Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Côte d'Ivoire : Attaque du commissariat du 37ème arrondissement : Ce qu’il s’est réellement passé

le Mardi 4 Décembre 2012 à 09:31 | Lu 2090 fois



Côte d'Ivoire : Attaque du commissariat du 37ème arrondissement : Ce qu’il s’est réellement passé
Publié le mardi 4 decembre 2012 | Nord-Sud - Le nouveau commissariat du 37ème arrondissement situé à Locodjro, a subi une attaque dans la nuit de samedi à dimanche.

Même si ce qu’il s’est passé à Locodjro est bien regrettable, on devrait dire plus de peur que de mal. Car, contrairement à ce qui se racontait depuis ces dernières 48 heures, ce ne sont pas les assaillants qui veulent en découdre avec les autorités, qui ont mené le raid. Ce sont des personnes identifiables qui ont donné l’assaut au commissariat du 37ème arrondissement situé dans ce sous-quartier de Yopougon. Selon nos sources, le commando de Marins, conduit par l’adjudant Diomandé, s’était rendu au poste de police, pour demander la remise en liberté de K. Eléonore.

Cette dame qui se trouve être la belle-sœur du sous-officier de la Marine ivoirienne, s’est retrouvée dans le violon du commissariat suite à une plainte de A. Adjoa. C’est que, les deux dames participaient à une tontine qui rapportait chaque mois, 80.000 fr à ses adhérents. Et, c’est K. Eléonore qui est chargée de faire les encaissements. Selon nos informations, les choses tournent mal quand, à son tour de bénéficier de cette manne, A. Adjoa apprend que K. Eléonore a été braquée et les fonds communs emportés. Après quelques semaines de patience, elle veut savoir ce qui est prévu pour réparer le préjudice qu’elle subit du fait du braquage dont la ‘’trésorière’’ dit avoir été victime.

Aucune réponse de la part de K. Eléonore. A. Adjoa décide donc de saisir le commissariat de police le plus proche. Prise de peur, K. Eléonore informe son beau-frère, l’adjudant A. Diomandé. Celui-ci la rassure qu’elle n’a rien à craindre. Mais, les policiers n’ont d’autres choix que d’embarquer les deux parties qui en étaient venues aux mains. Elles sont conduites au ‘’poste’’. Le temps de mener leurs investigations et surtout que leur commissariat ne dispose pas de violon, les policiers du 37ème confient K. Eléonore et A. Adjoa, à leurs collègues du 28ème. La ‘’trésorière’’ de la tontine qui ne supporte pas cette ‘’humiliation’’, réussit à informer son adjudant de beau-frère. Lui aussi ne peut supporter cela. Bille en tête, il fonce à la base de la Marine de Locodjro, demande l’aide de ses frères d’armes « pour aller régler un problème».

Croyant sa belle-sœur toujours au 37ème arrondissement, lui et ses compagnons débarquent dans ce commissariat et tentent de dicter leur loi au policier et aux deux militaires trouvés sur place. Les échanges verbaux cèdent donc très vite la place aux biceps puis…aux armes. Fort heureusement pas pour tuer mais pour se faire respecter. La rafale de kalachnikov qui est partie et qui a provoqué une peur-panique dans les environs, n’était pas volontaire.

Mais, une partie du commando de A. Diomandé, chargé d’assurer les arrières, qui n’a pas trop bien compris ce qu’il se passait à l’intérieur du poste de police, va aux informations. Constatant la résistance des trois frères d’armes trouvés sur place, le reste de la ‘’troupe’’ met le commissariat sens dessus-dessous. Et en partant, ils ne manquent pas de tirer quelques coups de feu en l’air. Ce qui en rajoute à la panique dans le quartier. Informés, l’état-major général des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci) et le ministère de l’Intérieur ont immédiatement ouvert une enquête pour situer les responsabilités.

Marc Dossa

Mardi 4 Décembre 2012
Vu (s) 2090 fois



1.Posté par doriane le 04/12/2012 10:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Des histoires à la con d'une armée de rattrapés, on n'en a rien foutre.
Signé: doriane, la vraie

2.Posté par Djamal le 04/12/2012 11:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Qu'ils crèvent tous en enfer !

3.Posté par DUVAL le 04/12/2012 12:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Drôle de force de l'ordre... Ils s'effraient en tirant des coups de kalach en l'air pour marquer leur présence. Ils ne savent même pas que leur mentor dramane ne supporte ça, sautard qu'il est.

4.Posté par Hermann N'da le 04/12/2012 15:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Voila le type d’État que Dramane est venu créer chez nous. Qu'en pensent tous ceux qui affirment que le "pays avance". Moi je dirais qu'il n' y a plus d’État. Le désordre de DIOULABOUGOU s'est transporté au cœur du système étatique. Demain le nullard de BAKAYOKO AHMED et KOFFI KOFFI viendront nous raconter que ce sont les PRO GBAGBO....
Le pays est vraiment MÉLANGÉ.
Bravo le MOSSI !

5.Posté par Fatim le 04/12/2012 15:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Drame le rat, tu as vraiment jete notre Beau pays la CIV dans la poubelle. Une Vraie poubelle! C est du n importe quoi!
CIV yako!
Seigneur, il n y a que toi.....

6.Posté par Fati le 04/12/2012 16:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
c'est très bien et voila des cons et bandits. bravo Watarato .
le pays est bien protéger et tout avance bien.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !