Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Cote Ivoire : Inquiétante dérive: On veut éliminer Gbagbo à tout prix !

le Lundi 3 Octobre 2011 à 07:03 | Lu 707 fois



Cote Ivoire : Inquiétante dérive: On veut éliminer Gbagbo à tout prix !

Le nouveau courrier


Inquiétante dérive: Gnénema déclare Gbagbo persona non grata en Côte d’Ivoire

Le ministre des droits de l’homme, a livré en France le plan du régime Ouattara pour se débarasser du président Gbagbo qui selon eux est un frein à la réconciliation nationale.

La campagne pro-Ouattara pour un éventuel transfert du président Gbagbo à la Cpi bat son plein. Le ministre chargé des droits de l’homme et des libertés publiques, Coulibaly Gnenema s’est mué depuis en ministre chargé du transfèrement du président Gbagbo à la Cour pénale internationale. En mission à l’extérieur du pays depuis le 22 septembre dernier dans plusieurs institutions internationales, notamment à la Cpi à la Haye au Pays-Bas, pour faire un exposé sur la situation des droits de l’homme en Côte d’Ivoire. En réalité, il a été dépêché par Alassane Ouattara auprès de ces institutions pour faire campagne en vue d’«offrir le président Gbagbo à la Cpi», néo programme de gouvernement du chef de l’Etat. Et pour cela, Ouattara y met les moyens et les hommes.

Après ses différents plaidoyers à toutes les tribunes qui s’offraient à lui, c’est Henri Konan Bédié à qui il ouvre tous les médias occidentaux qui embouchera la trompette. Et maintenant, l’ex-commissaire de la Cei pour le compte de l’exrébellion, Coulibaly Gnenema. Pour le ministre en charge des droits de l’homme, le transfèrement du président Laurent Gbagbo devant la Cour pénale internationale (Cpi) à La Haye, «faciliterait le processus de réconciliation» en Côte d'Ivoire. Il s’exprimait ainsi déclaré hier à Paris, devant la presse.

«J'ai expliqué au président de la Cpi, l'importance pour la réconciliation nationale de cette procédure. Si l'ex-président n'était plus sous notre responsabilité, sur le territoire de la République, cela faciliterait le processus de réconciliation et contribuerait à dépassionner la suite du débat, notamment les élections législatives », a déclaré le ministre à la presse à Paris, après avoir rencontré les responsables de la Cpi aux Pays-Bas. Selon le cadre de l’ex-rébellion ivoirienne, la présence de Laurent Gbagbo – en Côte d’Ivoire – freine le développement du processus de réconciliation. Avant d’ajouter que les responsables de la Cpi «se sont montrés sensibles à nos arguments».

Seulement, le ministre de Ouattara oublie ou ignore (c’est selon) que la Cour pénale internationale peut aussi décider de poursuivre Alassane Ouattara lui même, au-delà des personnalités de son camp. En effet, si on impute à Laurent Gbagbo les supposés crimes de son camp parce qu’il en est le chef politique, la réciproque doit s’appliquer à Ouattara, chef politique des FRCI qui ont commis, selon des organisations de défense des droits de l’Homme, le plus grave massacre de l’histoire de la Côte d’Ivoire, au quartier Carrefour à Duékoué. Et beaucoup d’autres violations des droits de l’homme depuis 2002. Mais à cela, Gnénéma répond du bout des lèvres. «Nous exécuterons tout mandat d'arrêt de la Cpi, quels que soient les noms qu'ils nous soumettront», a-t-il affirmé, en restant persuadé que le statut d’allié des puissances occidentales de son «patron» lui évitera forcément les poursuites à tête chercheuse de la Cpi.

On veut éliminer Gbagbo à tout prix

Or donc Gbagbo gêne la réconciliation nationale ? Or donc Gbagbo gêne la tenue des prochaines législatives ? La sortie irresponsable du ministre ivoirien des droits de l’Homme, consécutive à celle de Ouattara qui clamait récemment qu’il ne veut pas qu’on dise que c’est lui qui a condamné Gbagbo, et donc il lui fallait la Cpi, à l’avantage de montrer aux yeux du monde, mais surtout aux yeux des Ivoiriens, que le but ultime du
régime Ouattara est de ‘‘liquider’’ le président Gbagbo. Après avoir manqué de l’éliminer physiquement le 11 avril à cause de la médiatisation en temps réel des bombardements français, il faut maintenant tirer un trait sur lui. En l’envoyant en quarantaine à mille lieues de la terre de ses ancêtres. Vu le timing que se donne le régime ivoirien pour se débarrasser du prisonnier de Korhogo, les défenseurs des droits de l’Homme et ses avocats doivent redoubler de vigilance et veiller à ce que son état de santé ne se dégrade pas. La fin justifiant les moyens, il ne faut pas donner l’occasion au nouveau régime de trouver une alternative au transfèrement à la CPI qui tarde, tarde et tarde…

Porte-parole d'un projet machiavélique

Un ministre issu d’un mouvement armé qui a semé la mort et la désolation dans ce pays devrait avoir honte, sinon être gêné, magistrat qu’il est, de se faire le porte-voix de ce projet machiavélique. At-il oublié les morts de Guitrozon, de Petit Duékoué, de Yopougon, les danseuses d’Adjanou de Sakassou… Les auteurs de ces crimes sans nom, et leurs commanditaires sont bien vivants et à des postes de responsabilité aujourd’hui. Les Ivoiriens auraient pu légitimement les rejeter. Mais au nom de la paix, de la réconciliation entre fils et filles de ce pays, des accords ont été signés et les Ivoiriens ont réappris à vivre avec leurs bourreaux d’hier. Grâce à qui ? Grâce à un homme qui a le sens de l’Etat, qui a fait avaler des couleuvres à ses concitoyens meurtris par une rébellion meurtrière. Il a un nom : Laurent Gbagbo.

Les Ivoiriens ne sont pas prêts de l’oublier pour célébrer ceux qui l’ont humilié et sont prêts à lui payer un aller simple pour le cachot. Gbagbo à La Haye, et les chances de réconciliation en Côte d’Ivoire s’évanouiront. Gbagbo assassiné de manière perfide, c’est la volonté même des Ivoiriens de continuer à partager la même nation qui sera menacée.


Lundi 3 Octobre 2011
Vu (s) 707 fois



1.Posté par Hegel.2nd le 03/10/2011 10:12 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous ne voulons plus de mort. Evitons d'être haïr par autrui. Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara les maux de la Côte d'Ivoire. Nous ivoiriens, nous voulons vivre en paix. De Hegel.2nd

2.Posté par skiman le 03/10/2011 17:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Salut la Côte d'Ivoire.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements










Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !