collaborateur du président Gbagbo est formel : «Le Ministre Désiré Dallo, s’appuyant sur l’expertise avérée des grands cerveaux qui compose le ministère de l’Economie et des Finances, a géré les Finances de l’Etat dans le respect de l’orthodoxie budgétaire. Malgré la crise, le Gouvernement du Premier Ministre Aké N’Gbo a fait fonctionner l’Etat sur fonds propres. Ainsi, les salaires des fonctionnaires des mois de décembre, janvier, février et mars avaient été versés sans aucun concours direct de la BCEAO.

Le Gouvernement avait déjà programmé la prise en compte des augmentations des salaires que le président Gbagbo avait accordées à certaines catégories de fonctionnaires de l’Etat dont les diplomates, les secrétaires, les informaticiens, les sages femmes etc. (…). Le Gouvernement du Premier ministre Aké N’Gbo a donc fonctionner l’Etat sur les recettes de l’Etat. Si c’est ce que les mauvais esprits veulent faire passer pour du vol, il faudra bien admettre qu’il y a beaucoup de receleurs encore en liberté en Côte d’Ivoire. Mais ils savent personnellement que leurs propos manquent de crédit».

Ce que les ivoiriens attendent de Ouattara et de l'Uemoa

Parler de casse de la Bceao concernant Katinan, comme le fait le régime Ouattara, c’est donc faire preuve d’une ignorance inqualifiable. Et pourtant, Alassane Ouattara a luimême dirigé la BCEAO et devrait donc avoir expliqué son fonctionnement à ses collaborateurs en première ligne dans la traque contre le porte-parole de Laurent Gbagbo dont ils veulent la tête sur un plateau d’or. Plutôt que de persister dans les accusations tendant à faire croire que les caisses de la BCEAO étaient vides parce que des personnes auraient fui avec des sacs d’argent, le régime Ouattara et l’Uemoa devraient avoir l’honnêteté de dire combien était dans les caisses de l’institution bancaire à leur prise du pouvoir. Aussi l’Union doit-elle s’imposer de divulguer les résultats de l’audit commandité dans les jours qui ont suivi, de sorte à éclairer suffisamment l’opinion.

«En Février 2011, les banques commerciales ont été sommées de ne plus collaborer avec la BCEAO, elles ne faisaient plus de dépôts. Les entreprises elles-mêmes, par crainte d’être asséchées, faisaient de la thésaurisation au-delà du normal. A partir de cet instant, la banque centrale enregistrait plus de sortie d’argent que d’entrée dans la mesure où ceux qui détenaient des positions nettes positives dans les comptes de la BCEAO comme l’Etat, et qui continuait d’y verser ses recettes, étaient en droit de retirer leurs avoirs quand ils veulent, suivant leurs besoins.

C’est la Loi bancaire. Le déposant reste maître de ses dépôts. Dans ces conditions, comme un étang d’eau qui ne reçoit plus d’eau en amont s’assèche, la banque centrale s’asséchait. Il a fallu tout le génie des fonctionnaires du Trésor et des braves agents de la BCEAO pour gérer cette situation de rareté», renseigne l’ancien ministre du Budget. Dans ce dossier, l’UEMOA dont la crédibilité est déjà entamée devrait éviter de tremper dans le mensonge dans lequel le régime Ouattara tente une fois de plus de l’entrainer. A bon entendeur…

Emmanuel Akani
Nouveau Courrier

Mardi 4 Septembre 2012
Vu (s) 1296 fois



1.Posté par Hermann N'da le 04/09/2012 12:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les casses des agences BCEAO à KHOROGO, MAN, BOUAKE qui ont illicitement enrichi de lugubres individus comme SORO et consorts, sont peut-être normales. Ainsi va la justice de la république bananière de DIOULABOUGOU.

2.Posté par alasco le 04/09/2012 17:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
si katina a braké la bcao comment peu ton apellé soro et ses otes alor les grands bandi de la c i seu meme depuis des année on pillé les banque ivoirienne ce la est une voir normal parce que ce la ta vervir d'achetté des armes pour tué les ivoirien tu trouve normal et tu acuse les inocent que dieu té punis le jour ou ta puttainne de mère ta mise au monde amene maudit là

3.Posté par @Nichiren le 04/09/2012 17:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Toute cette agitation ressemble à de l'enfantillage :

1 - pourquoi c'est seulement maintenant que l'on essaie de mettre l'uemoa à contribution pour prouver que le ministre s'est enfui avec des caisses d'argent ?

2 - ceux qui accusent le ministre, comment pensent-ils que les fonctionnaires ont été régulièrement payés jusqu'à fin mars si le ministre a fui avec des caisses ? A cet égard, quelqu'un a promis régularisé le salaire de cette période-là. Cette régularisation a-t-elle eu lieu ? Si oui, on pourrait penser que manifestement, le ministre a pu fuir avec des caisses ; si non alors, qu'on arrête de nous saouler avec cette affaire !

3- Si l'uemoa rentre dans cette autre combine, elle devra nous expliquer comment le ministre a pu atteindre un pays voisin avec autant de milliards pendant que les FRC3V étaient en pleine prise de quartier, se comportant comme en territoire conquis ! Où étaient nos sécurocrates qui crient aujourd'hui au voleur ?

4.Posté par traoré le 04/09/2012 21:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'UEMOA, LA CEDEAO ET CONSORT OU ÉTAIENT ILS QUAND SORO,WATTAO, ET MÊME LES SOLDATS DE LA LICORNE DÉVALISAIENT.. LES BECEAO COMME LE DISAIT SIMONNNNNE OOOOOOOOOOOOOOH HOOOONTE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

5.Posté par cool le 05/09/2012 00:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
tous des voleurs quittons ds leur affaire de bceao uemoa cedeao ayons notre propre monnaie pour être en paix un jour

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !