Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Côte d'Ivoire - Flagrant délit : Un homme tranche le sexe de son protégé pour l'avoir surpris en plein ébats sexuels avec sa femme

le Mercredi 6 Mars 2013 à 07:31 | Lu 2157 fois



Côte d'Ivoire - Flagrant délit : Un homme tranche le sexe de son protégé pour l'avoir surpris en plein ébats sexuels avec sa femme
Personne d'autre, à part lui Somda Albert, ressortissant burkinabé, n'a le droit de poser ses mains sur sa dulcinée Sawadogo Sita. Encore moins, oser « défricher dans son jardin secret »



Pour n'avoir pas voulu retenir cela, son compatriote Kiemdebeogo Sanou l'a payé très cher. Les faits se sont produits le jeudi 28 février 2013, dans le campement de Kouassikro situé à quelques encablures du fleuve Cavally, à la frontière Ivoiro-libérienne.

Récit d’une histoire de sexe qui va décourager ceux qu'on appelle de façon prosaïque, ‘‘chercheurs des femmes des autres’’. En effet, indiquent les renseignements, à l'occasion des fêtes de fin d'année en 2012, Somda Albert, solide paysan, se rend dans son pays natal, chercher sa chérie Sawadogo Sita qu’il avait confiée à ses parents, alors que cette dernière n'avait que 14 ans. Alors, 10 ans après, la belle Sita a pris des rondeurs au grand bonheur du patient Somda Albert. C'est tout fier donc, qu'il ramène sa femme en Côte d'Ivoire. Sur place dans le campement, le paysan ne fait aucune économie de ses efforts, pour mettre sa seconde moitié dans de meilleures conditions de vie. Et cette dernière lui rend son amour.

Mais toute cette belle histoire va chavirer, quand au cours du mois de février écoulé, Kiemdebeogo Sanou, à la recherche d'une terre pour faire une plantation, débarque dans le campement. En attendant qu'il se prenne plus tard en charge, Somda Albert ne voit aucun inconvénient à recueillir son compatriote. Mais très vite, ce dernier tombe sous le charme de la jeune femme de son tuteur. Et fin « dragueur », il réussit à convaincre Sita d'entretenir des relations sexuelles avec lui. Et chaque fois que Somda s'absente de la maison, les deux amants en profitent pour s'adonner à des ébats sexuels torrides. Et comble de foutaises, c'est le lit conjugal du maître de la maison qui sert aux « défoulements » de leurs reins.

En définitive, tout cela fini par être su du cocu. Mais feignant de ne rien savoir, Somda Albert garde tout son sang froid et attend de prendre les deux amants sur les faits. Ayant arrêté sa stratégie, le matin du jeudi 28 février 2013, il informe sa femme et son protégé de ce qu'il va s'absenter pour raison de voyage à Guiglo et qu'il ne sera de retour que le lendemain. Sur ce, il prend son baluchon, enfourche son vélo et le voilà parti. A la vérité, il ne va pas loin. Il se planque chez son ami Kassoum, habitant le campement voisin. A 14h, alors que le campement où il vit s'est vidé de son monde parti au champ, il revient chez lui. Doucement, il approche de la fenêtre de son logis et entend les gémissements de plaisir de sa femme, sous les coups de reins de son protégé.

Pris de colère, il défonce la porte de sa maison et déboule dans la chambre où il surprend les deux amants. Bien que littéralement nue, Sita, profitant de la confusion, réussit à s'éjecter de la chambre. De sa machette, le paysan sectionne net le sexe en érection de Kiemdebeogo Sanou. Ce dernier, en sang, prend la fuite et va se jeter dans le Cavally qui l'emporte. Somda Albert lui se lance aussitôt aux trousses de son immorale femme qu'il finit par rattraper. Et sans doute craignant de faire la prison, on le voit passer la frontière et gagner le Libéria voisin avec Sita. Que va-t-il advenir de cette dernière ? On ne le sait pas pour l'heure.

Source : l'inter

Mercredi 6 Mars 2013
Vu (s) 2157 fois



1.Posté par Fatim le 06/03/2013 12:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bouki n a pas peur de tuer..... Ca c est de la sauvagerie....dire que nous vivons avec ces especes en CIV pfffffffff. Seigneur, fasse qu ils disparaissent de chez nous y compris le soit disant chef d etat.

2.Posté par Hermann N'da le 06/03/2013 14:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Voilà ce à que les compatriotes de Dramane OUATTARA, le Burkinabé imposé aux Ivoiriens par la communauté dite internationale, se livrent dans notre pays.

Des barbares et des sauvages sanguinaires dignes de l'époque de la pierre taillée !

INCROYABLES !!!!

Coucou FATIM

3.Posté par charlie bronx le 06/03/2013 14:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je trouve que les gens devraient faire des efforts pour être un minimum correct. Comment peux tu te permettre de coucher avec la femme de ton tuteur ? De celui qui te loge? Qui plus est, sur le lit conjugal.

Je me demande comment il va faire pour baiser maintenant, l'impertinent.

Dans la vie, il faut faire l'effort, ne serait-ce que celui là, de ne pas provoquer les autres. Parce que la provocation a des conséquences.

Perso, je salue le sang froid du cocu. Et j'admets que son traitement du problème y a mis un terme durable. c'est pas mal.

Demain, tu vas provoquer quelqu'un encore. MDR

4.Posté par DAVID le 06/03/2013 17:39 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Epargné nous ce genre de recit le peuple ivoirien à trop de chats à fouéter. S' ils s'entretuent c'est leur problème.

5.Posté par Fatim le 06/03/2013 20:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Moi je leur demande d aller trancher leur " bangala, zizi ou kekette" loin de notre pays ces sauvages la.....

6.Posté par Hermann N'da le 06/03/2013 21:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'INGRATITUDE ET LA VIOLENCE SAUVAGE

Au delà de l'aspect sentimental que suscite cette histoire vraie, deux tares retiennent mon attention dans le comportement de ces sauvages.

1/ L'INGRATITUDE
Voilà un individu qui est gentiment accueilli dans une maison, à qui on a offert gites et couverts en attendant qu'il puisse voler de ses propres ailes.
Je n'en dirai pas davantage.

N'est-ce pas ce que les Ivoiriens avec leur HOSPITALITÉ LÉGENDAIRE paient en ce moment avec les mêmes MOSSI qu'ils ont accueillis sur leurs terres?

2/ LA VIOLENCE SAUVAGE

La passion exacerbée par la jalousie ne saurait occulter la violence sauvage et primaire chez ces gens dont le comportement rappelle étrangement le moyen-âge.
Comment un être humain doté de toutes ses facultés peut-il avoir un tel agissement en allant jusqu'à trancher le sexe de son semblable?

Nous comprenons à présent pourquoi et comment ces gens-là continuent tranquillement de boire le sang de leurs victimes sans état d'âme.

7.Posté par Coulibaly daha le 07/03/2013 08:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous respectons beaucoup ce site, donc affaire de Burkina tranche le sexe de son chère Burkinabé, n'est pas une information pour nous. De toutes les façons, à beau faire du bien à un Brouchi, il finit toujours par te laisser une trace négative avant. on vit cela régulièrement dans nos hameaux et villages.
Le comble, c'est leure naturalisation en cascade qui s’effectue dans la zone de bouaflé qui est effrayante.
ADO ARRETE NOUS CA.

8.Posté par DJAFOUL le 07/03/2013 11:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En tout cas vivement que ces mossi là deguerpisse de nos terres,donc toi tu quitte chez toi pour venir dans un pays chercher terre. pourquoi tu as laissé pour toi làbas et venir prendre pour les gens ?

C'est bien fait pour toi malheureusement ces terres qu'ils ont laissé pour aller au liberia là c'est encore leurs compatriotes qui vont s'en occuper pendant que mes parents guérés sont à la maison ou dans des camps de réfugiés.

VIVEMENT QUE JUSTICE SOIT RENDUE

9.Posté par Lea le 07/03/2013 17:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Alors là il faut le faire hein!!!!!mais ça c est entre eux.nous on veut seulement qu il libère notre pays.

10.Posté par Dadi le 08/03/2013 09:27 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
De toute façon le mission peut les naturaliser comme il veut .dans cette histoire il y a la complicité des ivoiriens Rhdp qui ne voient pas le danger .ces nationalité seront déchues si le mossi part

11.Posté par Cyprien T le 09/03/2013 07:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L 'Ivoirien pur sang ne peut pas tuer une mouche. Vous voyez que les tueries massives ( Guitrozon, Petit Duekoue, camp de refugié de Néhibly......), qui ont eu lieu dans notre pays sont le fait des frères de Dramane O qui, pour les récompnser, pour service rendu, les naturalise en cascade avec la complicité du PDCI pour avoir les mêmes droits fonciers ruraux que nos parents ( les tuteurs d'hier). Ivoiriens de tous bords, confions nous à DIEU. notre pays n'est plus à nous mais au b.f

12.Posté par rix le 09/05/2013 00:06 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
fatime la mal élévé ki insulte le président doit être de la trampe de ces femmes infidèles et tout osi sauvage ke le cocu dont le recit parle

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !