Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Côte d’Ivoire – 2000 nouveaux gardes dans les prisons

le Lundi 29 Octobre 2012 à 00:20 | Lu 621 fois



Côte d’Ivoire – 2000 nouveaux gardes dans les prisons
Le Nouveau Réveil

Décidé en conseil des ministres, le recrutement de 2000 ex-combattants en vue d’en faire des gardes pénitentiaires, a commencé à travers le lancement de l’opération de désarmement et de démobilisation des ex-combattants.

Une ambiance particulière règne ce jeudi au sein de l’ex-3ème bataillon d’Anyama. Deux sentinelles du contingent togolais surveillent le camp à l’aide de jumelles. L’un d’entre eux est armé d’une mitraillette 12/7. Le soleil brille. De nombreux jeunes gens sont en files indiennes devant des tentes. Le site a été réaménagé par la mission onusienne en Côte d’Ivoire pour abriter l’opération de désarmement, démobilisation et réinsertion des ex-combattants. Dans un rang, Adama Cissé, 33 ans, transpire à grosses gouttes de sueur. Il porte en bandoulière sa kalachnikov de type Ak 47. Il porte aussi un sac à dos. Le « soldat » attend d’être reçu par un agent recenseur, sous la tente.

Au bout de 15 mn, le requérant se présente devant l’un des quatre soldats de l’Onuci. L’un d’entre eux récupère l’arme, retire le chargeur et la vérifie de nouveau avant de la lui remettre. Les munitions ainsi recueillies sont conservées dans une grande caisse métallique posée à même le sol. Avec une kalach sans chargeur ni munitions, Adama se dirige vers les trois soldats de la paix. L’un des Casques bleus vérifie son identité dans un registre. « J’ai pris l’arme pour combattre l’injustice et la discrimination qui régnaient dans mon pays. Aujourd’hui, mon combat a abouti à la restauration de la démocratie et de la paix. Nous sommes dans la dynamique de réconciliation prônée par le président de la République.

Je veux donner une autre orientation à mon avenir. J’ai décidé de déposer mon arme car un nouvel horizon s’ouvre à moi », justifie l’ex-combattant. Après avoir franchi la première étape, il se retrouve dans l’atelier d’armes. Cette fois, ce sont deux officiers subalternes des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci) qui ré­ceptionnent son arme dont ils vont relever le numéro de série. C’est l’instant de la séparation «définitive» entre Adama et sa kalach. Le commandant Abdou Kpan et ses éléments rangent par série et par types les armes récupérées. «Nous récupérons les armes des ex-combattants et nous leur remettons un certificat de désarmement. C’est un document portant leurs nom, prénoms et photo d’identité. Les armes saisies sont sécurisées », explique-t-il.


Une nouvelle vie

Au 3ème atelier, l’ex-combattant tronque treillis, rangers et képi ou casques contre un survêtement aux couleurs nationales orange, blanc et vert. «J’entame une nouvelle vie dans la sérénité. Je souhaite intégrer le corps de garde pénitentiaire. Je pense que j’ai les aptitudes physiques, morales et intellectuelles requises pour embrasser cette carrière», affirme Adama Cissé, visiblement heureux. Ses ex-collègues, Soumala Souleymane Traoré (ex-imprimeur et soldat à la Bae de Yopougon), Sié Dah (ex-électricien auto) et Massaïta Coulibaly (ex-agent commercial) disent également être optimistes quant à leur réinsertion. Ils ont aussi suivi les sept étapes du parcours du désarmement, démobilisation : l’identification, le dépôt de l’arme, la remise du certificat, l’échange de tenues, l’entretien psychologique, la visite médicale (test volontaire de dépistage du Vih/ Sida) et l’enseignement civique. Les treillis et les rangers récupérés sont brûlés sur place.

Ce sont 2000 supplétifs des Frci qui veulent devenir gardes pénitentiaires. Selon le patron de l’Autorité de désarmement, de démobilisation et de réintégration (Addr), Fidèle Sarassoro, la base de données les concernant sera remise au ministère de la Justice. Lequel décidera de l’aptitude des candidats. L’Addr, elle, fait un croisement pour vérifier s’ils sont ou non des repris de justice. «30.000 personnes seront profilées à travers le pays (Bouaké, Korhogo, Man, Abengourou…). Aujourd’hui, c’est le départ d’une nouvelle vie pour ces jeunes gens. Nous allons œuvrer pour leur réintégration dans le tissu socio-économique et professionnel. Nous invitons tous les ex-combattants à adhérer à cette opération car le chef de l’Etat à un avenir pour eux », a-t-il rassuré. Débutée le 22 octobre dernier, l’opération pour le district d’Abidjan prend fin le 11 novembre prochain.

Ouattara Moussa

Lundi 29 Octobre 2012
Vu (s) 621 fois



1.Posté par Diarrassouba Ibrahima le 29/10/2012 10:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous avons suivie le ddr pendant trois jours et ce fut une grande joie pour nous de constater que l’opération est un grand succès.
C'est la meilleur manière de procéder au ddr.
Nous remercions toutes les autorités impliquées dans cette opération.
En tant que président de l'Association des Démobilisés de Cote d'Ivoire,nous félicitations mr Sarassoro et son équipe.

2.Posté par Hermann N'da le 29/10/2012 13:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Une autre forme de rattrapage ethnique massif. Tous ces nouveaux gardes pénitenciers sont des combattants pro-OUATTARA, tous de la même région et du même groupe ethnique. Quel est ce pays ?
Si les mêmes causes entrainent toujours les mêmes effets, il nous appartient maintenant de prendre nos responsabilités. C'est cela la réalité du message qui est donné par Mossi drame. A nous de voir.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !