Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Cote Ivoire : ETUDE: Le désintérêt du peuple plane sur l'élection présidentielle

L'Afrique en mouvement - Source : Koaci le Samedi 18 Septembre 2010 à 14:53 | Lu 502 fois



Cote Ivoire : ETUDE: Le désintérêt du peuple plane sur l'élection présidentielle
Selon une étude réalisée par Koaci.com à travers quatre grandes villes de Côte d’Ivoire (Abidjan, Daloa, Yamoussokro et Khorogo) entre le 1er et le 15 septembre 2010, sur un panel de plus de 150 personnes interrogées tout âge, sexe et milieu social confondu, le constat d’une forte abstention et d’un désintérêt global plane sur le prochain scrutin présidentiel dont le premier tour est prévu pour le 31 octobre 2010.

Koaci.com vous livre la synthèse de cette étude.

5,7 millions d’ivoiriens constituent officiellement la liste électorale et seront appelés à se présenter aux urnes. Selon nos informations, la population votante en Côte d’Ivoire avoisinerait les 9 millions d’individus en âge légal de voter. Les raisons de cet écart sont multiples, Yvette Konan à Daloa nous explique son cas : « moi je n’ai pas pu repartir au village chercher mes pièces, je n’avais pas assez de moyen, ma sœur, elle est allée à paquinou (fête de pâques) mais il y avait tellement de monde qu’elle n’a même pas eu la chance de se faire inscrire, elle est revenue ici sans rien ».

Pour Tuo Silué à Abidjan dans la commune de Yopougon c’est une autre raison : « je suis parti en trois fois durant mes week-ends, j’ai attendu sous le soleil des heures sans réussir à me faire inscrire, ça m’a découragé surtout quand on voyait des gens de certaines ethnies passer devant nous, ça faisait des bagarres même ».

Les témoignages récoltés à travers le pays mettent en lumière la fatalité de la non tenu de l’élection, beaucoup en effet ne semblaient pas y croire, croire en une élection qui ne venait pas et dont les dates successives avaient fini par démotiver un grand ensemble.

C’est le cas d’Hervé et Aladji rencontrés à Marcory : « on y croyait pas en fait, là on se dit qu’on aurait peut-être du y aller (s’inscrire) mais franchement aller se faire cuire sous le soleil déjà qu’on est fatigué par le boulot, on est beaucoup à ne pas s’être déplacé car la plupart des gens n’y croyaient pas (l’élection présidentielle), pour les cartes d’identité, on attendra la prochaine administration ».

Dans notre étude, un point récurrent majoritairement exprimé nous est livré, celui du désintérêt d’aller voter, du vote en lui-même, mais d’une motivation à l’obtention de la carte d’identité. Pour Carole Yapi rencontrée à Yamoussoukro, « moi le vote je m’en fiche, je n’irai pas voter, ce qui m’importe c’est d’avoir ma carte d’identité c’est tout, c’est juste pour ça que je suis allée me faire enrôler.

Sentiment également partagé par Youssouf Bamba à Abobo « nous là on attend nos cartes d’identité depuis, on ira même pas voter, on sait qu’ils vont tricher et que Gbagbo va être réélu, on fait plus confiance aux politiciens, c’est triste, mais c’est comme ça, ça ne changera rien». Estelle Gnahoua à Daloa nous livre: « de toute façon on sait qui va gagner, il y aura tellement de bagarre et de tension le jour du vote et de l'annonce des résultats que moi là je n'irais sûrement pas voter, je tiens à ma vie»

La campagne d’enrôlement a certes connu des ratés comme le cas de Tiemoko Soro, rencontré à Khorogo nous affirme « je n’ai même pas pu m’enrôler, pourtant j’ai envie de voter, nos pièces ont disparu avec la guerre, je ne sais même comment on va faire, ils seraient capables de me traiter d’étranger dans mon pays, je suis vraiment déçu et nous sommes nombreux au quartier dans ce cas » et Sophie Touré qui nous explique, toujours à Khorogo « moi je suis allée et la machine ne marchait même pas, on nous a dit d’attendre et puis je ne suis plus reparti ».

A contrario, à Youpougon, Florent Tizié nous indique : « le parti (FPI) a bien travaillé sur ce point, pendant que les autres (opposition) dormaient, nous on a bien été sensibilisé et on est allé sans problème se faire enrôler tout s’est bien passé, on attend désormais le vote et la victoire».

Nombreux sont donc les ivoiriens rencontrés qui souhaiteraient désormais aller voter mais qui ne le ne le pourront pas, nombreux aussi ceux qui soit auront peur d'y aller soit s'y désintéressent fatalement. Forte abstention volontaire ou de fait à l’horizon ou pas, l’échéance électorale qui se profile pourrait nous réserver encore bien des surprises.

Laurent Despas

Source : Koaci
Samedi 18 Septembre 2010
Vu (s) 502 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !