Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Côte d’Ivoire/Conseil constitutionnel : Yao N’Dré débarqué en violation de la Constitution

le Mardi 26 Juillet 2011 à 08:47 | Lu 693 fois



Pr Françis Wodié, nouveau président du Conseil constitutionnel
Pr Françis Wodié, nouveau président du Conseil constitutionnel
Alassane Ouattara, chef de l’Etat installé par la coalition armée Licorne-ONUCI-FRCI a nommé, lundi, Francis Wodié, à la tête du Conseil constitutionnel en remplacement de Paul Yao N’Dré dont le mandat court jusqu’en 2015.

Le Professeur Francis Wodié, allié politique de Ouattara, est nommé pour « une durée de 3 ans », selon le décret de nomination dont DirectScoop a eu copie. Alassane Ouattara a, par ailleurs, nommé N`Golo Fatogoma Coulibaly, un autre de ses proches au poste de « Grand Médiateur » en lieu et place du doyen Matthieu Ekra.

Cette nomination intervient en violation de l’article 90 de la constitution ivoirienne au terme duquel le Président du conseil constitutionnel est nommé pour une durée de « 6 ans non renouvelable ».

« Ces décisions finissent par confirmer la nature autocratique du régime actuel en ce sens qu’elles suppriment le dernier rempart qui pouvait constituer un certain contre-pouvoir », analyse un observateur.

« On se souvient qu’à son accession au pouvoir, Alassane Ouattara avait refusé de reconnaître la légitimité du Parlement actuel, prétextant de la fin de son mandat » rappelle un commentateur qui annonce « la naissance d’un pouvoir autocratique ».

Le Ministre Lazare Koffi Koffi, avait dénoncé à la suite d’Affi N’Guessan, Président du FPI (parti fondé par Laurent Gbagbo) la « dictature rampante» du nouveau régime ivoirien.

« On est poursuivi, vilipendé, toisé, apostrophé etc. si on rame à contre- courant de la volonté du pouvoir. Des titres de la presse libre sont quotidiennement traqués et des journalistes poursuivis», avait-il relevé.

Plus de 100 jours après le renversement du régime ivoirien, le retour à un Etat de droit demeure hypothétique. Le Président Gbagbo et l’ensemble des prisonniers politiques sont toujours incarcérés sans aucun chef d’inculpation. Les manifestations et autres actions pacifiques se poursuivent pour demander leur libération.

Mardi 26 Juillet 2011
Vu (s) 693 fois



1.Posté par QUARTAR le 26/07/2011 11:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Alassane Dramane Ouattara confirme chaque jour ce que le monde entier savait déjà : C'est à dire son accession à la présidence de la République de COTE D'IVOIRE par un sanglant COUP D'ETAT , opéré par la FRANCE sarkosienne . Si non pour quoi ce non respect de la constitution , sur laquelle il avait preté serment en mai dernier ? Ailleurs un président qui trahi son propre serment n'est plus digne des fonctions qu'il occupe . Par consequent il DEMISSIONNE . Donc A.D.Ouattara doit etre chassé du pouvoir qu'il usurpe dépuis plus de trois mois .

2.Posté par JACQUELINE le 26/07/2011 12:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il n'a aucun respect pour la constitution ivoirienne parce que ce n'est pas son pays.Ce qui est très désolant.

3.Posté par FLANTINTIN le 26/07/2011 13:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le véritable problème ce n'est pas l'autorité qui nomme pour ma part, c'est plutôt celui qui est nommé à la tête du conseil constitutionnel.Il s'agit du plus éminent juriste dans ce pays qui accepte cette violation flagrante de la constitution à son nez et à sa barbe.En effet, l'article 94 prévoit le remplacement du président du CC qu'en cas de décès, de démission ou d'empêchement absolu.En l'espèce,la démission a tout l'air d'une "expulsion",et ce en tordant le cou à la loi fondamentale du pays.Cela ne m'étonne guère, il s'agit d'une pratique condescendante d'un régime nostalgique des années "PAPA MERCI ET ENFANTS GATES"

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !