Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Côte d'Ivoire: Dogbo Blé rompt le silence

le Vendredi 9 Septembre 2011 à 00:35 | Lu 742 fois



Côte d'Ivoire: Dogbo Blé rompt le silence

Nouveau courrier



Accusé d’avoir fait assassiner Yves Lambelin et d’autres Français au Novotel, le Général Dogbo Blé rejette les aveux qu’on lui attribue.

Qu’il est facile de désinformer et de diffamer sur une affaire quand on a pris le soin d’emmurer vivantes les personnes qu’on pointe du doigt sans qu’ils puissent s’expliquer ! Depuis son arrestation et sa mise au secret à Korhogo, dans des conditions absolument inhumaines, le général Bruno Dogbo Blé, ancien patron de la Garde républicaine, est dépeint comme le diable incarné et accusé de tous les péchés d’Israël par les autorités judiciaires ivoiriennes. Qui instrumentalisent, pour les besoins de la cause, la presse ivoirienne proche du clan Ouattara, et les médias hexagonaux.

Ainsi, Le Figaro, quotidien proche de la droite française et de Nicolas Sarkozy,dans son édition du 22 juin dernier, livre un «scoop». Dogbo Blé «aurait partiellement reconnu sa responsabilité dans l’enlèvement», même s’il a nié «toute volonté d’assassinat». Le Figaro, qui croit tenir ce qu’il appelle un «demi-aveu», tente de «mouiller» Gbagbo. «Véritable cheville ouvrière de la défense d'Abidjan, Dogbo Blé n'obéissait qu'à Laurent Gbagbo. L'ancien président est-il impliqué ? Selon des diplomates, l'entourage de Laurent Gbagbo réfute vivement», écrit le journal.

«Je n’ai jamais rien avoué. Je n’ai jamais affirmé avoir participé à l’enlèvement des Français», a martelé le général Dogbo Blé à des personnes qui l’ont rencontré récemment. Très clairement, selon lui, les autorités ivoiriennes ont enfumé les responsables politiques français, qui ont eux-mêmes induit en erreur leur presse.
Dogbo Blé a également fait des confidences à ses interlocuteurs, qui donnent une idée de la manière dont le régime Ouattara procède pour essayer de «fabriquer» des charges contre ses adversaires.

Torturé à l’hôtel du Golf puis à Korhogo, Bruno Dogbo Blé a été mis «en isolement» pendant un mois et demi. Puis il a été amené dans une forêt de Korhogo, les yeux bandés, le pistolet sur la tempe, à la merci de ses geôliers. Objectif ? Lui extorquer des aveux sur des faits imaginaires pouvant faire couler les personnalités politiques qui effraient le régime. «Simone Gbagbo a avoué les escadrons de la mort. Avoue aussi, et tu auras la vie sauve» : tel est le marché qui lui a été proposé. «Si elle a avoué, c’est son problème, je ne suis au courant de rien», a maintenu le général, protestant de son honneur d’officier d’une «armée qui se respecte».

Ce témoignage est capital parce qu’il éclaire d’une manière crue les méthodes utilisées par le pouvoir pour monter des dossiers à charge contre certaines personnes. Dogbo Blé n’a pas craqué, mais d’autres l’ont peut-être fait. Et il ne faudrait pas être surpris qu’ils se rétractent lors des audiences publiques, s’ils sont toujours vivants. «Les confidences des protagonistes sont souvent incomplètes et contradictoires», écrit Le Figaro. On pourrait ajouter : «Comme toujours dans des procès-verbaux bidonnés »...

Selon nos sources, le général Dogbo Blé et les militaires incarcérés avec lui, dont le commandant Norbert Dua Kouass, aide de camp de Gbagbo, ont le moral haut. Même s’ils n’ont pas le moindre contact avec l’homme pour qui ils ont combattu jusqu’au bout. «Ils sont fiers d’être là où ils sont, fiers d’avoir lutté pour défendre la constitution et la souveraineté de leur pays», rapporte une de nos sources.

Focal. Comment Dogbo Blé a été arrêté

Dogbo Blé n’a pas été pris chez sa maîtresse, mais dans un appartement qui lui servait de planque au Plateau, et où il se trouvait avec un de ses hommes de confiance, que les FRCI ont pisté pour pouvoir remonter jusqu’à lui. C’est ce qui ressort de ses confidences. Quelques jours avant, il avait pris le soin de présenter sa reddition, non pas aux forces de Ouattara, mais au numéro deux militaire de l’ONUCI, un Ghanéen, et à un officier de la force Licorne. Les vrais adversaires, en quelque sorte… Ses interlocuteurs lui ont proposé l’exil. Ce qu’il a refusé. «Il n’y a pas de raison. J’ai lutté pour la souveraineté de mon pays», a-t-il dit.

Il a donc quitté le Palais dans sa voiture, et s’est retranché dans un appartement discret du Plateau, le temps que les choses se calment. Deux jours après, les FRCI mettent en joue un membre de sa garde rapprochée, qui les conduit jusqu’à son patron. Il est en pyjama parce qu’il se dit qu’il est là pour un bon bout de temps, et n’est donc pas pressé de se mettre en tenue de ville. Il est «cueilli» dans sa chambre, alors qu’il est en train de déjeuner.



On le conduit au Golf dans la brutalité. Mais on lui donne tout de même une chambre. Le lendemain de son arrivée, il déjeune avec Guillaume Soro. Par la suite, on vient le sortir de la chambre qui lui avait été attribuée et on l’installe au secret. Les jours terribles de la torture, qui se poursuivront à Korhogo, peuvent commencer...

Vendredi 9 Septembre 2011
Vu (s) 742 fois



1.Posté par patrick lumumba le 09/09/2011 09:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
SALUT A TOI VAILLANT SOLDAT DOGBO

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !