Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Côte d’Ivoire – Exclusif Texte de déclaration de candidature de Djédjé Mady

le Jeudi 22 Août 2013 à 06:19 | Lu 1022 fois



Côte d’Ivoire – Exclusif Texte de déclaration de candidature de Djédjé Mady
« Je suis candidat pour renforcer l’unité nationale »

Honorables membres des Instances du Parti,
Mesdames et Messieurs les journalistes,
Militantes et militants du PDCI-RDA
Mesdames et Messieurs,

Je voudrais tout d’abord vous remercier d’avoir répondu à mon invitation, en venant très nombreux à cette conférence de presse. Pendant les quelques instants que nous allons passer ensemble, je partagerai avec vous les circonstances ayant conduit à la préparation du XIIème Congrès Ordinaire du PDCI-RDA et qui m’amènent à vous dire ce qui va suivre.

En effet, il faut rappeler que le XIème Congrès Ordinaire du PDCI-RDA a fermé ses portes le 08 avril 2002 ; et conformément à l’article 29 des statuts, le XIIème Congrès Ordinaire aurait dû se tenir en Avril 2007. Mais nous savons tous les évènements douloureux que notre Pays a vécus cette dernière décennie.

Avec sagesse, le Bureau Politique, en 2005, a décidé du report de tout Congrès, y compris ceux des organes spécialisés, jusqu’à la fin des élections de sortie de crise.
C’est donc à sa session du 02 juin 2012 que le Bureau Politique a décidé de la nécessité de convoquer le Congrès ajourné. Mais il convient de rappeler que, pour la tenue de ce Bureau Politique, il a fallu quatre bons mois pour qu’il ait lieu.

Tenant compte de ces réalités, après les travaux du Bureau Politique, j’ai suggéré au Président du Parti la nécessité de lui proposer une équipe devant commencer à réfléchir au contenu thématique du Congrès. L’idée a été favorablement accueillie par le Président qui, cependant, m’a instruit de préparer d’abord une tournée de remerciement des militants suite aux scrutins qui venaient d’avoir lieu.

Pendant que je préparais ces tournées, qui d’ailleurs n’auront jamais lieu, la composition d’un « Comité ad’ hoc » est publiée par voix de presse. Le Comité de Direction s’en émeut et envoie auprès du Président une mission d’information qui est rassurée sur le fait que ce comité n’avait pas pour objet de se substituer aux Structures du Parti, mais était chargé de réfléchir pour le compte du Président, sur les thèmes possibles, afin de lui fournir quelques éléments de réflexion pour sa gouverne personnelle.

Le 02 mai 2013, au cours d’une séance de travail en sa résidence privée de Cocody, le « Comité Ad’ hoc » rend les résultats de ses réflexions au Président en présence du Secrétaire Général du Parti. Après l’avoir remercié et félicité, le Président demande que ces travaux soient remis au Secrétaire Général comme documents de travail, afin que, « conformément à ses attributions », il puisse préparer le XIIème Congrès Ordinaire du Parti.

Trois semaines plus tard, au Bureau Politique du 23 mai 2013, les mêmes instructions sont données au Secrétaire Général qui reçoit les documents du « Comité Ad’ hoc » comme document d’orientation avec la latitude qui lui est laissée d’apporter des modifications au Comité devant organiser le Congrès et de le soumettre au Président pour décision.

Suite à cela, le Secrétaire Général organise des séances de travail avec les Instances du Parti afin de recueillir leurs suggestions. Il rencontre ainsi successivement le Comité de Direction, le Secrétariat Général, le Bureau National de l’UFPDCI, le Bureau National de la JPDCI, le Comité de Coordination du Grand Conseil, les Délégués Départementaux et Communaux et les élus (Députés, Maires et Présidents de Conseil). Tous ont fait des propositions en vue de la confection de la liste du Comité préparatoire du XIIème Congrès Ordinaire.

A ma grande surprise, par courrier en date du 04 juin 2013 du Président du Parti qui se trouvait en France depuis peu, et publié dans la Presse, il m’est signifié que le Bureau Politique du 23 mai 2013 aurait adopté un « Comité d’organisation » du Congrès aux activités duquel je ne devais mettre aucune entrave.

Suite à cela, toutes mes tentatives de rendre compte du travail que je devais rendre au Président, sont restées vaines. La proposition qui devait être faite au Président, ne verra jamais le jour.

De tout ce qui précède, il est clair que le Congrès se prépare en dehors des dispositions prévues à cet effet par les Statuts et Règlement Intérieur en vigueur. Qu’il me suffise de rappeler que conformément à l’article 40 des Statuts, le Secrétaire Général « assure l’exécution des décisions des Organes Centraux ». L’article 41 du Règlement Intérieur n’est pas moins expressif qui stipule que « les listes des délégués doivent être établies et communiquées au Secrétaire Général 60 jours avant la date fixée pour l’ouverture du Congrès par les Délégués Départementaux et Communaux, en ce qui concerne les Sections et par les Délégués Généraux en ce qui concerne les Délégations Générales ».

Ce 21 Août 2013, nous sommes à 42 jours de l’ouverture du Congrès et je ne suis au courant de rien. Le Secrétaire Général est purement et simplement écarté des préparatifs du Congrès. Au conclave tenu à Yamoussoukro, il reçoit un badge d’ « invité spécial ». Le Secrétaire Général d’un Parti qui est un invité spécial au cours des phases préparatoires des assises du Congrès de son Parti ; N’est-ce pas simplement surprenant ?

Appliquons nos propres Statuts et Règlement Intérieur en vigueur, c’est notre seule boussole sûre. L’Afrique ne doit pas être réfractaire au respect de ses propres textes.

Certes, ces documents ne sont pas immuables, ils peuvent être modifiés. Mais tant qu’ils ne le sont pas, ils doivent être appliqués avec discipline (article 103 des Statuts). Disons avec Jean Jacques Rousseau que « la soumission aux lois qu’on s’est donné, est LIBERTE ». Tout récemment, en visite au Ghana, le Président américain BARACK OBAMA n’affirmait-il pas que « l’Afrique n’a pas besoin d’hommes forts, mais d’Institutions fortes » ? Les Institutions fortes reposent sur le respect des textes qui gèrent la société. Respectons nos propres textes.

Mesdames et Messieurs,

Je vous laisserais sur votre faim si je me contentais de vous parler uniquement du non-respect de nos textes. En effet, le but ultime de tout Congrès dans un Parti Politique, c’est d’abord de confirmer sa philosophie politique de base, de redéfinir les principales orientations conformément aux réalités du moment et de se donner les moyens démocratiques pour accéder au Pouvoir d’Etat pour la mise en œuvre de son projet de société.
Sans préjuger de ce que le Congrès décidera et qui devra s’imposer à tous les militants, acceptez que je dise mon humble opinion sur quelques sujets.

1- De la cohésion et de l’union du Parti

Si les nécessités démocratiques doivent entraîner le débat, nous ne devons pas perdre de vue que ce débat doit se dérouler dans la courtoisie et le respect de l’autre. Le débat ne devra jamais cesser d’être un débat d’idées. Il doit entraîner le rapprochement des points de vue et générer la cohésion, renforcer l’union. Chacun doit avoir le droit d’exprimer son opinion, en sorte que la décision soit consensuelle. Le débat qui est comme l’eau chaude qui, versée sur une toiture en paille, la fait fumer mais n’entraîne jamais d’incendie. Le débat doit être une sève vivifiante qui doit renforcer les bases du Parti. Que le débat ait donc lieu pour la santé du Parti !

2- De la Paix Sociale

Je crois en un PDCI-RDA essentiellement Parti de Paix et d’Union. Depuis les temps coloniaux, les actions de Félix Houphouët-Boigny depuis sa jeunesse jusqu’au moment où il nous a fait ses adieux, ont été motivées et guidées par la recherche inlassable de la Paix, de la Paix dans toutes ses exigences : liberté, dignité, respect de l’autre, justice, dialogue, amour fraternel etc…

A la fin de sa vie tous les discours politiques de Félix Houphouët-Boigny ne se terminaient-ils pas par cette citation de Saint Jean : « Dieu est Amour » ?

Oui, dans cette Côte d’Ivoire meurtrie depuis plus d’une décennie, le Congrès du PDCI-RDA doit donner aux militants un réarmement moral devant faire du PDCI-RDA un acteur majeur et privilégié dans la recherche d’une Paix véritable et durable entre toutes les femmes et tous les hommes qui peuplent la Côte d’Ivoire, notre bien commun.
Le Congrès doit nous amener à nous pardonner nos inconduites des uns envers les autres. Nous devons nous revêtir de suffisamment d’humilité pour demander pardon à l’autre et à la Nation. Chacun doit battre sa coulpe et ne pas chercher à voir le Diable que dans l’autre. Disons avec Blaise Pascal que « l’homme n’est ni Ange, ni Bête, et le malheur est que qui veut faire l’Ange, fait la Bête ».

3- De notre politique de jeunesse

Le XIIème Congrès du Parti devra aussi définir la ligne à suivre pour le meilleur épanouissement de notre jeunesse. Nous ne devons jamais oublier la politique éducative de Félix Houphouët-Boigny.
Souvenons-nous de son combat pour la formation de la Jeunesse Ivoirienne et même Africaine. Souvenons-nous des « Aventuriers de 1946 » et de la philosophie qui soutendait cette première opération. Souvenons-nous du système généralisé d’attribution de bourse qui a permis aux enfants des démunis d’aller au terme de leur capacité intellectuelle.

Le XIIème Congrès du PDCI-RDA doit faire le diagnostic de l’Ecole Ivoirienne et faire des propositions. Le XIIème Congrès du PDCI-RDA doit se pencher sur l’emploi des jeunes, sur leur insertion dans la vie active. Le chômage des jeunes est une menace certaine qui plane sur la Paix Sociale. Souvenons-nous qu’il n’y a de richesse que d’hommes.

4- De la politique du genre

« Il n’est pas bon que l’homme soit seul » dit le livre de la Genèse dans les Ecritures Saintes. Notre société serait boiteuse si elle laissait au bord du chemin sa chère et tendre moitié : la femme.
Le PDCI-RDA doit redéfinir sa politique du genre et chercher à bâtir la parité Homme-Femme.
La Force de notre société d’aujourd’hui et de demain reposera essentiellement sur l’équilibre entre les personnes humaines, homme et femme. Dans tous les domaines la femme a les capacités intellectuelles pour être partenaire de l’homme. Dans beaucoup d’autres domaines, elle a les mêmes capacités physiques que l’homme. Le PDCI-RDA doit donc poursuivre sa politique en la matière en faisant un bon qualitatif.

5- Du monde rural

Le PDCI-RDA n’est-il pas la suite logique de l’action initiée par Félix Houphouët-Boigny et ses compagnons dans le cadre du Syndicat Agricole Africain ? Il va donc sans dire que le PDCI-RDA et le monde rural ne font qu’un.
Les problèmes de terre, de leur mise en valeur, de leur rentabilité, tout cela doit demeurer au centre des préoccupations du PDCI-RDA. La terre nourricière demeurera une réalité quotidienne.
Aussi le Congrès donnera des orientations tant dans le domaine du vivrier que dans celui des cultures d’exportation.
L’agriculture et le milieu rural qui occupe la majorité de nos concitoyens et qui nous fait vivre doivent demeurer des préoccupations de chaque instant.
Que les promesses du sous-sol ne nous fassent pas oublier les réalités du sol !

6- De l’avenir du RHDP et des relations avec les Partis Ivoiriens

L’alliance au sein du RHDP est une alliance logique. Elle procède d’une philosophie politique commune reçue du Père-Fondateur, le Président Félix Houphouët-Boigny. L’histoire récente des Partis qui le composent est connue de tous. Au RHDP, nous sommes des enfants de Félix Houphouët-Boigny, nourris à sa mamelle et décidés à léguer son héritage politique à la postérité.

Le RHDP, malgré quelques incompréhensions, doit vivre et renforcer ses bases. Son slogan, « Des Partis forts pour un RHDP fort » est plus que d’actualité. Du Parti unifié des Houphouétistes ? Houphouët l’avait prévu.
Souvenons-nous que le 30 avril 1990, au cours de la réunion du Bureau Politique qui a décidé du retour au multipartisme, il a demandé de ne pas fermer la porte derrière ceux qui sortiront du PDCI-RDA pour les nouveaux Partis. S’ils veulent revenir, qu’ils trouvent la porte ouverte pour reprendre leur place. Le PDCI-RDA héritage de Félix Houphouët-Boigny doit être prêt à tout instant à recevoir, comme dans la parabole de l’enfant prodigue, Tous ceux qui souhaitent réintégrer la « Maison paternelle ».

En ce qui concerne les autres formations politiques ivoiriennes, le PDCI-RDA, Parti de Dialogue et de Tolérance par essence, doit être en rapport constant avec elles dans l’Intérêt du Pays. Nous devons savoir comprendre la raison des autres en restant nous-mêmes. Nous devons nous pénétrer du fait que chacun de nous possède une part de vérité et que la Vérité avec grand V, appartient à Dieu, et à lui seul.

Que nos différences soient source d’enrichissement réciproque ! La violence verbale ou physique doit être proscrite, car nous avons tous la Côte d’Ivoire comme bien commun.

7- De nos relations avec le reste du monde

« La Côte d’Ivoire, amie de tous et ennemie de personne ». Telle était la vision du Père-Fondateur Félix Houphouët-Boigny dont la politique s’ouvrait harmonieusement sur le monde. La Côte d’Ivoire doit être fidèle en amitié, mais ne doit être la chasse gardée de personne. Elle doit jouer son rôle dans le Sous-région, en Afrique et dans le monde.

Le XIIème Congrès du PDCI-RDA donnera des gages en ce sens, sans jamais rougir d’être Ivoirien.

Mesdames et Messieurs,

C’est là quelques préoccupations que je voulais partager avec vous. Je ne saurais être exhaustif dans ce cadre. Il nous faut donc pour cela aller à un Congrès d’où doit sortir un PDCI-RDA uni, fort, compétant, prêt à jouer crânement sa position au plan National et International. Nous devons aller à un Congrès consensuel, soucieux de ses propres textes, vivant une vraie démocratie interne à l’image de la démocratie que nous souhaitons voir en Côte d’Ivoire et en Afrique. Nous devons choisir les femmes et les hommes à même d’incarner les espoirs du Parti et du Pays.

Nous devons maintenir harmonieusement la chaîne des générations. Nous devons savoir nous faire confiance et avancer ensemble, jeunes et moins jeunes, hommes et femmes, chacun à sa place. Personne n’est indispensable, mais tous, nous sommes utiles.

Mesdames et Messieurs,

Fort de ce qui précède, je vous annonce ma volonté de me mettre à la disposition de mon Parti et par son biais, à celle de la Côte d’Ivoire : je suis candidat à la présidence du PDCI-RDA au XIIème Congrès.

1- Je suis candidat pour rendre au PDCI-RDA et à la Côte d’Ivoire ce que j’ai reçu d’eux.

Je m’appelle DJEDJE MADY Alphonse. J’ai 68 ans en cette année 2013. J’ai passé 48 ans de ma vie au service du PDCI-RDA.

1965 : Président de la sous-section de l’UNEECI au collège catholique (2nd cycle) de Daloa.

1966 : Secrétaire Général Adjoint du Bureau National de l’UNEECI.

1967 : Secrétaire Général du Bureau National de l’UNEECI.

1967 : Membre Fondateur du Mouvement des Elèves et Etudiants de l’OCAM (MEOCAM),
Président de la section ivoirienne du MEOCAM

1969 : Membre Fondateur du Mouvement des Elèves et Etudiants de Côte d’Ivoire (MEECI), Président du Conseil statutaire.

1971 : Président du Comité d’organisation du Congrès Extraordinaire du MEECI.

1971 – 1973 : Conseiller Technique du Président du MEECI.

1973 – 1975 : Président National du MEECI.

1980 -1991 : Membre du Comité Exécutif du PDCI-RDA
Membre du Comité Central (1980-1991)
Membre du Bureau Politique (1985-191)
Chargé du discours de clôture du 7ème
Congrès Ordinaire (1er octobre 1980)

1991 – 1995 : Membre du Bureau Politique

1995 -2002 : Membre du Bureau Politique
Secrétaire Général Adjoint chargé de la
Formation

2002 – 2013 : Secrétaire Général du PDCI-RDA

2003 – 2005 : Président du G 9, puis du G 7.

2005 – 2013 : Président du Directoire du RHDP

Mes fonctions électives au plan National :

1980 – 1985 : Député de la circonscription d’Issia (actuel Département d’Issia)

1985 -1990 : Député de Saïoua

1990 -1995 : Député de Saïoua
Maire de Saïoua

Depuis 2011 : Député de Nahio-Saöua

Depuis avril 2013 : Président de la Région du Haut-Sassandra

Mes fonctions gouvernementales

Novembre 1983 – Octobre 1989 : Ministre de la Santé Publique et de la Population.

2- Je suis candidat pour rendre au PDCI-RDA et à la Côte d’Ivoire ce que j’ai reçu d’eux.

Le Parti doit aller sur le terrain, avec son premier responsable pour la remobilisation des militants sur toute l’étendue du Territoire national et à l’extérieur.
Le PDCI-RDA doit reconquérir le terrain perdu et être en mesure de gagner toute élection pour continuer la Mission que le Président Félix Houphouët-Boigny lui a laissée.
Dans le respect de tous ses engagements, le PDCI-RDA doit avoir son candidat en 2015, sous peine de disparaître de la scène politique nationale.
Le PDCI-RDA doit se positionner pour aller chercher le Pouvoir dans les urnes et reprendre son œuvre de construction nationale.
Le PDCI-RDA doit être fier de son passé, assumer en toute responsabilité son présent et préparer hardiment son avenir.

3- Je suis candidat pour renforcer l’unité nationale

Le PDCI-RDA doit démontrer à cette occasion qu’il est le Parti de tous les Ivoiriens, du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest en passant par le Centre. Nous devons bannir tout ce qui nous sépare et nous catégorise. Je suis candidat pour sceller fortement la Fraternité entre les Ivoiriens.

4- Je ne suis candidat contre personne. Je suis candidat pour proposer l’expérience acquise pendant 48 ans dans les rangs du PDCI-RDA. Je suis candidat pour offrir ma disponibilité et mon énergie au Parti.

Qu’on me comprenne bien : je ne suis pas candidat contre mon Aîné Henri Konan BEDIE auprès de qui j’ai servi le Parti et la Nation ces onze dernières années.
Les dispositions pertinentes de la Loi n° 93-668 du 9 Août 1993, relative aux Partis et aux Groupements Politiques, de même que les dispositions des Statuts en son article 35 le rendant inéligible à ce Congrès.

Mais voici que le 17 de ce mois, nous avons assisté au conclave des Secrétaires Généraux de sections et des Délégués Départementaux et communaux. Nous avons vu la Côte d’Ivoire divisée en six grandes régions. Nous avons entendu des déclarations similaires, à la virgule prêt, des six porte-paroles de ces régions. Staline et Mao n’auraient pas fait mieux ! A l’unanimité tous les Secrétaires Généraux de sections ont demandé au Président d’être candidat au XIIème Congrès prochain. L’émotion était grande et il aurait été héroïque de dire autre chose que ce que nous avons entendu.

Mais avec le recul, je me pose la question si cet « Oui » est opportun. Car le dispositif légal et statutaire ne se prête pas à ce jeu. Les Statuts du PDCI-RDA qui sont en vigueur jusqu’à leur modification par un Congrès disqualifient le Président sortant. On me dira que les Statuts seront révisés. Bien sûr que tout Congrès peut modifier les Statuts. Il faut donc s’attendre à leur modification au XIIème Congrès. C’est facile.

Mais avons-nous pensé aux dispositions de la Loi n° 93-668 du 9 août 1993 ? Les dispositions pertinentes prescrivent qu’après toute Assemblée ou après tout Congrès constitutifs les modifications des Statuts de tout Parti ou Association, les nouveaux documents doivent être déposés au Ministère chargé de l’Intérieur qui dispose de trois mois pour son avis. C’est seulement après cela que les nouveaux documents peuvent être applicables.

C’est donc dire que les Statuts modifiés ne sont pas applicables au cours du Congrès qui a posé cet acte. Dans tous les cas de figure, l’inéligibilité du Président Aimé Henri Konan BEDIE est un fait de droit qui s’impose à nous tous.

N’induisons pas notre Aîné en erreur. Il sait mieux que quiconque en Côte d’Ivoire ce que représente le respect du dispositif légal. Souvenons-nous de ce qui a failli se passer à quelques jours du décès du Président Félix Houphouët-Boigny le 1er décembre 1993. Il a été convoqué une réunion au Conseil Economique et Social par le Président Philippe Grégoire YACE. Celle-ci avait pour but de contourner la Loi et d’empêcher le Président de l’Assemblée Nationale de succéder au Président défunt. J’étais à cette réunion et j’étais le 1er à intervenir quand la parole a été donnée à l’assistance. J’ai réclamé le respect de la Loi. J’ai été suivi par EHUI Koutoua Bernard et par d’autres intervenants. L’après-midi du même jour, le PDCI-RDA prenait position et la Loi fut respectée.

Cher Aîné, c’est des choses qui marquent une vie. Respectons donc notre Loi, car elle est impersonnelle et s’impose à tous. Le PDCI-RDA et tous les observateurs vous en sauront gré. L’histoire vous ouvrira encore plus grandement ses bras.

C’est la qu’on vous attend Monsieur le Président et Cher Aîné. Vous ne pouvez pas être candidat, alors je suis candidat.

Le Président Henri Konan BEDIE, ses pairs et ses aînés ont semé la bonne graine à même de poursuivre leur œuvre.

Je soumets ma candidature à la décision du Congrès conformément aux dispositions de l’article 27 des Statuts.

Que le suffrage me soit favorable si telle est la Volonté de Dieu !

Je vous remercie.

Pr. Alphonse DJEDJE MADY
Secrétaire Général du PDCI-RDA

Jeudi 22 Août 2013
Vu (s) 1022 fois



1.Posté par Hermann N'da le 22/08/2013 11:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
M. DJEDJE MADY, CHER AÎNÉ,

Contrairement à BEDIE, ta candidature à la présidence de ton parti ne souffre d'aucune contestation possible au regard des textes en vigueur au PDCI. Ton combat est assurément un combat de Vérité, un combat de Justice et de respect de la LÉGALITÉ .

Oui, j'ai dit " LEGALITE" et le mot est lâché. Or, vois-tu, cher aîné, le combat pour la JUSTICE et la LEGALITE ne peut et ne doit être un combat à géométrie variable ni spontané. Le combat pour le respect de la légalité et la justice ne doit pas varier au gré des intérêts du moment. Il doit être un combat constant, permanent, un combat régulier, avec la même ardeur, la même détermination, la même hargne PARTOUT ou prospèrent l'injustice, la malhonnêteté, la fraude, le mensonge, le faux.

Or, l'histoire récente de notre chère Patrie nous a donné de voir que toi, DJEDJE MADY, tu as officiellement réussi à choisir le camp de l'injustice et du faux depuis la création du RHDP dont tu assures le directoire jusqu' à ce jour en passant par le Golf Hôtel...

Tu devrais en tirer toutes les conséquences et accepter la candidature de BEDIE, meme si celle-ci est illégale.

Accepte donc de subir ta part d'injustice. De toutes les façons, tu n'as pas le choix. Apprête -toi à assister à la BRILLANTE ÉLECTION A LA SOVIETIQUE, de BEDIE, le soir-même de votre Congrès.

Du courage !

2.Posté par WALACE le 22/08/2013 13:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
HUUUUUUUUUUUUUM
Maintenant le FPI n'a plus de programme et les journaux bleus n'ont plus d'articles de faits divers à nous soumettre , je ne peux pas concevoir que des gens qui se disent majoritaire en côte d'ivoire se focalisent sur la vie politique d'un autre parti politique autre que le leur , sachant que GBAGBO , SIMONE ET BLE GOUDE crèvent en prison
au lieu de s'intéresser à la vie carcérale de leurs dirigeants fascistes , c'est PDCI DE BEDIE qui les intéresse
vous faites vraiment rire et honte , car vous êtes vraiment en perte de crédibilité en côte d'ivoire , ça se voit

3.Posté par Hermann N'da le 22/08/2013 16:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
WALACE,

Chez les intellectuels , se prononcer sur des questions d'actualité politique de tous ordres est un exercice courant et même élémentaire.

Seuls les constipés n'y comprennent rien. Or, les supporters de Bouche Tordue qui sont majoritairement des ressortissants CEDEAO amassés comme des bêtes sauvages dans les bidonvilles surnommés Dioulabougou, à la recherche de leur pitance quotidienne chez nous en CI, sont, pour la plupart , de simples abrutis.

Donc, je te comprends, pour une fois, toi, avec tes multiples tarres. Tu n'es pas loin du règne animal.

4.Posté par La Main De Dieu le 22/08/2013 18:24 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
principalement je m'en tape.les ivoiriens meurent dans les prisons de ce mossi par la complicité de ces traîtres, je cherche à libérer ma côte d'ivoire..merci!

5.Posté par HASSAN SOUM le 22/08/2013 19:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
merci a vous herman nda et la main de dieu ,s ils vous plait evitez de repondre a WALACE c'est une perte de temps enorme et a toi herman merci pour ta reflexion ,le camarade gbagbo l'a dit le temps n'est pas pressé ,doucement il file sa toille et le jour de la liberation approche avc l'union des fils et filles de la cote d ivoire ,nous avec tous ceux qui nous font l'honneur de demander la nationalité ivoirienne avec dignite et respect des lois ,tous ensemble nous menerons le combat ultime ;DIEU BENISSE LA COTE D'IVOIRE

6.Posté par WALACE le 23/08/2013 01:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
HASSAN SOUM
tu n'as pas besoin d'utiliser un pseudo nordiste pour déverser tes bisbilles
sachant que le jour auquel tu fais allusion, si tu es vraiment SOUM Hassane tu ne survivras pas à la colère des tueurs patentés au service de GBAGBO uniquement à cause de ton nom à moins que ce jour là tu portes ta vraie identité SOKOURI, c'est cela la réalité , assume ton pseudo , car malgré mon wallace tous les contenues de mes postes prouvent que je suis de cette partie de la côte d'ivoire malgré que je ne détiens aucune carte du FPI ni RDR ni PDCI
je doutes fort que tu sois vraiment SOUM HASSAN car à en croire toute personne qui croit en Dieu et au jour dernier sait que seul Dieu est maître du pouvoir et il le donne à qui il veut et au moment qu'il veut , c'est dire que le pouvoir de OUATTARA est un don divin
moi je défends ce qui est défendable , on peut pas faire d'une partie de la population de la côte d'ivoire des apatrides dans leurs propre pays parce qu'ils ont dit non à ton chef de parti , sachant que ton chef de parti lui même a un fils Blanc qui dispose de la double nationalité ,'ivoirienne et française)ceci dit en quoi êtes vous supérieur aux autres ivoiriens ne s’appelant pas KOUDOU?
Quant à HERMAN
Permets moi de te dire que les individus entassés dans les bidonvilles appelés Dioulabougou , ces gens ont servi de base de réussite pour beaucoup de jeunes du sud qui pou avoir de quoi a mangé avant d'aller à l'école était obligé de laver leurs assiettes
tu auras honte de me dire oui , mais pour ceux qui sont honnête parmi vous me donneront raison, car j'ai eu des jeunes Dida chez eux même à Divo qui avaient pour tuteurs des Dioula vivant dans ces Dioulabougou à Divo , des jeunes Didas de LAKOTA qui avaient pour tuteur des Dioula au quartier Libanais de Divo quartier Bada à Divo,
des jeunes Bété , Gouro avec pour tuteur des Dioula au quartier marais à Daloa , kenedy 1 kenedy 2, Huberson, soleil , abattoir 1 et 2 etc.et à l'heure ou je suis sous presse , ils sont plein qui ont des tuteurs Dioula dans toutes viles en côte d'ivoire , pourquoi étant des vrais ivoiriens acceptez vous d'avoir des apatrides comme vos tuteurs si vous jugez nécessaire qu'ils nuisent à vos bien être??????
je me mets à ton niveau sur le site au niveau de ton raisonnement basé sur la non réalité , voilà pourquoi tu crois avoir une avance sur moi, détrompe toi mon gars je connais la côte d'ivoire , ma côte d'ivoire depuis que j'ai quitté on village natal un certain 3 octobre 1980 pour suivre mes études à DALOA ,
un jour j'ai un ami Gnanboua de ZOUKOUGBEU m'a dit que j'ai un tuteur Dioula parce que je manges bien chez lui et cela me permets de mieux faire mes études

7.Posté par GOUZOU GBETIAYI le 23/08/2013 01:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Des parents, des responsables, par leur légèreté ont passer toute leur existence à demeurer petits, à se faire infantiliser, marionnettes des autres, incohérents. Ils étaient tellement à l'aise dans ce rôle, dans ces pratiques et ces comportements que les jeunes ont fini par ignorer leur existence. Le jeune KKB a fini par oublier qu'entre lui et son père, le doublement docteur HKB, il y avait bien des professeurs de la trempe de celui-ci: le prof A. D. M. Hé oui, ils n'ont rien fait pour emmener ces jeunes à remarquer leur présence. Et puis... Et puis... Tout ce texte me donne à moi, l'impression que le prof présente sa candidature aujourd'hui juste parce qu'on veut le chasser de cette façon-là... Il réagit juste parce qu’il se sent frustré. Surtout pas parce qu’il serait un adepte du respect de nos lois... C'est ceux qui ne le connaissent pas qui peuvent l'appeler "Héé". Si non, nous on le connait. On les connait. SHALOM

8.Posté par Hermann N'da le 23/08/2013 02:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
WALACE.

Je suis heureux de savoir que tu connais tous les Dioulabougou de CI. Tu en a cités à DALOA, à Divo et LAKOTA , qui sont des localités BETE et DIDA. Mais tu as également oublié GAGNOA !

Or, tu passes le clair de ton temps à traiter les autochtones de ces localités de tous les noms, eux qui sont si hospitaliers et qui, avant même le slogan politique du mossi venu de Sindou, connaissaient déjà, ce que vous appelez aujourd'hui "le vivre ensemble" .

Comme tu te dis ivoirien ayant quitté son village pour aller poursuivre tes études à DALOA en 1980, tu aurais pu, quand-même, dans la foulée, nous dévoiler le nom de ce fameux village mystérieux.

Tu dois être également bien placé pour savoir que les Dioulabougou, on len trouve presque dans toutes les villes de CI. C'est dire combien les Ivoiriens sont hospitaliers.

Et puis, entre eux, les Ivoiriens qu'ils soient du nord, du sud, du centre, de l'ouest, de l'est, n'ont aucun problème. Ils se connaissent très très bien. Même au nord de la CI, les ivoiriens, les SENOUFO, les TAGBANA, les malinkes originaires de cette grande région savent QUI EST QUI.

Le problème de la CI s'appelle Dramane OUATTARA, cet homme qui se passer pour un nordiste ivoirien, qui a introduit la violence sur la scène politique en CI et dont personne ne connaît le village au nord du pays.

Cet homme qui s'appuie essentiellement sur les 30% de ressortissants CEDEAO vivant chez nous, qu'il a désormais décidé de transformer en bétail électoral officiel. C'est cet Dramane la qui est le problème de la CI.

Mais un petit problème car déjà résolu. Sois-en certain!

9.Posté par WALACE le 23/08/2013 13:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tu sais quelque part , nous ne nous comprendrons jamais
et pourtant tu restes un maillon pour moi sur les deux sites , car depuis belle lurrete t'a jamais changé de nom
comme font les autres , des SYLI aujourd'hui demain , Soum ou Tchedjougou je ne sais quoi dire
en réponse , vouloir faire de OUATTARA un boucle émissaire , nous ne serons pas d'accord
je donne mon point de vu sur mon désaccord avec toi
1/ permets moi de te dire qu'au fond des choses , si nous jouons à l’honnêteté , OUATTARA a été victime d'une cavale contre sa personne , car il fut un moment dans les années passées en politique en côte d'ivoire ,le nord était une base électorale dU PDCI avec son concurrent FPI à l'époque . pourquoi parce que aucun fils de cette contrée de la côte d'ivoire n'envisageait prétendre un jour à la magistrature suprême , nos parents étaient tous pour HOUPHOUET et la nouvelle génération pour GBAGBO dont j'en faisais partir . alors vu l'évolution des choses la seule personne au nord ayant sorti sa tête dans l'eau après la génération SEKOU SANOGO dès années 1956-1960 contre HOUPHOUET fut Allassane Dramane OUATTARA , alors les deux grands rivaux voyant leur électorale du nord basculé pour OUATTARA s'il parvenait à être candidat ,pour ne dire nuire à leur électorat du nord ont trouvé un alibi en lui collant une étiquette d'étranger ,une manière pour eux de l'écarter .
GBAGBO se voyant en faiblesse contre BEDIE , jugea nécessaire ne pas se présenté contre BEDIE sous prétexte que toutes les lois de BEDIE étaient contre OUATTARA uniquement pour l'écarter du jeu politique parce que à l'époque OUATTARA était son allié au front républicain pour combattre BEDIE 1995 et BEDIE fut réélu en battant LE PROF WODIE avec un score fleuve
hier GBAGBO ET OAUTTARA ivoiriens étaient des alliés pour combattre BEDIE qui lui à l'époque traitait OUATTARA DE BURKINABE
quelle fut notre surprise , le même BEDIE hier adversaire de OUATTARA ET DE GBAGBO , aujourd'hui est allié de OUATTARA pour combattre GBAGBO qui lui traite Ouattara de BURKINABE pour dire qu'il a fait une erreur et que OUATTARA était ivoirien
mon frère HERAMN dit moi ou est la vérité sur la nationalité de OUATTARA à partir du moment ceux qui sont censés nous édifier font le jeu de Ping Pong entre le même monsieur quand ça les arrange il est ivoirien, quand il est opposé à l'un d'entre eux il est burkinabé , c'est cela votre politique de souveraineté de la côte d'ivoire????
et voulez vous que nous cautionnons ces comportements parce que nous buvons par nos narines???? , non jamais , quand l'eau est versée l'on ne peut plus la ramasser
alors OAUTTARA est ivoirien jusqu'à la fin du monde et nous sommes fier de sa gouvernance n'en déplaise aux saboteurs du FPI
une erreur en politique se paie cash
tu as demandé de quelle ville je suis, plus tard je t'informerai selon l'évolution du débat entre nous et suis hors de ma côte d'ivoire ou j'y vais fréquemment chaque vacance

10.Posté par Hermann N'da le 23/08/2013 17:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
WALACE,

Tu dois comprendre que ce site est fait pour débattre sérieusement et échanger des points de vue dans le respect pour la manifestation d'un certain nombre de vérités.

Si tu as enfin décidé de débattre, et de te conformer à ces exigences minimales, sache que non seulement moi-même, mais surtout toute la RP seront à ta disposition pour mener ensemble des débats fructueux dans le respect des différences, pourvu que la vérité et la logique finissent par triompher.

Des cet instant je te conseille d'en finir avec certaines attitudes. Tu dois retenir que s'il est vrai que nous ne nous connaissons pas physiquement, la personnalité de chacun peut transparaître à travers nos écrits et notre niveau de réflexion, sur cette toile.

Étant originaire de la MARAHOUE et en alliance avec les SENOUFO,, TAGBANA , MAHOUKA etc..., j'ai une bonne connaissance du nord et des peuples du nord de la CI.

Avant d'aller plus loin, je souhaite que tu arrêtes de croire que ceux qui se battent pour l'avènement d'une CI libre sont des BETE ou du FPI. C'est d'ailleurs la toute première grave que tu commets.

En effet, à la faveur de cette crise qui dure depuis le 19 septembre 2002, Laurent GBAGBO a pu bénéficier de la sympathie de tous les combattants de la liberté. Son parcours politique est loin de le présenter comme un ségrégationniste encore moins comme un NAZI ainsi que tu aimes à le dépeindre.

Si tu es prêt à changer de disque, je pourrai poursuivre le débat avec toi pour apporter des éléments de réponses à tes préoccupations. Je sais que parfois , il peut y arriver que l'on pêche par ignorance. Mais aucune créature de Dieu n'est jamais totalement perdue. Dieu, ta Sa Miséricorde tend toujours la main à ceux qui le sollicitent sincèrement.



.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !