Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Côte d’Ivoire : Abandon de poste des pros Ouattara à Bicici-Sgbci

L'Afrique en mouvement - Afrik53 - Presse Africaine & Internationale le Lundi 7 Mars 2011 à 17:26 | Lu 746 fois



Côte d’Ivoire : Abandon de poste des pros Ouattara à Bicici-Sgbci
Sans crier gare, la France a fait fermer les banques Bicici et Sgbci où elle a une forte participation de capitaux, en tant qu’actionnaire majoritaire. Alors même que pour la fermeture d’un simple guichet, la règle établie exige d’informer la clientèle trois (3) mois avant.

Les amis de Alasane Ouattara, le candidat malheureux à la présidentielle de novembre dernier, se sont donné comme moyen d’étouffer l’Etat Ivoirien, la fermeture de ces établissements financiers et bancaires où sont logés les comptes de la majorité des fonctionnaires ivoiriens. Obligeant du coup l’Etat de Côte d’Ivoire, à prendre ses responsabilités. D’où la décision de recapitalisation de ces deux banques (certains parlent de nationalisation).Depuis lors, les gouvernants donnent le meilleur d’eux-mêmes afin que les clients de ces banques puissent y prendre ou déposer, librement, leur épargne.

Seulement voilà ! Après la réouverture de ces banques par l’Etat de Côte d’Ivoire, des travailleurs de ces établissements bancaires ou financiers, à l’écoute quotidienne des chants de cygne de l’opposition armée ivoirienne qui a salué la fermeture de ces institutions financières, ont choisi d’abandonner leur poste de travail. A la Bicici, par exemple, des caissières et autres travailleurs, en dépit des invitations constantes qui leur sont faites par la hiérarchie, ne daignent pas venir au travail. Ils espèrent naïvement que d’ici peu, la France de Sarkozy reprendra les choses en main au niveau de la Banque. C’est du moins ce que leur disent à longueur de journée, le gouvernement en exil du golf hôtel et ses médias (onuci-fm et autres).

A croire que ces travailleurs de la Bicici ou de la Sgbci qui s’entêtent inutilement à faire de la politique, au lieu d’être simplement des travailleurs au service des clients (l’argent n’a pas d’odeur comme on le dit souvent), oublient qu’ils ont été embauchés dans ces établissements, non à cause de leur CV politique, mais de leur pédigrée scolaire et universitaire. S’ils avaient un peu de lucidité, ils comprendraient au vu de la détermination des membres du gouvernement (Ahua Don Mello, Koné Katina, Désiré Dalo, etc) que la prise en main de la Bicici et de la Sgbci par l’Etat légitime de la Côte d’Ivoire, est un processus irréversible.

L’histoire des nationalisations faites par exemple au Vénézuela par le président Hugo Chavez, est encore récente. Au vu et au su des Etats Unis d’Amérique (superpuissance). A quelque chose dirait-on, malheur est bon. Au moment où le chômage frappe une frange importante de la population, si des travailleurs (qui certainement ont encore et beaucoup de ressources pour vivre) désertent leurs postes, pour faire plaisir au soi-disant « richissime » Alassane Ouattara, pourquoi ne pas permettre à d’autres nécessiteux qui ont le même profil académique qu’eux ,de les occuper ? Les transporteurs qui, à la suite de troubles récentes, ont été contraints à observer une grève, ont bien compris le message du ministre de l’emploi, Charles Blé Goudé. Lequel leur a dit de ne pas mêler la politique à leur business.

Et que, parce qu’ils l’ont sollicité pour s’excuser auprès des populations ivoiriennes, les patriotes leur permettraient dorénavant de circuler (donc chercher leur argent en tant que transporteur) dans toutes les communes d’Abidjan où naguère, ils avaient pion sur rue. Puisse cette même sagesse habiter les « banquiers » qui se fourvoient actuellement à boycotter leur gagne- pain et celui des dizaines de parents qui vivent à leur crochet.

Par Douh Patrice, www.gbagbo.ci


Afrik53 - Presse Africaine & Internationale
Lundi 7 Mars 2011
Vu (s) 746 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !