Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Cote Ivoire : Discours peu sérieux pour personnes peu sérieuses

le Mardi 19 Juillet 2011 à 07:42 | Lu 587 fois



Cote Ivoire : Discours peu sérieux pour personnes peu sérieuses
Ainsi donc, François Fillon a fini son «tour du propriétaire» en Côte d'Ivoire. Un séjour qu'on devrait qualifier d'historique : la première visite officielle d'un Premier ministre français en Côte d'Ivoire depuis… 1986. A l'époque, Jacques Chirac, chef d'une droite ayant tout juste obtenu la majorité lors des législatives et par conséquent le contrôle du gouvernement dans le cadre de la cohabitation, venait remercier son «papa» Félix Houphouët-Boigny de l'avoir aidé par ses «conseils», mais surtout par son argent, qui se confondait avec celui de son pays, durant la campagne électorale. C'était le temps de l'Afrique de papa, d'un néocolonialisme que pourfendait, à Ouagadougou, Thomas Sankara, avant d'être assassiné avec, disent certains historiens, la bénédiction de Paris et d'Abidjan.

Tout aurait, aujourd'hui, changé de face. Evoquer même encore le terme «Françafrique» reviendrait à se servir d'un «logiciel dépassé», si l'on en croit les propos du Premier ministre de Nicolas Sarkozy. Ce discours de François Fillon, disons le tout net, est peu sérieux, et ne sera considéré sérieusement que par des personnes peu sérieuses. Mal inspiré au Cameroun en mai 2009, quand il niait les crimes commis par l'armée française durant la guerre d'indépendance, à côté de la plaque quand il a évoqué le faible taux de «francité» d'Eva Joly, et ce – ironie ! – devant Alassane Ouattara, la «victime» de l'ivoirité, Fillon a été naturellement défaillant en essayant de donner un avis pertinent sur l'évolution des relations entre son pays et ses excolonies africaines.

Au fait, quand est-ce que la France officielle a-t-elle admis que le logiciel «Françafrique» était de saison, pour qu'elle puisse affirmer aujourd'hui qu'il est passé de mode ? Depuis que François-Xavier Verschave, ex-président de l'ONG Survie, a passé au tamis critique le néologisme créé par Félix Houphouët et l'a érigé en mot-repoussoir résumant l'ensemble des relations mafieuses et entachées de sang liant la France à son «pré carré», le concept a été contesté, moqué, ridiculisé. Verschave a été accusé de paranoïa complotiste.

Aujourd'hui, on aurait parlé de «conspirationnisme »… D'hier à aujourd'hui, qu'est-ce qui a changé dans le sens de la souveraineté des pays d'Afrique dite francophone? En 1997, Paris soutenait les milices de Denis Sassou N'Guesso contre le président élu Pascal Lissouba dans le cadre de la reconquête de Brazzaville. En 2002, Paris soutenait les milices pro-Ouattara contre le président élu Laurent Gbagbo. En septembre 1979, les parachutistes français renversaient le Centrafricain Jean-Bedel Bokassa. En avril 2011, les forces spéciales françaises détruisaient la Résidence présidentielle ivoirienne afin de livrer Laurent Gbagbo à ses adversaires. Lors de la guerre du Biafra, entre 1967 et 1970, la France, alliée à l'Afrique du Sud raciste, convoyait des armes aux rebelles ibos. Aujourd'hui, la France largue des armes aux rebelles libyens, en partie islamistes.

La seule différence entre les aventures militaires néocoloniales d'hier et celles d'aujourd'hui ? La force de la résistance populaire qui se construit lentement «oblige» légionnaires et hélicoptères à tuer des civils africains. Par centaines. A Abidjan, François Fillon a demandé que les crimes de tous les camps soient punis. Qui punira la France ? La Françafrique, c'est une relation dans laquelle la France utilise sa présence militaire en Afrique pour y jouer un rôle politique, renverser et installer, soutenir et déstabiliser. C'est ce qui s'est passé et c'est ce qui se passe en Côte d'Ivoire.

La Françafrique, c'est une relation économique du cheval et du cavalier, où Paris est le partenaire économique «de référence», vers qui les contrats se tournent prioritairement… sans que la réciproque soit vraie. On est en plein dedans. La Françafrique, ce sont les conseillers militaires et économiques dépêchés par l'Elysée et qui travaillent, au plus haut niveau de l'Etat africain vassal et de manière très officielle, pour le compte du pays donneur d'ordres. On y est retournés, pieds et poings liés. La Françafrique, c'est le jeu qui consiste pour la France à choisir ses interlocuteurs en Afrique, et à décider toute seule en donnant l'impression d'un dialogue avec «nos partenaires africains».

La manière dont les autorités françaises communiquent sur le maintien – ou le retrait – des troupes hexagonales en Côte d'Ivoire illustre à la perfection le complexe de la marionnette et du ventriloque qui caractérise les relations diplomatiques entre nos pays. Alors que l'investiture d'Alassane Ouattara se tenait encore, Nicolas Sarkozy a affirmé devant ses compatriotes regroupés dans le camp militaire français de Port-Bouët – symbole ravageur ! – que son pays garderait une présence militaire «permanente» en Côte d'Ivoire.

Pourtant, les accords de défense doivent être renégociés d'Etat à Etat, et ratifiés par l'Assemblée nationale. Si Sarkozy se risque à une telle affirmation, c'est parce qu'il sait qu'il contrôle le pouvoir exécutif ivoirien et qu'il contrôlera demain notamment grâce à l'opération d'épuration politique en cours, sanctifiée par Paris le pouvoir législatif, au terme des élections qui doivent se dérouler avant la fin de l'année.

François Fillon a raison : le logiciel «Françafrique» est dépassé. Il a été remplacé par un software d'écrasement des peuples africains qui est, paradoxalement, à la fois plus subtil et plus grossier. Et terriblement violent.



Sylvie Kouamé

Le Nouveau courrier

Mardi 19 Juillet 2011
Vu (s) 587 fois



1.Posté par Quartar le 19/07/2011 20:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci sylva de ton article . Que l'ETERNEL des armées te protège .Mais Fillon a dit tout cela , parce qu'il sait qu'ALassane Outtara , malgré ses soixante-dix ans passés sur la terre des humains ,n'a encre rien compris du fonctionnement du système politique français à l'égard de l'AFRIQUE . Et comme OUATTARA est un africain indigne , il ne cherchera pas à comprendre que veut dire récoloniser un pays . Haaaaa ! OUATTARA toi aussi ! Tu es président ou tu es planton ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements










Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !