Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Côte d'Ivoire Confirmation de l'alerte d'hier : les FRCI impliquées dans un nouvel incident mortel

le Lundi 18 Février 2013 à 15:16 | Lu 1221 fois



Côte d'Ivoire Confirmation de l'alerte d'hier : les FRCI impliquées dans un nouvel incident mortel
Un incident entre des éléments des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) et des jeunes.

Un incident entre des éléments des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) et des jeunes a fait au moins un mort ce dimanche. Cela s’est passé à Afféry, à une centaine de kilomètres au nord d’Abidjan. Ce n'est pas la première fois qu'un incident éclate entre les FRCI et les habitants de cette localité.

Trois versions se dégagent sur l’origine de l’incident. La première fait état d’un soldat en faction à Afféry pris à parti par des jeunes de la localité alors qu’il s’entretenait avec une femme. La deuxième rapporte que le même militaire a demandé à un jeune portant un short ressemblant à l’uniforme de l’armée de l’enlever et que le jeune a refusé de s’exécuter. Une bagarre s’en est suivi, à l’issue de laquelle le jeune civil a pris le dessus et désarmé le militaire.

Troisième version : un militaire qui était en train de racketter les commerçants de la bourgade est entré dans une boutique dont le propriétaire était absent. Le vendeur qui tenait la boutique a dit qu’il n’avait pas reçu d’instruction de donner de l’argent à qui que ce soit et a demandé au soldat de revenir au retour du maître des lieux. Le ton est monté, l’altercation a attiré des jeunes du coin.

Une convergence se dégage des trois versions : un militaire a été désarmé. Des éléments des FRCI des camps implantés près d’Afféry sont venus en renfort et ont effectué des tirs de sommation pour disperser les jeunes. Un civil a été tué, touché par une balle perdue. Ce bilan a été donné par une source proche du dossier. Mais d’autres parlent de deux morts par balles et de plusieurs blessés.

Il s’agit du troisième incident violent entre les FRCI et les civils de la localité d’Afféry, à majorité pro-Gbagbo depuis la fin de la crise post-électorale il y a bientôt deux ans.

Lundi 18 Février 2013
Vu (s) 1221 fois



1.Posté par alasko zoum le 18/02/2013 16:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Qu'il y ait 1 mort ou 2, le problème est de savoir si seuls les FRCI ont le droit d'ôter la vie aux ivoiriens.
Nous croyions qu'ils étaient dans nos carrefours pour intervenir en cas d'attaque. mais nous constatons malheureusement que c'est pour tenir les populations en respect. Pauvre CI

2.Posté par TCHEDJOUGOU OUATTARA le 18/02/2013 20:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Non, combattant, dans un pays normal, on ne trouvera jamais des militaires dans tous les carrefours des villes et villages " pour intervenir en cas d'attaque..". Même, après avoir été attaqué dans la nuit du 19 septembre 2002, le régime du Président GBAGBO n'avait pas installé des militaires pour surveiller chaque village. Les militaires doivent être dans leurs différentes casernes, à charge pour eux d'intervenir lorsque l'intégrité territoriale est en péril.

Dans le sysyème français, la police assure le maintien de l'ordre dans le périmètre communal. Les gendarmes, quant à eux, interviennent pour le même maintien d'ordre hors de la sphère communale.

Le problème de Dramane OUATTARA est sue s'étant rendu à l'évidence que les ivoiriens ne le reconnaissent pas en lui, après leur avoir été imposé par les blancs par les armes, le pauvre ne sait où donner de la tête. Il perd le contrôle du nord. Il ne sait à quoi s'en tenir : Tuer les wê parce qu'ils soutiennent GBAGBO ? Au moment où il se met à l'oeuvre pour tuer les wê, Dramane constate que les adioukrou ne le regardent pas comme autre chose que mossi. Lorsque Dramane dirige son canon vers les adioukrou, il constate que les abbey ne le considèrent pas comme leur Président.

Dramane fait accourir ses FRCI à AGboville pour tuer les abbey. Mais au moment où ses FRCI sont en train d'abattre les pauvres abbey, ça ne va pas avec les gouro de Bouaflé, Sinfra, Vavoua. Ouattara y accourt pour couper quelques têtes.

Même, à peine les cris de détresse des gouro se font entendre que Ouattara est alerté que le silence des bété en dit long sur ce qui l'attend. Il dépêche ses FRCI à Gagnoa, Daloa, Soubrépour ôter la vie aux bété.

Au moment où ce rveilleux travail est en train de se faire, on lui crie : les attié arrivent, ils vont te tuer à cause de GBAGBO qui leur coule dans les veines.
Dramane dépêche des escadrons à offrir la vie à Adzopé, Alepé, Akoupé, Affery. Le travail est propre chaque jour.

Mais cela veut dire quoi ? Cela veut dire que toi Dramane, tu ne parviendras pas à tuer tous les ivoiriens pour installer tes frères voltaïques à leur place. C'est peine perdue.
Ces FRCI que tu envoies tuer les ivoiriens, on entendra as parler d'eux très très bientôt.

Lorsqu'on contrôle une situation, on n'est pas agité comme toi Dramane l'est à présent.

Tout près n'est pas loin...


3.Posté par gessan le 19/02/2013 15:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A Affery, les frci font de la provocation leur activité première. Ils racquettent jeunes vieux, vielles personnes allant au champs et revenant du champs. Est ce la mission qui leur a été confiée? N'ont ils pas de solde à la fin du mois ? Comment peut on demander à des personnes qui n'ont aucune formation militaire, qui ne savent pas rédiger un procès verbal, qui ne savent ni lire ni écrire, qui ne parlent que le malinké entre eux de veiller sur une population? Comment cette population peut communiquer avec eux? Comment peuvent-ils se comprendre? La seule chose qu'on leur a apprise est d'appuyer sur une gâchette. Alors qu'on ne s'étonne pas si ce genre de massacres sont perpétrés chaque fois qu'ils ont l'occasion. Ils ne savent pas ce que veut dire mener une enquête, opérer une garde à vue, transférer quelqu'un à la gendarmerie ou à la police. Tout ce qu'ils savent c'est tuer, c'est tout. Il sera donc difficile de cohabiter avec ce genre de personne. Que le ministre réfléchisse bien et prenant la bonne décision qui est d'installer la police et la gendarmerie nationale dans les villes et villages. Les soient disant militaires doivent être cantonnés dans un camp militaire. C'est aussi simple que ça sauf si ces frci sont installés pour des missions que nous ignorons.

4.Posté par GOLAH le 19/02/2013 17:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
LA RESPONSABILITE DE OUATTARA N'EST ELLE PAS ENGAGEE DANS LES MEURTRES , ASSASSINATS,VIOLS ET AUTRES ACTES DELICTUELS DE SES FRCI?
AU MOMENT OU LES IMPERIALISTES ATRAVERS LEUR CPI JUGENT LE PRESIDENT GBAGBO? IL EST INTERESSANT DE SE POSER CE GENRE DE QUESTION.

5.Posté par gessan le 20/02/2013 09:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis tout à fait d'accord avec vous mon cher Golah. Alassane est celui qui a pris un décret pour créer cette milice tribale appelée frci ou tous les éléménts qui composent cette milice ne sont que des malinké du nord de la CI, du mali, du burkina... Si ces soit disant justicier du monde sont lucides, ils devraient logiquement demander des comptes à Alassane. Mais depuis l’existence de cette milice, tous les crimes commis par celle-ci ne dit rien à personne. On se tait. Ce sont des crimes gratuits et sans justice. La question est bien posée, Alassane doit répondre des crimes de sa milice devant les juridiction internationale.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !