Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Côte d'Ivoire: Konan Banny «déçu» par Ouattara et pour libérer Gbagbo

L'Afrique en mouvement - Afrik53.com : Infos 7J/7 le Jeudi 30 Juillet 2015 à 08:04 | Lu 1429 fois

Notre invité est Charles Konan Banny, ancien Premier ministre, président (depuis mercredi dernier) de la CNC, la Coalition nationale pour le changement, une coalition née au mois de mai pour barrer la route au président Ouattara. Un scrutin présidentiel se tient en Côte d'Ivoire dans trois mois. Cette coalition regroupe notamment des frondeurs du FPI et des contestataires du PDCI. Charles Konan Banny s'est déclaré candidat mais il n'est pas le seul au sein de sa coalition. Pourquoi ne soutient-il plus Alassane Ouattara comme il l'avait fait en 2010 ? Une candidature unique de l'opposition est-elle envisageable ? Sur ses chances de réussite, mais aussi sur Laurent Gbagbo, il s'exprime, au micro de Marie-Pierre Olphand.



RFI : vous êtes candidat à la prochaine présidentielle contre Alassane Ouattara, après l’avoir soutenu en 2010. Est-ce que ça veut dire que vous regrettez votre choix de l’époque ?

Charles Konan Banny : Non, pas du tout. Je ne regrette pas mon choix de l’époque, mais on dit qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas. Comme je n’en suis pas un… Bref, j’ai fait le bilan de notre cheminement et puis je me suis rendu compte qu’il y a des valeurs sur lesquelles nous n’étions plus d’accord. Et comme c’est important pour moi, j’ai préféré prendre du recul.

Cela veut dire que vous avez été déçu ?

On peut dire ça comme cela. Je suis amoureux de la liberté, je suis amoureux de la démocratie, je n’aime pas l’autocratie, je n’aime pas tout ce qui divise. Je suis un amoureux de remettre les Ivoiriens ensemble. Et je comptais avec le président partager réellement ces valeurs-là. Je me suis rendu compte que non. J’ai été chaque fois houspillé, on m’a mis les bâtons dans les roues. Je n’ai pas senti le président véritablement engagé dans cette mission d’intérêt national.

Mais ce n’est pas un peu ingrat, de lui tourner le dos aujourd’hui ?

Qui est ingrat ? Je ne tourne pas le dos. Monsieur Ouattara est un citoyen. Je le respecte, il est président. Mais la Côte d’Ivoire n’est pas une propriété privée. Et pourquoi ce ne serait pas lui qui m’aurait tourné le dos ? En politique, il n’y a pas d’ingratitude. Il y a des choix sur lesquels je ne suis plus d’accord avec lui et j’ai décidé de prendre ma liberté. C’est quoi cette histoire d’ingratitude ?

Vous proposez quelle alternative au programme mis en œuvre ces dernières années ?

Démocratique. Je suis pour une société de confiance. Je veux que les Ivoiriens soldent les comptes du passé, que chacun reconnaisse ses responsabilités et qu’ensemble nous reprenions un nouveau chemin et puis qu’ensemble nous fassions reculer un peu la pauvreté quand même.

Vous êtes un des leaders historiques du PDCI qui appelle aujourd’hui à soutenir Alassane Ouattara dès le premier tour. Est-ce que le combat ne s’annonce pas difficile pour vous sans le soutien du PDCI ?

Je vais vous dire une chose : le congrès du PDCI avait décidé que le PDCI aurait son candidat. Cette décision a été prise au congrès de 2013. Et je suis dans ce schéma-là. Le président du parti en a décidé autrement. Il a fait un congrès extraordinaire pour valider sa décision, c’est très bien. Moi, j’étais sur la décision du congrès ordinaire, je suis PDCI et je suis candidat. Maintenant, est-ce qu’on peut arriver sans l’appareil du PDCI ? Je n’en sais rien. En tout cas, j’y vais.

Vous venez d’être désigné il y a quelques jours à la tête de la CNC, la Coalition nationale pour le Changement. Vous êtes déjà quatre candidats au sein de cette plateforme. Autant d’ambition pour un même fauteuil, est-ce que ce n’est pas trop ?

Mais qui vous a dit que nous sommes au bout de nos efforts ? Vous allez vite en besogne.

Une candidature unique n’est pas exclue ?

Rien n’est exclu.

Est-ce que vous seriez prêt, si on vous le demandait, à vous retirer en faveur d’un seul candidat unique ?

Non. Reformulez la question autrement. Pourquoi vous ne dites pas : « Est-ce que vous seriez prêt à accepter d’être le porteur des espoirs de la CNC » ? Je vous répondrais : oui. Je vais vous dire aussi que si effectivement la CNC décide autrement, je ne vois aucun inconvénient à suivre la décision de la CNC.

Certains au sein de la Coalition envisagent le boycott en affirmant que les conditions ne sont pas réunies aujourd’hui pour aller aux élections. Est-ce que vous, vous irez à tout prix ?

Où est-ce que vous avez appris ça ? Personne n’a parlé de boycott au sein de la CNC. Personne. Nous travaillons pour que le président de la République daigne recevoir les membres de la CNC, l’opposition, pour que nous puissions examiner les préoccupations que nous avons proposées dans la charte et qui devraient assurer une élection paisible, transparente. Et personne n’a dit que les élections devaient être boycottées par qui que ce soit. On n’est pas au bout des discussions. Donc il ne faut pas conclure.

Au sein de la CNC, la coalition que vous présidez désormais, il y a d’anciens ténors du PDCI, des frondeurs du FPI qui réclament toujours la libération de l’ancien président Laurent Gbagbo. Est-ce que vous êtes sur cette même ligne ?

Il y a la moitié des Ivoiriens qui souhaitent que Laurent Gbagbo soit libéré. C’est une évidence !

En 2011, vous aviez demandé aux Ivoiriens de faire confiance à la justice internationale au moment du transfèrement de Laurent Gbagbo à La Haye.

Mais bien sûr. Est-ce que faire confiance à la justice internationale interdit que l’on souhaite que Laurent Gbagbo soit libéré ?

Qu’est-ce que vous demandez à ceux qui disent que vous avez changé d’avis aujourd’hui pour draguer les voix du FPI ?

Ça, ce sont des propos comme ça, de votre bouche.

Il n’y avait aucune visée électoraliste de votre part quand vous êtes allé rendre visite à Laurent Gbagbo ?

Je vais vous dire une chose, je ne suis pas un politicien ! Je suis un homme politique, j’ai exercé des responsabilités importantes et je ne joue pas avec les questions d’intérêt national. Je ne drague personne – pour emprunter vos mots. Je ne suis pas dans ce schéma-là.

Afrik53.com : Infos 7J/7
Jeudi 30 Juillet 2015
Vu (s) 1429 fois



1.Posté par JEFFERSON le 30/07/2015 15:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
N'ECOUTEZ PAS CE QUE CE SITE VOUS BALANCE COMME INFOS SUR ALLASSANE DRAMANE OUATARA.EN REALITE CE DRAMANE OUATARA NE VIT PLUS ET CELA DEPUIS PRES DE 4ANS MAINTENANT.C'EST SON ENTOURAGE QUI DIRIGE LA COTE D'IVOIRE AVEC LES AMBASSADEURS DE FRANCE ET LES USA.DONC CHERS IVOIRIENS ,NOUS INVITONS A VOUS DEBARASSER DE CE REGIME DICTATORIAL CREE PAR NICOLAS SARKOSY ET LES USA.EN SON TEMPS ,LE GOUVERNEMENT DE LAURENT GBAGBO DISAIT QUE CE SONT LES FRANçAIS QUI TUENT EN COTE D'IVOIRE MAIS NICOLAS SARKOSY A VITE REPLIQUE POUR DIRE QUE C'EST ALLASSANE DRAMANE OUATARA QUI TUAITT LE PEUPLE IVOIRIEN.LA PREUVE A DUEKOUE A L'OUEST DE LA COTE D'IVOIRE AU DEBUT DE LA GUERRE IL YA PLUS DE 800 morts en une journee et les coupables sont des militaires françaiS qui avaient peint leur visages en noir MAIS QUAND ILS ONT ETE CUNDUIT A ABIDJAN AU SIEGE DE L'ONUCI .LE REPRESENTANT DE CET ORGANISME NE RECONNAISSAIT PAS CES MILITAIRES français deguises en vetements de l'ONU MAIS ONT ETE RECONNU PAR LE CHEF DE LA LICORNE EN COTE D'IVOIRE.MAIS QU'EST QUE FAISAIENT CES MILITAIRES DE FRANCE A DUEKOUE?

2.Posté par FIDELE le 30/07/2015 21:57 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vous la avec votre affaire de Allassane est decede la vous avez quel probleme au juste. C''''est une façon a vous de fuire le combat oubien. C''''est son sosie qui est la maintnt alors. Je vous en prie arretez de nouss distraire une bonne fois pr toute...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !