Média Citoyen Libre
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Média Africain Libre & Infos Utiles
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Conflit paysans-Peuhls situation explosive, le drapeau ivoirien déchiré, le sous-préfet en fuite

le Mardi 18 Juin 2013 à 01:07 | Lu 816 fois



Conflit paysans-Peuhls situation explosive, le drapeau ivoirien déchiré, le sous-préfet en fuite
Affrontements inter-communautaires cultivateurs contre Peuhls – La situation toujours explosive à Tiéningboué

Depuis quelques jours votre circonscription est l’objet d’affrontements intercommunautaires. En tant que maire résident, qu’est-ce qui se passe réellement dans votre circonscription ?

Il faut dire que le conflit éleveurs paysans ne date pas de maintenant. Mais ces derniers temps la situation a dégénéré. En fait, il y a un mois que le chef de canton, qui est à Ouédalla, a donné l’ordre à quelques paysans d’abattre des bœufs sous prétexte que les dégâts occasionnés par ces bêtes ne sont payés. Et sur la question, le sous- préfet est mieux placé pour donner plus d’éclaircissement. Étant un élu, nous avons souvent assisté à des réunions concernant la question de la cohabitation entre les éleveurs et les paysans.

Des comités ont été créés pour gérer le règlement des dégâts au quotidien et lorsque les villageois membres de ces comités n’arrivaient pas à régler un cas celui-ci était ramené devant le sous-préfet qui, lui, trouvait une solution. Tout se passait bien puisque les récalcitrants étaient remis à la gendarmerie qui faisait appliquer la réparation qui a lieu. Le danger est venu du fait de l’insatisfaction des villageois, car ceux-ci croyaient fermement que le sous-préfet était corrompu.

Quel bilan peut-on dresser de ces affrontements ?

Depuis avant-hier (Ndlr vendredi), il y a pratiquement des parcs de bœufs qui ont été vidés de leur contenu. Le chef de canton a été arrêté, pas pour être emprisonné, mais pour permettre au procureur de la République d’instruire une enquête à cet effet. Bien avant ces évènements, il y avait un précédent qui a fait donner l’ordre au chef de canton d’abattre des bœufs. Cet ordre ayant occasionné la mort de plus de 194 bêtes, la justice l’a donc convoqué pour être entendu. Et étant là-bas, il a donné l’ordre aux villageois de continuer l’abattage des animaux.

Au moment où je vous parle, il doit y avoir plus 600 bœufs tués. Au plan humains, des éleveurs ont été tailladés à la machette et d’autres pris en otage et ligotés par les villageois. Aujourd’hui, les forces déployées dans la zone ont ouvert le dialogue avec les chefs de cantons qui ont sans résistance libéré les captifs. Avant hier, des individus venus de Ouédalah, armés de fusils de chasse, de gourdins et de machettes ont assiégé la sous-préfecture de Teningboué. Ils ont attaqué la résidence du sous-préfet qu’ils ont saccagée. A la suite de ces faits, ils se sont déportés à la sous-préfecture, ont cassé le mât et ont déchiré le drapeau. Ils ont voulu également saccager la brigade de gendarmerie. Mais ils n’ont pas pu. La résidence du sous-préfet a été saccagée et ce dernier contraint de se replier sur Abidjan.

Après les affrontements, est-ce que le calme est revenu à Teningboué?

Le Korodougou est vaste. Malgré l’arrivée des hommes du peloton mobile de Séguéla, les massacres continuent, puisqu’ils disent qu’ils n’ont pas reçu l’ordre de la hiérarchie, et à l’heure où je vous parle des tirs se font entendre dans certains villages notamment vers Bobadalla. Pendant que les négociations se faisaient à Ouédalla, certains villageois ont attaqué un parc de bœufs appartenant à un éleveur du nom de Touka sur ordre du chef ’’dozo’’ de Bôbadalla.

Après la crise que le pays a connue, y a-t-il lieu de s’inquiéter pour la cohésion sociale dans votre circonscription?

Oui, dans la mesure où c’est une crise et si elle est mal gérée, des personnes pourraient se sentir frustrées et pourraient se faire justice or nul n’est au-dessus de la loi. Donc il va falloir que l’Etat tranche sans parti pris, faute de quoi cette situation va perdurer. Ce qu’il faut ajouter, c’est que ces éleveurs ont été installés par ces mêmes chefs des villages et sur leurs terres moyennant une contrepartie de 50.000 Fcfa plus un bœuf par an. Mais un paysan n’étant jamais satisfait, lorsqu’il advient qu’un éleveur paye 100.000 Fcfa pour un dégât qui en vaut plus, les paysans s’en plaignent.

Le chef de canton lui même a eu à installer un éleveur dans son village à hauteur de 200.000 Fcfa et les preuves sont là pour le certifier. Au début de ce processus, aucune autorité administrative, ni militaire n’est engagée. Mais lorsque la situation s’embrase, chacun estime qu’il a raison. Mais quand on va s’asseoir pour parler de ce problème, ce sont les paysans qui ont dépassé les bornes, parce qu’à ce jour tous les éleveurs dont le tort est établi ont payé, même les récalcitrants ont été libérés par la gendarmerie. En tant qu’autorité, ce que je peux vous dire qu’il y a eu la haine dans cette histoire.

Mardi 18 Juin 2013
Vu (s) 816 fois



1.Posté par WALACE le 18/06/2013 16:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
nous sommes un pays de dialogue
alors assoyez vous et discuter , il ne faut pas faire comme GBAGBO
qui lui tue après demande de s'assoir

2.Posté par charlie bronx le 19/06/2013 14:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si ton animal détruit la chose d'autrui, c'est toi qui paie la facture. C'est cela la loi et le bon sens. Tant qu'on voudra faire les choses autrement que selon la loi et le bon sens, voilà le type de résultat qu'on obtiendra. Les éleveurs peuhls, encouragés par je en sais quoi, se sont permis de déchirer le drapeau de la Côte d'Ivoire. Cela ne doit pas rester impuni. Si c'est tout le bien qu'ils pensent de la Côte d'Ivoire, alors il vaut mieux qu'ils s'en aillent. Ils ne nous manqueront pas.

3.Posté par TED STEEVENS le 19/06/2013 18:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
SHALOM A TOI TRES CHER FRERE WALLACE
DEPUIS UN CERTAIN TEMPS ,JE LIS TES POSTS ET JE COMPREND TA PEINE .
TU N'AS PAS ENCORE COMPRIS ET TROUVE TA PLACE DANS CE PAYS QUE DIEU VA ELEVER (C'EST POUR BIENTOT).
TON DISCOURS EST LOIN DE CE QUE LA FUTURE COTE D'IVOIRE SERA DANS SON ENSEMBLE.
IL SERA HONTEUX DE TENIR CE DISCOURS EN PUBLIC ALORS QUE TOUTE LA C.I SERA DANS UNE OPTION DE DEVELOPPEMENT ,DE RECONCILIATION VERITABLE SANS FAUX FUYANTS.
ALORS UNE CHOSE ,MON TRES CHER FRERE,AIDE A RECONCILIER LES IVOIRIENS DES MAINTENANT AU LIEU DE METTRE TA HAINE ET TE RABAISSER AUX YEUX DU MONDE .
TU ES UN IVOIRIEN ALORS SOIT DIGNE DE TA NATIONALITE.
TU NE COMPRENDS PAS POUR L'INSTANT POURQUOI JE PARLE AVEC FIERTE DE TA NATIONALITE MAIS LE JOUR VIENT OU TU COMPRENDRAS POURQUOI ETRE IVOIRIEN ET RESPONSABLE DE L'ESPOIR D'UN CONTINENT VEUT DIRE.
AIME TON PAYS ET ENSEMBLE UNIS DANS LA FOI NOUVELLE BATISSONS NOTRE C.I.
SHALOM A TOUS ET CE MESSAGE VAUT POUR TOUS LES WALLACE DE LA C.I.
QUE LA PAIX DE YESHUA SOIT SUR SES ENFANTS DE C.I ET DANS LE MONDE ENTIER.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Afrik53.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre site

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Afrik53.com . Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Histoire Côte d'Ivoire | C.I - Revue Politique | C.I - Revue Société | C.I - Revue Economie | Revue Infos Plus | Gbagbo & Blé Goudé | C.I - Simone Gbagbo | C.I - FPI | Les Réactions | C.I - Affaire à suivre | C.I - Sport | Alerte Prévention | C.I - Education | C.I - Faits Divers | Débat Ivoirien | Révolution Permanente | Interviews | Droit de réponse | Afrik53.com | Interpellation | C.I-Présidentielle 2015 | Culture / Evènements










Les Articles les plus lus

Bien Vivre en Bonne Santé


Incroyable !