Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Cote d'Ivoire - FPI : Miaka : « Voici ceux qui tuent à l'Ouest »

le Samedi 16 Juin 2012 à 07:50 | Lu 1010 fois

Le Front populaire ivoirien (FPI) a répondu hier vendredi 15 juin aux accusations de déstabilisation du pays, portées contre lui par le ministre de l'Intérieur, Hamed Bakayoko, lors d'une conférence de presse co-animée par son président intérimaire, Sylvain Miaka Ouretto et son secrétaire général, Laurent Akoun, au siège provisoire dudit parti sis à Cocody Riviera Attoban.



Cote d'Ivoire - FPI : Miaka : « Voici ceux qui tuent à l'Ouest »
Il a formellement accusé « les mercenaires burkinabé » installés dans les forêts de l'ouest d'être à l'origine des attaques perpétrées dans cette région. « Leur chef de file, Amadé Ouéremi qui a participé à la guerre pour la prise du pouvoir par Alassane Ouattara, contrôle au vu et au su du pouvoir toutes les forêts classées du Cavally et de Goin Dedé à la frontière du Libéria, où il a installé des milliers de planteurs originaires de la CEDEAO. L’autre chef de guerre burkinabé, lui aussi lourdement armé Issiaka Tiendrébéogo, contrôle quant à lui l’axe Taï – Grabo – San-Pedro, où il exproprie les paysans autochtones par la terreur et installe ses compatriotes qui arrivent chaque jour par convois sur les terres de l’Ouest », a révélé Sylvain Miaka Ouretto, avant d'accuser le pouvoir d'Alassane Ouattara et l'ONUCI d'encourager cette situation.

En effet, à en croire le président intérimaire du FPI, la Côte d'Ivoire a connu deux guerres dites du cacao. La première sous Félix Houphouët-Boigny, la deuxième sous Laurent Gbagbo et une troisième qui est en cours ; d'où les récentes violences dans l'Ouest. « Ce qui se passe à l’Ouest est une terreur orchestrée par le pouvoir pour accélérer l’expropriation des paysans autochtones dont déjà de milliers ont été froidement exécutés ou se sont exilés. Les maîtres d’œuvre de cette sale besogne au profit du pouvoir et de la colonisation des terres de l’Ouest, sont connus de l’ONUCI et des FRCI.

Ils sont donc connus et jamais interpellés parce qu’en mission commandée, les acteurs des expropriations des terres orchestrées par le pouvoir Ouattara dans le cadre de cette troisième guerre du cacao qui a commencé aux confins de l’Ouest du pays, et qui est destinée à s’étendre sur l’ensemble du Sud de la Côte d’Ivoire », a soutenu M. Miaka. Pour lui, le prétendu coup d'Etat déjoué contre le régime Ouattara est un plan pour diaboliser l'ex-président Laurent Gbagbo, qui pourrait obtenir la libération provisoire à la Cour pénale internationale (CPI).

Mais pour l'ancien parti au pouvoir, les preuves de déstabilisation présentées à la télévision par le ministre de l'Intérieur, émanant de personnes détenues, « ne sont pas recevables parce qu’elles procèdent des pratiques d’une république bannière et non d’un Etat de droit ». « Les sept casques bleus ont été tués le 08 juin dans une embuscade tendue par les mercenaires burkinabé qui au nombre de quelque 3.000 aidés par les Dozos, opèrent sous les ordres de Amadé Ouérimi, bien connu du régime Ouattara. Se sentant floués et non récompensés par Ouattara qu’ils ont porté au pouvoir, ils arrivent chaque jour en plus grand nombre réclamer leurs dus et n’entendent en aucune manière se laisser désarmer.

Les soldats nigériens de l’ONUCI ont été victimes du traquenard qui leur a été posé par les mercenaires burkinabé; massacre dont la responsabilité a été imputée aux prétendues milices pro-Gbagbo », a indiqué Miaka Ouretto, ajoutant que le scénario macabre de l’assassinat des soldats onusiens est connue des populations à l’Ouest ainsi que du régime d'Abidjan. Le FPI a lancé plusieurs appels notamment au président François Hollande, à la diaspora ivoirienne, au président Ouattara et à son gouvernement afin qu'ils « abandonnent la fuite en avant et la répression ».

Miaka Ouretto leur a demandé de s'engager dans un vrai dialogue en vue de la réconciliation et la paix dans le pays. « Enfin, face aux accusations fantaisistes et graves de coups d’Etat qui visent à porter atteinte à l’honorabilité de notre parti, la Direction du FPI informe l’opinion nationale et internationale qu’elle a décidé de porter plainte contre le Gouvernement ivoirien pour calomnie et diffamation », a dit le remplaçant de Pascal Affi N'guessan à la tête de l'ancien parti au pouvoir.

Pour sa part, le secrétaire général du FPI, Laurent Akoun, a déclaré que le FPI n'avait aucune nouvelle de Moïse Lida Kouassi depuis son extradition le mercredi 6 juin dernier en Côte d'Ivoire. « Nous continuons de chercher mais personne ne nous répond. Des oreilles ont entendu qu'il souffrirait énormément », a-t-il révélé. Ce qui a fait dire à Miaka Ouretto que la situation en Côte d'Ivoire est « un goulot d'étranglement ».


Par
Hervé Kpodion

Samedi 16 Juin 2012
Vu (s) 1010 fois



1.Posté par amignon ange mohamed le 22/06/2012 22:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
courage on ira jusqu'auu bout que dieu benisse la cote d'ivoire le president Gbagbo et moi

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !