Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Cote d'Ivoire : Bouaké : des soldats grognent

le Mardi 19 Juin 2012 à 07:32 | Lu 1494 fois

Certains soldats de l’armée nationale en service à Bouaké et qui ont fait partie des ex Fafn (Forces armées des forces nouvelles) ne sont pas contents. Même s’ils ne le font pas sentir au grand jour, toujours est-il que ces hommes en armes grognent et disent à qui veut l’entendre, qu’ils ont été victimes d’une injustice de la part de leurs chefs hiérarchiques.



Cote d'Ivoire : Bouaké : des soldats grognent
Selon un groupe de ces soldats que nous avons rencontrés, leur problème trouve son origine dans la manière dont les grades (les galons) ont été attribués. « Dans l’armée, vous ne pouvez pas avoir de promotion sans faire de stage. Mais avec l’éclatement de la crise militaro politique, les choses ont fondamentalement changé. Au sud, l’ancien président de la république procédait à toutes sortes de promotions. Ainsi un lieutenant pouvait se retrouver du jour au lendemain général et un simple caporal, devenait adjudant en moins d’un an.

Cela n’a pas été le cas dans les zones Centre nord et ouest (Cno). Cependant, tous les militaires ont eu de la promotion avec l’ex secrétaire général des Forces nouvelles Guillaume Soro. Ils ont eu deux galons de plus. C’est-à-dire, si vous étiez sergent, vous devenez adjudant. Et l’adjudant, lui passait au grade d’adjudant major. Ainsi de suite. Seulement voilà, après la défaite de Laurent Gbagbo, le nouveau président de la République a instruit nos supérieurs de réparer toutes les injustices au sein de nos rangs.

La suite, je préfère ne rien vous dire de plus », explique ce soldat, la voix nouée de tristesse. Selon lui, depuis le départ de Laurent Gbagbo du pouvoir, rien n’a été fait pour eux dans le sens d’une véritable harmonisation des grades. « Au moment où je vous parle (lundi 18 juin 2012), certains de nos camarades sont à Zambakro pour un stage. Nous, nous sommes ici. On peut m’expliquer pourquoi ? Ecoutez ce que je vais vous expliquer. Avant le 19 septembre 2002, j’ai un collègue qui n’avait que le grade de caporal tout comme moi. Aujourd’hui, il est adjudant et moi sergent chef. Pourquoi cette discrimination ? Ce n’est pas ce que le chef de l’Etat Alassane Ouattara leur a dit. Le président de la République n’est pas au courant de ce qui se passe. Quand il le saura, vous verrez ce qui va se passer », avance, confiant, le sergent chef A.K., en service au 3ème bataillon d’infanterie militaire de Bouaké. Pour cet autre adjudant que nous avons approché, les frustrations sont tellement nombreuses en leur sein que le président de la République, chef suprême des armées doit être regardant du coté des promotions. « Mon promotionnaire est aujourd’hui lieutenant et moi adjudant. Vous trouvez cela normal ? Si le président de la république ne met pas de l’ordre, je crains que cela crée quelques petits problèmes allant jusqu’au découragement chez les hommes de rang », a-t-il confié. A tort où à raison, ces soldats rencontrés soutiennent qu’en dehors de ces problèmes de grades, il existe d’autres problèmes relatifs aux finances.

« Pour l’heure, nous ne vous dirons rien sur cette question d’argent. Si nous sommes restés calmes jusqu’à ce jour, c’est pour ne pas perturber le travail du chef de l’Etat. Mais qu’on nous prenne au sérieux », avertit l’adjudant. Au niveau de la hiérarchie militaire, un officier supérieur qui a requis l’anonymat, balaie du revers de la main toutes les accusations des sous-officiers qu’il qualifie de fantaisistes et de mensonges cousus de fils blancs.

« Ceux qui se plaignent savent très bien que l’avancement des soldats est individuel. Plusieurs facteurs sont pris en compte. Si vous êtes un soldat indiscipliné, vous ne recevrez pas de promotion. Si vous êtes abonnés aux absences, c’est pareil. Mais un soldat discipliné, travailleur et respectueux a toujours de l’avancement. Ils le savent », dit l’officier supérieur. Au niveau du problème financier évoqué, notre interlocuteur refusera de se prononcer. « Je suis militaire, je ne parle que des questions relatives à mon métier. Je ne suis pas banquier. S’il y a des problèmes d’argent, alors allez voir l’intendant militaire ou un général. Moi je n’en sais rien », a-t-il coupé court. En attendant l’implication effective du chef de l’Etat dans cette question d’harmonisation des grades, les soldats en rogne, selon des sources, continuent de tenir de petites réunions pour voir la conduite à tenir.



Ladji Abou SANOGO

(Correspondant régional)

Par
Ladji Abou Sanogo
Soir Info

Mardi 19 Juin 2012
Vu (s) 1494 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !