Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Côte d’Ivoire Criminalité en hausse et vide sécuritaire à Bouaké selon Human Rights Watch

le Lundi 5 Mars 2012 à 18:11 | Lu 572 fois



Le gouvernement devrait protéger les habitants de Bouaké et désarmer les anciens combattants

Nairobi, le 5 mars 2012) – Le gouvernement ivoirien devrait s’attaquer d’urgence au problème de l’explosion de la criminalité à Bouaké, la deuxième ville du pays, et dans ses environs, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui. Le gouvernement devrait prendre sans tarder des mesures pour désarmer les anciens combattants qui sont généralement considérés comme étant impliqués dans ces crimes, et équiper de manière adéquate la police et les gendarmes pour leur permettre de protéger la population et d’enquêter sur ces violences, a ajouté Human Rights Watch.

Depuis début décembre 2011, au moins 22 personnes ont été victimes de meurtres dans le centre de la Côte d’Ivoire, alors qu’elles se déplaçaient à moto ou en transport en commun. Des survivants et des témoins de ce genre d’attaques originaires de Bouaké et interrogés par Human Rights Watch ont décrit 15 incidents, dans lesquels au moins 13 hommes ont été tués par balles et cinq femmes ont été violées. Des habitants de Bouaké ont indiqué que de tels actes de banditisme sur les routes se produisaient quotidiennement et reflétaient une hausse frappante de la criminalité violente, qui a pour effet de perturber gravement la vie quotidienne. Des résidents ont affirmé que la police et les gendarmes ne les avaient pas protégés de ces violences et qu’ils n’avaient pas non plus enquêté de façon appropriée sur ces attaques.

« Le peuple ivoirien a déjà souffert d’innombrables horreurs », a déclaré Corinne Dufka, chercheuse senior sur l’Afrique de l’Ouest à Human Rights Watch. « Le gouvernement doit montrer qu’il est déterminé à faire cesser cette violence en désarmant les anciens combattants et en s’assurant que la police et les gendarmes sont équipés de manière adéquate pour protéger les Ivoiriens et pour enrayer la criminalité galopante aux alentours de Bouaké. »

Des victimes ont raconté que les attaquants, armés de fusils d’assaut kalachnikov, opéraient par groupes de deux à huit, bloquant les routes à l’aide de voitures ou de rondins de bois et dévalisant les voyageurs. Des témoins ont indiqué que des passagers qui avaient jeté un coup d’oeil sur le visage des assaillants, essayé de fuir ou n’avaient pu leur donner d’argent, avaient été tués. Plusieurs femmes interrogées par Human Rights Watch ont affirmé avoir été déshabillées par les bandits à la recherche d’argent, puis violées. Une femme a été violée devant les autres passagers après que son père eut été abattu sous ses yeux, tandis qu’une autre femme a été emmenée de force vers la brousse et violées par deux hommes.

Lundi 5 Mars 2012
Vu (s) 572 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !