Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Cote Ivoire : Fermetures de banques : Pourquoi la Bni doit devenir plus forte ?

L'Afrique en mouvement - Afrik53 - News le Jeudi 17 Février 2011 à 17:51 | Lu 501 fois



Fermetures de banques : Pourquoi la Bni doit devenir plus forte ? La souveraineté d’un pays se manifeste sous plusieurs rapports.Aujourd’hui, avec l’asphyxie de l’économie ivoirienne décidée et organisée par la France de Sarkozy, les Ivoiriens ont l’occasion historique de se doter d’instruments financiers forts pour affirmer leur autonomie vis-à-vis de l’ancienne puissance coloniale. La Banque nationale d’investissement a un rôle de premier plan à jouer dans le renouveau ivoirien.Bicici, Sgbci, Chartered bank; etc.

La fermeture successive de ces différentes banques démontre à l’envie que la Côte d’Ivoire est dépendante pour beaucoup de l’extérieur notamment pour ce qui concerne son secteur financier. Si donc l’Uémoa, sous l’impulsion de la France, a choisi de faire de la politique, contrairement à son mandat, c’est que le président français, Nicolas Sarkozy sait que l’Union monétaire, donc la Banque centrale peut influer sur le désir d’autodétermination du peuple ivoirien. Il s’agit donc pour le gouvernement Aké N’Gbo de prendre la juste mesure de cette réalité pour faire de la Banque nationale d’investissement (Bni) une banque de référence.

Car, on se rend compte aujourd’hui que les succursales de banques européennes ont toujours été des instruments d’asservissement pour contraindre les gouvernements africains à jouer le jeu des anciens colons. Sinon comment comprendre qu’une simple crise postélectorale suscite tant de passion chez des dirigeants qui, a priori, n’ont rien à avoir dans la politique interne de l’État souverain de Côte d’Ivoire. Pinocchio, le pantin Alassane Ouattara, dans sa réclusion volontaire à l’hôtel du Golf, doit savourer ce qu’il veut voir comme une victoire. cependant, il prouve à l’ensemble du peuple ivoirien que son objectif premier n’est pas de rendre les Ivoiriens heureux mais bien de satisfaire les desiderata de ses commanditaires.

Gepeto (Sarkozy) a bien travaillé : sa marionnette est bien obéissante si bien qu’il n’y pas de risque que son nez s’allonge quand il s’agit de défendre la cause de son inventeur. Il n’est donc pas étonnant que toute la presse internationale insiste sur le fait que « Ouattara est le président reconnu par toute la communauté internationale ». Mais pas des Ivoiriens, il va s’en dire.Le non-achat du cacao, la fermeture de certaines banques expliquent que rien n’arrêtera l’héritier du trône de Sindou dans sa volonté de réaliser son objectif : à savoir tuer une moitié des Ivoiriens pour régner sur l’autre. D’ailleurs, il ne s’en cache même pas.

Car ce n’est pas Gbagbo qu’il vise (ce dernier n’est ni producteur de cacao,ni susceptible de manquer de nourriture); mais bien le paysan et l’Ivoirien en général ; celui qui n’a pas droit aux gambas et autres mets délicats pour le palais. Il est temps d’être vraiment indépendant L’occasion est belle et ne se représentera peut-être pas de sitôt. La Côte d’Ivoire a démontré qu’elle a des institutions fortes : une Constitution, un Président, une armée, etc. Il s’agit maintenant d’aller un peu plus loin dans la recherche de la souveraineté.Plusieurs axes d’exploration sont à étudier pour couper définitivement le cordon ombilical d’avec la France et l’Europe. Aujourd’hui, plus qu’hier, des pôles d’intérêt ne demandent qu’à être mis en valeur.

Le marché chinois par exemple est très porteur pour les produits agricoles africains en général et ivoiriens en particulier. Le secteur financier ivoirien a besoin de partenaires nouveaux dans un contexte nouveau dans lequel chaque partie trouve son intérêt. Si les succursales de banques françaises font peu de cas de leurs clients ivoiriens, c’est parce que l’État de Côte d’Ivoire, à l’instar de l’Afrique du Sud ne s’est pas encore donné les moyens de se doter d’instruments financiers forts.

Le moment est venu pour les pays africains francophones, à commencer par la Côte d’Ivoire, d’être réellement indépendants. Certes, cela se fera avec des grincements de dents mais après l’accouchement, on oublie toujours les douleurs de l’enfantement pour ne s’arrêter que sur le bonheur d’avoir donné la vie : et c’est tout le sens de la révolution ivoirienne avec Laurent Gbagbo.



Afrik53 - News
Jeudi 17 Février 2011
Vu (s) 501 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !