Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Côte d’Ivoire : Interdiction de manifester à la place CP1, Anti et pro-Gbagbo défient les autorités

le Samedi 16 Février 2013 à 07:45 | Lu 1461 fois



Côte d’Ivoire : Interdiction de manifester à la place CP1, Anti et pro-Gbagbo défient les autorités
@Koaci.com - KOACI.COM apprend cet après-midi que le maire de la commune aurait pris un arrêté interdisant les manifestations prévues à la Place CP1 de Yopougon pour éviter un affrontement entre anti et pro-Gbagbo, à compter du samedi, jusqu’à la fin de l’audience de confirmation ou non des charges de de l’ancien président ivoirien.

Pro et anti-Gbagbo se disputaient l’espace. Malgré cet arrêté du maire de Youpougon, les deux parties maintiennent leurs cérémonies.

« Ne cedez pas aux rumeurs, le meeting aura bel et bien lieu ce samedi comme prévu à la place CP1, » a déclaré le secrétaire national par intérim de la jeunesse du Front populaire ivoirien (JFPI), Justin Koua joint par téléphone.

De leur côté les victimes tiennent pratiquement le même langage.

« Nous n’avons reçu de courrier formel. Notre manifestation a lieu. Nous nous convergeons en ce moment vers la place CP1 pour la veillée d’hommage aux victimes de la crise post-électorale,» a également déclaré le président des parents de victimes Sibiri Yéo joint par téléphone par KOACI.COM à l'instant.

Ce dernier estime par ailleurs qu’en maintenant leur cérémonie, les victimes auront certainement des réponses à certaines de leurs préoccupations d’autant plus que la JFPI sera également sur les lieux.
« Nous pensons que c’est l’occasion pour nous d’avoir des réponses sur les questions que les parents des victimes se posent, notamment l’endroits où leurs parents ont été enterrés suite aux atrocités des jeunes patriotes, » a-t-il conclu.

La confirmation des charges contre Gbagbo est une étape importante vers une justice pour les victimes, selon des humanitaires

La Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) et ses organisations membres en Côte d’Ivoire, la Ligue ivoirienne des droits de l’Homme (LIDHO) et le Mouvement ivoirien des droits Humains (MIDH) estiment que l’audience de confirmation des charges contre Gbagbo est un grand pas vers la justice pour les victimes.

«L'audience de confirmation des charges dans l'affaire Gbagbo est un moment clé dans la procédure engagée contre l'ancien Président ivoirien. Elle est aussi une occasion opportune pour rappeler les demandes de justice de toutes les victimes ivoiriennes et le besoin de poursuivre les plus hauts responsables quel que soit leur camp», soutient Souhayr Belhassen, Présidente de la FIDH.

Dans une déclaration adressée à la presse, M. Belhassen appelle une nouvelle fois à une «justice équilibrée et impartiale».

L’ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo fera face, à partir de mardi 19 février, aux juges de la Cour pénale internationale (CPI) qui décideront ou non de la confirmation des charges portées contre lui, et de le renvoyer devant une chambre de première instance pour être jugé pour crimes contre l'humanité le cas échéant.

Laurent Gbagbo comparait devant la Cour pénale internationale pour répondre des crimes qu'il aurait commis dans le cadre des violences post-électorales de 2010-2011.

D'après l'accusation du Procureur, il aurait engagé sa responsabilité pénale individuelle, en tant que coauteur indirect, pour quatre chefs de crimes contre l’humanité: meurtres, viols et autres violences sexuelles, actes de persécution et autres actes inhumains.

Laurent Gbagbo a été transféré à La Haye le 30 novembre 2011 à la suite du mandat d'arrêt émis contre lui par la CPI, et dont les scellés ont été levés par la Chambre préliminaire III le 30 novembre 2011.

Son épouse, Simone Gbagbo, est aussi poursuivie par la CPI. La Chambre préliminaire I a levé les scellés du mandat d'arrêt émis contre elle le 22 novembre 2012. Elle est accusée d'avoir commis, en tant que coauteur indirect, des meurtres, des viols et violences sexuelles, des actes de persécution ainsi que d’autres actes inhumains.

Alors que l'exécution du mandat d'arrêt a été immédiate dans le cas de Laurent Gbagbo, la FIDH et ses organisations membres constatent l'absence de coopération de la Côte d'Ivoire avec la Cour concernant le cas de Simone Gbagbo.

Pour l'heure, aucun mandat d'arrêt n'a été rendu public à l'encontre de personnes appartenant au camp d'Alassane Ouattara bien que des partisans de l'actuel Président sont également suspectés d'avoir commis des crimes internationaux lors du conflit qui les a opposés aux partisans de Laurent Gbagbo.

«Plus de deux ans après le début de la crise post-électorale, les juridictions nationale et internationale se doivent de garantir une justice équilibrée et impartiale», a déclaré Me Patrick Baudouin, président d'honneur et coordinateur du groupe d'action judiciaire de la FIDH.

Selon lui, ce véritable effort de justice est d'autant plus nécessaire dans le cadre de la lutte contre l'impunité en Côte d'Ivoire.

«Si tous les auteurs des crimes ne sont pas poursuivis et que l'impunité reste présente en Côte d'Ivoire, le risque est grand de voir se dissiper l'effet préventif que doit apporter la justice, et ce au détriment des victimes présentes et futures», s'est inquiété Me Drissa Traoré, président du MIDH.

Wassimagnon avec Ndiack FAYE à Dakar

Samedi 16 Février 2013
Vu (s) 1461 fois



1.Posté par TCHEDJOUGOU OUATTARA le 16/02/2013 12:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ceux qui prétendent être des victimes, l'ont été quand &à quelle occasion ? " La crise post-électorale" répondront-ils.

Donc ils seraient victimes une seule fois...

Et que fait-on de ceux qui sont doublement victimes, par la rébellion de Alassane OUATTARA dans la nuit du 19 septembre 2002 ? Et de la crise post-électorale orchestrée par Dramane au détriment d'un recomptage de voix ?

Combien de morts le recomptage des voix a-t-il occasionné en HAITI, à Mordavie, aux USA ?

Il y a un Dieu en tout....

Anyway, tchoco tchoco, les comptes seront faits. Qu'il pleuve ou qu'il neige.

Après les amusements des YEO et consorts, les vraies victimes seront entendues. Qu'il pleuve ou qu'il neige...

Toute comedie a forcément une fin....

Pour l'heure, ce sont les étrangers qui ont l'occasion de se porter victimes.

Le jour où les ivoiriens compteront leurs victimes, ce sera un séisme ravageur.....

2.Posté par TCHEDJOUGOU OUATTARA le 16/02/2013 12:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ceux qui prétendent être des victimes, l'ont été quand &à quelle occasion ? " La crise post-électorale" répondront-ils.

Donc ils seraient victimes une seule fois...

Et que fait-on de ceux qui sont doublement victimes, par la rébellion de Alassane OUATTARA dans la nuit du 19 septembre 2002 ? Et de la crise post-électorale orchestrée par Dramane au détriment d'un recomptage de voix ?

Combien de morts le recomptage des voix a-t-il occasionné en HAITI, à Mordavie, aux USA ?

Il y a un Dieu en tout....

Anyway, tchoco tchoco, les comptes seront faits. Qu'il pleuve ou qu'il neige.

Après les amusements des YEO et consorts, les vraies victimes seront entendues. Qu'il pleuve ou qu'il neige...

Toute comedie a forcément une fin....

Pour l'heure, ce sont les étrangers qui ont l'occasion de se porter victimes.

Le jour où les ivoiriens compteront leurs victimes, ce sera un séisme ravageur.....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !