Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Cote Ivoire : Abidjan se vide avec les espoirs de paix

L'Afrique en mouvement - Afrik53 - News le Jeudi 24 Février 2011 à 07:03 | Lu 447 fois



Une atmosphère inhabituelle pèse fortement depuis le week end dernier dans la capitale économique ivoirienne à la réputation fiévreuse. Abidjan est quasi vide, sans vie, peu d'affluence populaire dans les rues des quartiers, les commerces fermés et les populations terrées chez elles soit par peur de dégradation sécuritaire soit par obligation financière.

En effet les rumeurs de déstabilisation du pouvoir de Laurent Gbagbo par la force du Rhdp d'Alassane Ouattara sont fortes compte tenu de la stagnation politique d'une crise sans autre solution immédiate que militaire pour un grand nombre d'observateurs. La médiation jugée stérile pour l'heure du panel des chefs d'Etat de l'Union africaine pour la majorité des ivoiriens n'arrange pas la situation.

Depuis plusieurs semaines, un front militaire localisé dans la commune d'Abobo entre l'armée et des insurgés pro Ouattara n'en fini pas de faire des victimes. A Anyama, commune populaire située après Abobo, ce mercredi soir la tension est à son comble, les balles fusent et les populations, dans le noir, ont peur en attendant que revienne le jour.

La dégradation de la situation financière depuis les sanctions appliquées par la Bceao a occasionné en cascade la fermeture de bon nombre d'établissements bancaires, principalement privés, entrainant toute une économie vers le chao. Privée d'approvisionnement en liquidité, c'est tout un pays qui vit sur ses réserves internes et un peuple qui voit ,pour les plus chanceux, les derniers billets s'envoler dans des dépenses nécessaires.

Le port d'Abidjan ne fait pas exception à la règle du moment, seul un bateau cargos accosté ce mercredi. L'embargo engendre lui aussi ses effets concrets.

Ce mercredi après midi, le plateau, quartier central des affaires habituellement grouillant de monde, est étrangement désert. Pour trouver un peu d'animation et des ivoiriens, direction Treichville de l'autre côté de la lagune. Ce quartier lui aussi du centre d'Abidjan connait le même sort, l'affluence n'est pas au rendez vous. Tout près du marché central non loin de l'avenue 1 nous constatons que les commerces sont quasi tous fermés.

Au marché de la commune historique rares sont les clients, les vendeuses s'endorment même pour certaines sur leurs marchandises comme si le désespoir avait eu raison des motivations commerciales, elles aussi, habituelles. "Le peuple souffre, il n'y a plus d'argent, la situation est grave, même 500 francs je n'ai pas gagné aujourd'hui, regardez il n'y a personne au marché" explique Josiane une vendeuse de fruit abordée sur le fait du si peu d'activité constaté. En face d'elle Djenebou nous interpelle en tentant de nous convaincre d'acheter des ignames, " tout va pourrir achetez moi en s'il vous plait, y'a plus d'argent à la maison, on va faire comment?".

Sur le bord de la route non loin de la caserne de la garde républicaine, nous rencontrons François qui rentre chez lui, "c'est la galère, si ça continue le peuple va se révolter, on a plus rien, comment se nourrir, déjà que c'était dur avant la crise, moi meme on m'appelle tous les jours pour me demander parfois juste 500 frs, vous vous rendez compte dans quoi on est, les ivoiriens en ont marre, on en peu plus,ça sent mauvais" nous avoue t'il tout en guetant du côté de la caserne par crainte.

Les taxis eux aussi se font etrangement rares, après une longue attente nous embarquons avec Bohoun. Ce dernier, chauffeur, qui par contre ne cache pas son parti pri pro Gbagbo, a aussi a son mot à dire: " les clients se font rares depuis trois jours, beaucoup de taxis sont garés". Bohoun comme la plupart de nos interlocuteurs du jour rencontrés à travers Abidjan fait le même constat de situation de crise économique soudaine non désirée et vécue avec un fatal sentiment d'impuissance.

Mis à part la classe politique, ses "kpakpatos" et certains commerçants peu enclin au système bancaire, l'argent se fait donc de plus en plus rare dans les foyers ivoiriens. Seule activité en croissance, le racket des policiers et les barrages de radars même si le trafic routier lui aussi diminue au fil des jours.

Tout semble désormais possible en Côte d'Ivoire d'un côté comme de l'autre tant l'incertitude s'amplifie de jours en jours jusqu'à en décourager même les défenseurs acharnés de Gbagbo, jadis sereins et fanfaronnant aujourd'hui inquiets et frappés par les mêmes réalités.

L'aigreur, la colère et le désordre règnent désormais, la tension est forte palpable et asphyxiante, paralysante et suicidaire pour qui s'installerait dans sa compassion. Reste à savoir si même l'espoir est permis...

Laurent Despas, Koaci.com Abidjan

Afrik53 - News
Jeudi 24 Février 2011
Vu (s) 447 fois


Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements









Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !