Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Cote d'Ivoire : FPI-CNRD: Voici comment et pourquoi Miaka complote contre AFFI

le Mardi 10 Avril 2012 à 00:10 | Lu 891 fois



Cote d'Ivoire : FPI-CNRD: Voici comment et pourquoi Miaka complote  contre  AFFI
Dans leur grande majorité les militants FPI et LMP en Côte D'Ivoire comme à l'étranger l'on bien compris et n'hésitent plus à s'en plaindre ouvertement aujourd'hui : Miaka Ourétto, l'actuel Président par intérim du FPI, semble n'avoir qu'un seul objectif dans la gestion de ce parti. Celui de se positionner de manière officielle et définitive comme le nouveau patron du plus grand parti de l'opposition ivoirienne.

Le Président par intérim du Front Populaire Ivoirien, Miaka Ourétto, veut en effet passer désormais à la vitesse supérieure pour se débarrasser définitivement de Pascal Affi N'Guessan, Président statutaire de ce parti, actuellement détenu et isolé dans la prison de Bouna, au Nord du pays. Il veut effacer ses traces et même faire oublier son nom.
A Paris, lors de son récent séjour en France, on avait entendu Sylvain Miaka Ourétto clamer haut et fort qu'il prenait le pouvoir, tout le pouvoir, qu'il n'était plus un président par intérim, qu'il était dorénavant le président du FPI, le seul et l'unique, voulant de cette manière annoncer que Pascal Affi N'Guessan, c'était désormais du passé, une simple page de l'histoire du FPI qui s'est refermée avec les événements du 11 avril 2011.

C'est donc un Miaka Ourétto déchaîné et prêt à aller jusqu'au bout de son rêve et de ses ambitions qui, sûr de son coup, convoque maintenant et précipitamment une convention ordinaire du FPI pour le samedi 28 avril 2012 à Abidjan avec un programme flou et ambigu dont le seul but est de se faire acclamer et de profiter de l'occasion pour appeler à la tenue prochaine d'un congrès qui pourrait bien se transformer en une cérémonie cacophonique d'auto-intronisation et d'auto-célébration.

Si beaucoup de militants avouent qu'avec Miaka aux commandes du FPI l'on devait s'attendre à tout et que d'autres parlent de la grande complexité de la psychologie de l'homme, force est de reconnaître que Miaka a surtout perdu la tête en se retrouvant brusquement au devant de la scène après l'arrestation d'Affi N'Guessan et la démission de Mamadou Koulibaly.

Tout le monde sait que Ouattara autorise les visites aux détenus. Les gens viennent de Bongouanou pour aller voir Affi à Bouna et de Bonoua pour rendre visite à Simone Gbagbo à Odienné. Miaka n'a jamais rendu visite ni à l'un, ni à l'autre, ni même à aucun des nombreux détenus politiques et pourtant ce ne sont ni les occasions ni les moyens qui ont manqué.

Il faut pourtant savoir que dans les importantes fonctions qu'il occupe et dans le contexte socio-politique ivoirien qui prévaut depuis le 11 avril 2011, Miaka Ourétto devrait avoir une haute conscience de sa mission qui reste assez claire et précise : Eviter l'effondrement du FPI, négocier la libération des prisonniers politiques et obtenir des garanties fermes et sûres de sécurité pour le retour des exilés.

En réalité c'est à ces urgences fondamentales que devait s'attaquer en priorité la Direction intérimaire dirigée par Miaka Ourétto qui comme nous le savons se devait de gérer les affaires courantes et surtout de s'attaquer efficacement aux causes qui ont entraîné l'intérim.Malheureusement, sur ces différents axes, le bilan de Miaka Ourétto reste bien maigre. Aujourd'hui, il tente de faire croire que le FPI n'a pas disparu grâce à lui alors que l'on retiendra qu'en réalité l'existence du FPI en tant que parti politique n'a jamais été menacée réellement malgré certaines agitations des tenants du nouveau pouvoir.

D'ailleurs l'on comprend aujourd'hui que la mise en place d'une Direction intérimaire à Abidjan semble avoir été une grave erreur stratégique car agissant exclusivement à partir de l'exil, le FPI serait plus libre et plus efficace pour maintenir la pression sur le régime de Ouattara et l'obliger à un dialogue sincère pour le retour de la paix. Comme a tenté de le faire Mamadou Koulibaly avant sa démission, Miaka Ourétto donne aujourd'hui l'occasion à Ouattara de faire croire à l'opinion publique internationale que l'opposition politique existe en Côte D'Ivoire, que les droits de cette opposition sont respectés et que sur le plan général les choses sont en train de rentrer dans l'ordre en vue d'une réconciliation.

Mais comme on le voit, rien n'avance sur le terrain en dépit des discours optimistes et des nombreuses promesses, la situation des exilés et des prisonniers politiques restant toujours bloquée. Miaka semble même dépassé par les évènements et totalement incapable de faire efficacement face aux divers défis avec la détermination, la disponibilité, l'esprit d'ouverture, l'intelligence et la cohérence qu'il faut à un vrai leader en de telles circonstances.

La remobilisation des militants reste bien sûr une nécessité tout comme le sont la libre circulation des personnes et des biens, la liberté d'expression et de réunion, etc. Mais tout ceci ne peut nous empêcher de voir qu'il y a des urgences et ces urgences ce sont les problèmes liés au sort des prisonniers politiques et au retour des exilés. Il est clair que ce n'est pas parce que les militants sont démobilisés que Miaka Ourétto assure aujourd'hui l'intérim. Il y a intérim parce qu'il y a eu des arrestations et des emprisonnements.

C'est dire que vouloir se servir de la remobilisation comme prétexte pour organiser aujourd'hui une convention et demain un congrès relève simplement de la mauvaise foi et ressemble fort bien à une imposture de la part d'un président intérimaire qui pour des raisons de positionnement personnel est en train de faillir gravement à son devoir de solidarité envers des camarades emprisonnés et torturés depuis de longs mois.

Les urgences existent donc et sont connues de tous. Mais très curieusement Miaka Ourétto regarde ailleurs et lorgne le fauteuil de président statutaire du FPI qui continue de cristaliser toutes ses pensées et toutes ses initiatives. Une telle obsession a pourtant une histoire et l'explication la plus plausible viendra du cercle restreint de ceux qui ont cotoyé le président intérimaire du FPI durant son séjour parisien.

Ainsi, de bouche à oreille, l'on a appris que lors de la visite de Miaka Ourétto au président Laurent Gbagbo à la Haye, celui-ci lui aurait très discrètement confié qu'il envisageait de se retirer de la politique, s'il était libéré par la CPI. Le président Laurent Gbagbo aurait ainsi expliqué à Miaka Ourétto son projet de se retirer dans son village à Ouragahio pour se consacrer à la rédaction de ses Mémoires, une oeuvre attendue avec une réelle impatience par les démocrates du monde entier, au-délà même des patriotes et des résistants ivoiriens et africains.

Cette information aurait aussitôt fait germer une idée dans la tête de Miaka Ourétto et il entendait bien l'exploiter, à son avantage bien sûr. Il s'est alors dit que si Laurent Gbagbo part, la lutte interne au FPI pourrait bien s'avérer très rude pour assumer le leadership et porter le flambeau de la refondation. D'où l'urgente nécessité de se positionner bien avant les autres pour s'assurer de l'emporter en s'appuyant sur l'appareil du parti. Il lui fallait donc transformer rapidement l'intérim en acquis statutaire. Il s'évertue ainsi à le faire et il le fait mal, comme un nageur dont tout le monde voit le dos. Mais Miaka Ourétto n'en a cure. Le plus important pour lui c'est de renforcer ses plans pour se débarrasser rapidement d'Affi.

On le sait, Miaka Ourétto n'a d'ailleurs jamais apprécié la présence d'Affi N'Guessan à la tête du FPI. Avec Marie-Odette Lorougnon, Sébastien Danon Djédjé et quelques autres cadres du FPI, il a toujours manoeuvré pour l'éjection du Président du FPI. Ainsi, on les a vus se réjouir de voir Affi perdre la primature suite à l'Accord politique de Marcoussis. De cette même manière, ils seraient aujourd'hui très heureux de faire en sorte qu'Affi perde définitivement la présidence du FPI suite aux évènements du 11 avril 2011.

Déjà et dans leurs différents entretiens avec les membres du clan Ouattara, ils présentent Affi, Sangaré, Simone, Kadet Bertin, Ahoua Don Mello et certains autres comme les radicaux et extrémistes ayant donné à Laurent Gbagbo de mauvais conseils qui ont conduit à la guerre, aux massacres des populations et aux nombreuses arrestations. Pour Miaka Ourétto et son clan donc, Affi et les autres détenus seraient en train de récolter ce qu'ils ont semé et devraient se débrouiller seuls pour sortir des griffes de Ouattara.

Il se dit même qu'au cours de cette convention insolite qu'il organise le samedi 28 avril 2012 à Abidjan, Miaka Ourétto envisage de faire adopter une résolution fixant à 18 mois la durée de l'intérim qu'il assure actuellement.
S'agirait-il d'un ultimatum qu'il donne au prisonnier politique Pascal Affi N'Guessan et à tous les détenus et exilés membres de l'ex-Direction du FPI pour réapparaître afin d'éviter d'être définitivement considérés comme démissionnaires? Pourquoi, parallèlement à cet ultimatum, Miaka Ourétto balise-t-il le terrain en déclarant que le retour des anciens Responsables n'implique pas forcément leur réintégration aux postes politiques qu'ils occupaient avant leur arrestation ou leur départ en exil?

C'est en effet à ne rien y comprendre ! Miaka veut-il faire croire que les détenus se sont volontairement constitués prisonniers et que les exilés sont des touristes politiques? Où irait le FPI, si Miaka Ourétto était lui-même arrêté d'ici peu et que le nouveau président par intérim organisait lui aussi à son tour une autre convention et un autre congrès pour s'autoproclamer président statutaire? La base laissera-t-elle Miaka réussir son putsch?

Il serait important que Miaka Ourétto descende de son petit nuage pour s'attaquer aux vrais problèmes de l'heure. C'est avec la libération des prisonniers politiques et le retour des exilés que les militants et les populations vont sentir que la situation se normalise en Côte D'Ivoire et que la réconciliation devient possible. Le Front Populaire Ivoirien n'a pas besoin de division et de putsch en ces temps difficiles où l'union et la solidarité sont plus que jamais nécessaires pour redonner l'espoir au peuple .


Correspondance particulière

Charles Zezé dit Opadjéré
Militant FPI
charleszez@yahoo.fr



Mardi 10 Avril 2012
Vu (s) 891 fois



1.Posté par ZZZ le 10/04/2012 11:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ATTENTION LA METHODE C EST DE DIVISEE POUR REGNE

CORRESPONDANT PARTICULIER NOUS AVONS COMPRIS VOTRE JEUX ALORS FERME LA

POURQUOI IL DOIT COMPLOTE CONTRE AFFI?
C EST CE QU IL VEUT QUIE MIAKA FACE ET J ESPERE DE TOUT MON COEUR QU IL NE TOMPERA PA S DANS CETTE PEIGE

HA OUI IL FAUT COMPRENDRE LES A SOIFFE DU SANG AFRICAIN?

2.Posté par ROGER KOUDOU le 10/04/2012 11:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Très bonne analyse mon frère .Vraiment on ne sait pas ce que veut vraiment Miaka. Il y a des gens qui souffrent en prison. D'auitres sont morts et beaucoup d'ivoiriens continuent de mourir. A quoi peut servir une convention du FPi si ce n'est pas ce que vous dites? Vraiment c'est de la pure bassesse de la part de nos responsables politiques. Ce Miaka est très dangereux. Avez-vous souvent observé attentivement ` sa manière de sourire ?

3.Posté par KADY SANOGO "LA GO " le 10/04/2012 11:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Moi j'aime le FPI parcequ'on se dit la vérité même si ça rougit les yeux. Miaka est en train d'oublier sa mission et de regler des problèmes personnels. Si ce n'est pas ça qu'on appelle politique. C'est de la pure sorcellerie . Il faut annuler cette convention ou bien limiter son ordre du jour . Les vrais problèmes sont là . On ne doit pas perdre le temps avec les faux problèmes de Miaka.

4.Posté par Mireille BOLOU le 10/04/2012 12:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On doit quand même faire très attention à tout ça. Les Agnis et les Akan peuvent se sentir frustrés et risquent de se retirer du FPI si Affi s'en va. Affi ce n'est quand même pas Anaky , ni Dakoury Tablé , ni Mamadou Koulibaly . Il a un grand monde derrière lui et c'est grâce à lui que beaucoup d'Akans sont rentrés au FPI. Faisons attention donc et disons à Miaka de faire très attention.

5.Posté par diallo le 10/04/2012 16:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Comment de telle inepties peuvent être débitées? Comment, avec tout ce que nous avons vécu, des "camarades" peuvent encore prêter le flanc afin de faire les choux gras de la presse de nos adversaires? En quoi organiser une Convention afin de recentrer et remobiliser le parti est trahir Affi? Camarade Affi, sors des querelles nauséabondes de clocher et de positionnement et demande à tes "supporters" d'arrêter ça!!! le fpi est un parti sérieux et ce ne sont pas ces attitudes de bas étage qui le démonteront! personne n'est indispensable sur cette terre! Gbagbo lui-même a dit d'enjamber son corps pour continuer la lutte s'il tombait, alors ce n'est pas pour quelqu'un d'autre, fut-il Affi que ce mot d'ordre changerai au fpi! le fpi, ne vous en déplaise, n'est pas "un titre foncier", encore moins le fétiche de qui que ce soit! les gens passent! et je trouve dégoutant que des camarades viennent étaler leur nullité sur la place publique, dans le but de fragiliser,voire casser un camarade, tout simplement pour des questions de personne! Miaka est encore en vie et au lieu de te répandre aussi salement dans la presse, il serait bon que tu le rencontres!!! quelle misère....as-tu seulement une fois, observé ce comportement chez les gens d'en face, rien qu'une fois? La hiérarchie ça se respecte et ce n'est pas en voulant dresser les camarades les uns contre les autres que tu arriveras à tes fins! heureusement que Gbagbo peut encore compter sur de vrais militants, des gens sensés et responsables, et il sont nombreux!!!

6.Posté par Marie21 le 10/04/2012 18:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
D"accord avec vous diallo,c'est à croire qu'il était présent lors de l'entretien de Miaka et le Président GBAGBO;qu'il garde ces venins pour lui,on est fatigué des gens comme lui qui font penser qu'au FPI,c'est la pagaille.Donner du blé à moudre à l'autre clan,qui fait tout pour détruire le FPI,c'est dommage.

7.Posté par BODOGUHÉ CHAMBERLAIN le 10/04/2012 20:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Marie 21 et Diallo, vous êtes vraiment un couple d'ignares et de connards. Gbagbo a dit que s'il tombe les autres doivent passer sur son corps et continuer le combat. Peut-il nous dire aujourd'hui de rester en France et de ne pas venir nous mobiliser à la Haye ? Ce n'est pas Affi qui a envoyé la guerre , c'est des gens comme vous qui ne comprennent rien . Ce que cet article dit est clair et précis . Et puis que peut faire Miaka si Affi et les Akans se retirent ? Miaka est en train de préparer de graves problèmes. Ne pas le reconnaitre c'est cela faire le jeu de Ouattara. Savez-vous pourquoi Miaka n'a pas été arrêté ? Ne vous pressez pas . Affi sortira et créera son propre parti et on verra ce qui va se passer .

8.Posté par JUSTIN TODET le 10/04/2012 21:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Moi, si AFFI part , je pars. Vous commencez à nous emmerder avec vos sales complots . On dit que Miaka n'est pas clair et il n'est pas solidaire et vous faites couler votre venin .Chacun doit créer son parti et on verra qui est qui en Côte D'Ivoire. Le plus important c'est que Gbagbo soit libéré et après on va ouvrir le vrai débat . Ne soyez donc pas pressés . D'ailleurs , moi je n'irai plus jamais à la Haye .

9.Posté par diallo le 10/04/2012 23:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher bodoguhé chamberlain, c'est ce comportement là, celui que tu as là, qui a créé le désamour entre le fpi et les ivoiriens!! tu crois vraiment que le fpi est un parti tribaliste? tu ne te rends même pas compte de l'injure que tu fais aux akans en les enfermant dans un militantisme "moutonnier et suiviste" derrière un individu parce qu'il est du même clan qu'eux plutôt que d'épouser un idéal! si Laurent Gbagbo est aussi suivi et compris, c'est parce que son combat est juste et noble; c'est parce que tout peuple assoiffé de justice et de liberté se reconnait dans ce combat, mais nullement parce qu'il est bété! Hélas, ce sont des gens de votre acabit qui par leur chant du cygne, perdent des learders et si Affi n'y prend garde, vous le perdrez aussi!!!Miaka est où il doit être...la lutte continue...s'il y a des failles nous devons resserrer les rangs, corriger et avancer, tout le reste vient du diable....

10.Posté par BODOGUHÉ CHAMBERLAIN le 11/04/2012 00:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Diallo, qui parle de tribalisme ? C'est vous les Djoulas qui pratiquez votre rattrapage tribaliste avec mossi Dramane. Ce que je dis c'est qu'on n'a pas besoin d'être au FPI pour être Candidat à la présidence et tout le monde sait que si le FPI présente Miaka, on perd et on perd . Ça c'est sûr. Les Akans ne sont pas tribalistes ni suivistes. Mais sachez que Vous faites trop de théories . En Afrique, on vote d'abord son frère, son fils, son parent. Ce n'est pas du suivisme. Vous verrez que j'ai raison .

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements










Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !