Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Cote d'Ivoire : Bilan social de l’année 2011: Le désastre !

le Mardi 17 Janvier 2012 à 08:04 | Lu 685 fois



Cote d'Ivoire : Bilan social de l’année 2011: Le désastre !
L’année 2011 s’est achevée depuis le 31 décembre dernier à minuit. Emportant avec elle, son lot de malheurs. Avec l’année 2012 qui commence, chacun scrute l’horizon et prie Dieu pour que les désirs inassouvis de l’année écoulée, connaissent un bien meilleur traitement.

Jamais de mémoire d’Ivoirien, une année n’a été aussi pauvre en acquis sociaux que 2011 qui vient de s’écouler. Certains individus peu objectifs, pour des raisons personnelles, n’hésiteront pas à justifier le désastre social par la guerre postélectorale. Une telle vision aurait peut-être prospérée si les nouvelles autorités ivoiriennes s’étaient gardées de multiplier les maladresses dans tous les secteurs vitaux de la société. Dans un pays sinistré comme le nôtre, c’est l’emploi précaire qui est développé.

C’est-à-dire le secteur informel, les petits métiers. Pour la simple raison que l’Etat et les entreprises du privé sont moins pourvoyeurs d’emplois. Même si le secteur privé reste relativement au-dessus de l’Etat qui lui, compte 133 000 employés. Curieusement, le secteur informel, plus grand pourvoyeur de petits métiers, a été pris pour cible par les nouveaux gouvernants dès leur prise du pouvoir. Ils font feu de tout bois avec le brumeux projet baptisé «pays propre ». Les maquis et bars sont détruits sans ménagement. Il en est de même pour de nombreux magasins proches des routes.

La ministre Anne Ouloto qui exécute cette sale besogne est surnommée tristement «maman bulldozer». Comme si cela ne suffisait pas, le gouvernement entreprend une vaste action de licenciement de travailleurs. La Présidence, le Conseil économique et social, le Port autonome d’Abidjan, l’hôtel Ivoire et la Rti sont durement frappés. La liste des structures étatiques touchées n’est pas exhaustive. Ce qui amène un homme politique à ironiser : « le grand chantier de Ouattara, ce sont les chômeurs». Evidemment, ces chômeurs provoqués, viennent allonger la liste de ceux déjà enregistrés à cause des difficultés éprouvées par leurs entreprises pour fait de guerre.

Autre chose, le gouvernement est resté dans sa propension à affaiblir la société. Puisque dans les hôpitaux, la propagande selon laquelle les ser-vices sont dotés gratuitement de médicaments a été un leurre, une arnaque vis-à-vis des malades et de leurs parents. Conséquences, les hôpitaux ressemblent aujourd’hui à des mouroirs.

Au niveau scolaire et universitaire, la situation est peu reluisante. Le tableau est sombre. Surtout au niveau du Supérieur, puisque les universités demeurent fermées. C’est-à-dire là où il y a le savoir, l’âme d’un pays. On a décidé de sacrifier l’avenir du pays sur l’autel des intérêts particuliers.

Même si au niveau du secondaire, on prétend que l’école fonctionne, l’avenir des pensionnaires des lycées et collèges est compromis. Les universités sont fermées, avec trois générations de bacheliers maintenues à la maison. «Les gens s’amusent, ce n’est pas l’école qui est là», assène écoeuré, cet enseignant des lycées et collège.

Que dire de la vie au niveau de la société civile, les partenaires sociaux ? Là encore, comme dirait l’autre, la pilule est difficile à avaler. «La démocratie, c’est aussi la capacité des syndicats à engager les discussions avec le gouvernement. La capacité à manifester. Or, aujourd’hui c’est la peur généralisée à cause de l’insécurité. Il faut que le gouvernement donne un signal fort, parce que nous sommes des régulateurs sociaux.

Les syndicats ne discutent plus avec le gouvernement, c’es le black out s’agissant de nos nombreuses revendications. Les acquis enregistrés sous le régime Gbagbo ne sont plus sûrs. Concernant le relèvement des salaires, il n’y a toujours pas de début de discussions avec les nouvelles autorités gouvernementales. C’est la désolation. Ça devient inquiétant», fulminent les syndicalistes interrogés dans tous les secteurs d’activité. Montrant que 2011 est au plan social un désastre, mais, que les premiers signes de 2012 ne sont pas loin d’un mauvais présage. On le voit, la balle est dans le camp du gouvernement qui se doit impérativement de réagir positivement. Avant qu’il ne soit trop tard.



Félix Teha Dessrait dessrait@yahoo.fr
notrevoie

Mardi 17 Janvier 2012
Vu (s) 685 fois



1.Posté par ivoirien_1er le 18/01/2012 16:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En ce qui me concerne, rien ne m'étonne. nous avons vu venir ce bilan médiocre. des pluies de milliards avaient été promis, jusque là, c'est le vent qui est servi, ce qui emporte tous ceux qui ne sont pas bien fixés au sol. on avait dit qu'il avait le programme de gouvernement le plus chiffré, jusque là rien. des universités seraient créees chaque année, 11 avril 2011, 11 avril 2012, c'est dans 3 mois aucune fondation de la 1er université à l'horizon, je vais m'arreter là.
DRAMANE la solution cherche les solutions maintenant. c'est piteux.
comme si cela ne suffisait pas les rebelles ont investi la capital pillent, volent, commettent des exactions. la côte d'ivoire n'a jamais eté aussi a genou même avec les 10ans de guerre que dramane et ces coelistiers ont fait. LG à toujours la tête haute
il faut mette de côté l'orgueil et se pose les vraies questions, commment LG a fait pour payer les fonctionnaires, commencé à rembourser les dettes pendant la crise alors que le pays n'avait toutes ces ressources. aujourd'hui, DRAMANE a la totalité du pays avec toutes ces ressources, l'appui de comparé, wade et son mentor sarkozy, le social laisse a désiré. etre President de la republique ce n'est pas etre chef de quartier, on l'a en soit ou on ne l'a pas. en bon attendeur salut.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !